Archives mensuelles : juin 2011

Couvrir ses arrières

Vous voulez aider votre prochain dans le maniement de ses verbes ? Tu veux lui parler clair, pour ne pas dire plus ? Cependant, vous n’êtes pas sûr du pronom à utiliser ?

Quelqu’un s’est posé la question avant vous et a rendu un jugement à la Salomon. Tu peux aller ici ou là : http://www.vatefaireconjuguer.com/ et http://www.allezvousfaireconjuguer.com/.

Il suffisait d’y penser.

Autopromotion 007

Ce matin, le 29 juin, entre 10 h et 11 h, on pourra tendre l’oreille à l’Oreille. Elle causera épistolarité au micro de Franco Nuovo à l’émission Sans préliminaires de la radio de Radio-Canada. Rediffusion le même jour entre 21 h et 22 h.

[Complément du 31 août 2011]

On peut (ré)entendre cette entrevue ici (durant la deuxième heure).

Pascal et le P. Noël

L’Oreille tendue a eu l’occasion de montrer que le fait de mettre une majuscule là où il faut une minuscule, ou l’inverse, risque de troubler les lecteurs.

Exemple récent, découvert sur Gallica.

On y trouve les Pensées, fragments et lettres de Blaise Pascal, publiés pour la première fois conformément aux manuscrits originaux en grande partie inédits, par M. Prosper Faugère (Paris, Andrieux, 1844, 2 vol.). En appendice, le «Catalogue des ouvrages de M. Pascal, tant imprimés que manuscrits, dont j’ai (le P. Guerrier) connaissance» contient une «Lettre de M. Pascal au R. P. Noël, jésuite, touchant le vide» (XXII). Celle-ci est suivie d’une «Lettre de M. Pascal à M. Lepailleur, au sujet de sa dispute avec le père Noël» (XXIII).

Une majuscule à «Père Noël» aurait fait désordre.

P.S.—Le moment est venu : une catégorie «Typographie» existe désormais, là, en bas, à droite.

[Complément du 19 décembre 2012]

«Arrive un âge où les enfants, vaguement dubitatifs quant à l’existence du Père Noël, semblent se raccrocher au pari de Pascal», écrit Éric Chevillard dans l’Autofictif le 17 décembre 2012. (Merci à @david_turgeon.)

Ergotons sur la glace

(Avertissement : il sera question ci-dessous d’un roman de Roy MacGregor; or ledit Roy MacGregor a préfacé la traduction anglaise d’un des livres de l’Oreille tendue. Cela étant, celle-ci n’a jamais rencontré Roy MacGregor et ce n’est pas elle qui lui avait commandé la préface. Conflit d’intérêts ? Chacun en jugera.)

L’Oreille tendue est l’heureux père de deux garçons. Elle a lu au plus vieux, à haute voix, les livres de la série des «Carcajous», traduction française des «Screech Owls», de Roy MacGregor. Rebelote (en cours) avec le plus jeune. Ces jours-ci, c’était la lecture du plus récent (2011) titre traduit, Épreuve de force à Washington. (Il a déjà été question de cette série ici et .)

Au fil des ans, la qualité de la traduction a varié, de même que celle du travail éditorial. Sur ce plan, on peut faire quelques reproches au quinzième titre.

On se dévisse «le coup» (p. 17), une coquille tombe par terre «à grand bruit» (p. 21) et les joueurs se retrouvent «près les bandes» (p. 27). L’adjectif «premier» apparaît trois fois en cinq lignes (p. 34); ce n’est pas le seul cas où le style est répétitif (p. 130 et 145). À l’oral, l’euphonie n’est pas toujours au rendez-vous : «La rondelle entra dans le haut du filet, envoyant la bouteille d’eau du gardien dans les airs. Pour son deuxième but, il termina un joli jeu de tictacto […]» (p. 41). Le but gagnant de la p. 152 devient — et justement — le but égalisateur de la p. 153.

Ça fait désordre. (Mais la lecture de la série continue.)

Référence

MacGregor, Roy, Épreuve de force à Washington, Montréal, Boréal, coll. «Carcajous», 15, 2011 (2001), 178 p. Traduction de Marie-Josée Brière.

Un mot peut en cacher un autre

Dans sa vie professionnelle, l’Oreille tendue fréquente nombre de collègues hexagonaux. Ce sont eux qui lui ont appris — ô étonnement ! — ne pas connaître l’expression «poser un geste». Pourtant, pour elle, rien de plus banal : dans les médias comme dans la conversation, au Québec, le «geste» appelle «poser», comme Abbott, Costello (les lecteurs peuvent remplacer ce duo par celui de leur choix).

Son Petit Robert (édition numérique de 2010) considère lui aussi l’expression comme un régionalisme : «(Canada) Poser un geste : entreprendre une action. Poser un geste pour la planète

Voilà pourquoi telle manchette de la Presse attire l’œil de l’Oreille : «Les sauveteurs n’ont pas fait les bons gestes, dit la coroner» (23 juin 2011, p. A16). Sous ce «fait», il y a un «posé» qui gît.

P.S.—L’expression n’est pas particulièrement récente. On la trouve dans la bouche d’un des personnages de Gratien Gélinas en 1950 : «Le geste irréparable que tu vas poser là, ma fille, tu sais qu’il n’est pas beau […]» (p. 186).

Référence

Gélinas, Gratien, Tit-Coq. Pièce en trois actes, Montréal, Beauchemin, 1950, 196 p. Ill.