Archives mensuelles : décembre 2010

Une fois n’est pas coutume

Les occasions ne manquent pas de râler contre les publicitaires. Faisons une exception pour ceci, tiré de la Presse du 18 décembre 2010 (p. A20) :

Premier niveau de lecture : un écran plat ne l’est plus tout à fait quand on y projette un film en trois dimensions.

Second niveau : au Québec est dit «plate» ce qui ennuie; cette télé-là ne le sera «plus jamais».

Bien vu.

N.B. Il est d’autres sens de «plate» au Québec. C’est plate à dire, mais ce sera pour un autre jour.

Aux grands maux

Un étudiant de la New York University répond aux questions d’un journaliste du New York Times au sujet de ses habitudes numériques (c’est dans le cadre du podcast NYT Tech Talk du 1er décembre 2010). Comme il n’arrivait plus à se contrôler, il a quitté Facebook et il s’est acheté le téléphone cellulaire le plus bas de gamme qu’il a pu trouver (un «crappy phone»). Comment appeler ces gestes ? Un suicide numérique («digital suicide»). Rien de moins.

N.B. S’agissant uniquement de Facebook, on peut voir la vidéo «Farewell Facebook (Short film about Digital Suicide)» sur YouTube. Elle renvoie à un site de suicide numérique assisté, Web 2.0 Suicide Machine. On n’arrête pas le progrès.

Croisements sélectifs

L’«alternance codique» (le code-switching), une fois encore, dans un album de bande dessinée portant, en partie, sur le hockey (p. 40).

De l’inopportunité de la rencontre entre, d’une part, «tabarnak» et «étriver» (agacer, embêter) et, d’autre part, «mettre une de ces culottes» (pas employé au Québec) et «nabot» (là où on attendrait «nain»).

Référence

Duchateau, André-Paul et Christian Denayer, les Casseurs. Match-poursuite. Une histoire du journal Tintin, Bruxelles et Paris, Éditions du Lombard, coll. «Les casseurs», 15, 1988, 48 p. Repris dans Denayer & Dûchateau, les Casseurs. L’intégrale, Bruxelles, Le Lombard, 2010, vol. 5.

La société des livres

(Nous sommes près de la Cote 400, chez Sophie Divry.)

Elle est bibliothécaire, en province, responsable de la géographie (alors qu’elle aspire à l’histoire). Au matin, avant l’ouverture, elle tombe sur un lecteur qui vient de passer la nuit enfermé dans son sous-sol, celui de la bibliothèque. Elle monologue, devant lui, sur sa vie, son amour inavoué pour le jeune Martin et sa nuque, sa conception de la bibliothèque, des livres et des lecteurs. Elle compare les mérites de Maupassant et de Balzac, au bénéfice du premier; elle chante les louanges de Gabriel Naudé et d’Eugène Morel, ces phares de la bibliothéconomie; elle s’identifie à Simone de Beauvoir contre Sartre, un «vrai satapre, un alcoolique» (p. 62). Elle est obsédée par l’ordre social et bibliothécaire (elle n’est pas du genre à oser se permettre une fantaisie, sauf, précisément, ce monologue), ce qui ne va pas sans lui causer des difficultés avec les autres bibliothécaires. Il lui arrive — on ne s’y attend pas — d’utiliser des mots réputés propres au Québec, «niaiseux» (p. 39) et «blonde» (p. 63). Elle a aussi l’oreille fine, notamment en matière de clichés.

Les discours politiques en regorgent.

Mais qu’est-ce que vous croyez, je les connais vos arguments, monsieur le ministre : faire de la médiathèque un lieu de plaisir et de convivialité au cœur même de la ville. Rendre moins intimidante l’entrée dans la bibliothèque. Allier plaisirs et culture pour que la culture devienne un plaisir et gnagnagna (p. 40-41).

Au «gnagnagna» près, presque tous les mots de cette citation pourraient être mis entre guillemets; ils viennent d’ailleurs, des discours tout faits.

Mais il n’y a que la politique dont on entend le ronron :

Des fois les lecteurs nous trouvent rudes avec eux. Il faut nous comprendre : qui voudrait venir s’enfermer sous des néons blafards entre des murs en placo, à l’heure où le soleil pointe gaiement ses timides premiers rayons de chaleur et que l’herbe verdoie sous le vent au temps de l’agnelage, hein, je vous le demande ? (p. 44)

Cet «agnelage» a la même fonction que le «gnagnagna» : souligner combien est forte la tendance du langage à se figer. Heureusement qu’il y a des gens — bibliothécaires, auteurs — pour résister.

Référence

Divry, Sophie, la Cote 400, Montréal, Les Allusifs, 2010, 64 p.