Archives mensuelles : juin 2010

Éloge de la varlope

Un tweet récent de Martine Sonnet a rappelé à l’Oreille tendue l’importance capitale de la varlope. (Dans le panthéon de l’Oreille, le niveau — à bulle, laser, sur fil, dans son iPhone — occupe la place la plus haute, mais la varlope n’est pas bien loin.)

#msonnet renvoyait au site de Cécile Portier, petite racine, où l’on trouve la photo d’un outil hybride — bois et métal —, surmontée du mot varlope, mais suivie d’un texte où il n’est question que de raboter.

À peu près au même moment, toujours sur Twitter, Vicky Lapointe (#vickylapointe) reproduisait l’image ci-dessous, tirée du journal le Canadien du 17 mai 1875 (p. 4), célébrant les épousailles d’un r(R)abot et d’une v(V)arlope.

Bref : rabot ou varlope?

Selon le Petit Robert, dans la famille des mots apparentés — bouvet, doucine, feuilleret, gorget, guillaume, guimbarde, riflard, varlope —, rabot est le terme de base, le plus englobant qui soit.

Cela ne paraît pas être la position de l’abbé Étienne Blanchard. Dans son ouvrage 2000 mots bilingues par l’image, section «41—Outils divers. II», il propose l’énumération suivante :

Parmi les varlopes, on distingue : le racloir, le grattoir, le rabot à semelle, le rabot à dents, le rabot cintré, le bouvet à embrever, le bouvet à queue, le feuilleret, la mouchette à joue, le quart-de-rond, le congé[,] la noix du menuisier, le pestum, le jet d’eau, la gueuledeloup, la platebande, la doucine à baguette (p. 84).

Un peu plus bas, il y aura le rabot anglais, puis le rabot américain. Un peu plus haut, il y avait le guillaume.

Et si c’est Étienne Blanchard qui avait raison ?

P.S.—Une dernière chose. Au Québec, on peut certes varloper une planche de bois, mais on peut aussi varloper des personnes, des idées, des projets. Il s’agit alors de s’en prendre, sans ménagement, à quelque chose ou à quelqu’un. Exemples :

«Le [musée] McCord varlope les clichés entourant la communauté montréalaise pure laine des Écossais» (le Devoir, 18-19 octobre 2003).

«Québec varlope le plan d’aide fédéral de 246 millions» (la Presse, 9 octobre 2002).

«Embraer varlope Bernard Landry et Investissement Québec» (la Presse, 20 février 2003).

Référence

Blanchard, abbé Étienne, 2000 mots bilingues par l’image, Montréal, L’Imprimerie des marchands limitée, 1920, 112 p. Ill.

Citation stéréotypique périfootballistique du jour, ou La salive des Bleus

On a beaucoup glosé sur l’élimination rapide de l’équipe de France de la présente Coupe du monde de football. À tort ou à raison, cela a remis en mémoire à l’Oreille tendue un roman où il est question à l’occasion, et de façon bien caustique, des Français et de leur rapport à la langue.

Exemple (c’est Lady Diana Wynham qui a la parole) : «Vous parlez fort bien, mon cher Prince. D’ailleurs, les Français sont tous un peu phraseurs… Ils ont dû inventer la salive…»

Maurice Dekobra, la Madone des sleepings. Roman cosmopolite, Paris, Éditions Baudinière, 1925, 307 p., p. 32.

D’hier à today

Ronald King, dans la Presse du 26 juin 2010 :

Dites Roger…

Vous avez peut-être remarqué, comme moi, que dans la publicité de Coca-Cola traduite dans une maison québécoise, on nous parle de Roger Milla, avec Roger prononcé à l’anglaise. Or, Milla est camerounais et francophone. À la télé française, on parle de Roger à la française.

Il s’agit d’un cas de paresse et d’ignorance crasses. On aurait pensé que quelqu’un dans la maison aurait fini par comprendre et fait la correction avant la Fête nationale du Québec. Mais non.

Colonisés…

André Belleau, dans la revue Liberté en mai-juin 1980 :

pourquoi Bernard Derome tient-il tant à montrer qu’il sait l’anglais ? Pour être plus précis, qu’est-ce qui le fait, au Téléjournal, prononcer infailliblement «Rââbeurte Enn’drusse» les mots «Robert Andras» écrits sur une dépêche ? Ou «Pi-ss-bi-dji-mm» pour P.S.B.G.M. ? Et «Aille-âre-ré» toutes les fois qu’il lit I.R.A. ? C’est à ce point que ma mère, qui ignore l’anglais, manque chaque soir la moitié du Téléjournal.

[…]

Peu importe comment on essaie d’élucider l’effet Derome, il demeure, vu son caractère général, constant, et la façon dont il modifie la relation transactionnelle émetteur-auditeur, une manifestation indubitable de colonisation culturelle (éd. de 1986, p. 109 et p. 114)

Plus ça change…

Références

Belleau, André, «L’effet Derome ou Comment Radio-Canada colonise et aliène son public», Liberté, 129, 22 : 3, mai-juin 1980, p. 3-8; repris sous le titre «L’effet Derome» dans Y a-t-il un intellectuel dans la salle ?, Montréal, Primeur, coll. «L’échiquier», 1984, p. 82-85; repris sous le titre «L’effet Derome» dans Surprendre les voix, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1986, p. 107-114.

King, Ronald, «En route vers les octavos de final…», la Presse, 26 juin 2010, cahier Sports, p. 5.

Mot-valise du jour

Extrait du Bulletin Flaubert, numéro 123, juin 2010 :

BACCALAURÉAT? (< Catriona Seth)? Le supplément «Réviser son bac avec le Monde», cahier du Monde, no 20339, daté du mercredi 16 juin 2010, contient à la page 6 une présentation des procédés de réécriture et, en guise de «Repères», l’évocation de six récritures de Madame Bovary. Pour le journaliste, ce roman est celui qui a le plus suscité de «désirs palimpsestueux», mot-valise emprunté à Gérard Genette.

Divergences transatlantiques 011

Question existentielle : où poser la cerise ? Là : sur la gâteau. Ici : sur le sundae.

Exemples : «Bruyants, ils buvaient comme des trous et, cerise sur le gâteau : ils avaient applaudi au moment où l’avion s’était posé dans la grande ville», écrit Éric Boury, traduisant Arnaldur Indridason (p. 89-90); «Le design, c’est la cerise sur le sundae», sous-titre la Presse en 2006.

Tous les (dé)goûts alimentaires sont dans la nature.

Références

Indridason, Arnaldur, Hypothermie, Paris, Métailié, coll. «Bibliothèque nordique», 2010 (2007), 294 p. Traduction d’Éric Boury.

Lavigne, Lucie, «Le design vu par quatre familles montréalaises», la Presse, 1er mai 2006, cahier Mon toit, p. 1.