Non, ce n’est pas douteux

Soit les définitions suivantes de l’adjectif douteux : «Dont l’existence ou la réalisation n’est pas certaine»; «Dont la nature n’est pas certaine; sur quoi on s’interroge»; «Qui n’a pas ou ne semble pas avoir les qualités qu’on en attend; dont la qualité est mise en cause» (le Petit Robert, édition numérique de 2010).

L’Oreille s’étonne toujours de l’entendre ou de le lire chez les commentateurs sportifs : «Sauf que le Canadien perdait 3 à 1, et que sur les trois buts accordés par Théodore, deux étaient douteux» (la Presse, 20 février 2001). Les buts ont été marqués ou pas ?

Son étonnement est semblable devant tel fait divers : «Un incendie douteux fait une victime» (la Presse, 14 août 2002). Il y a eu incendie ou pas ?

Le Devoir du 1er décembre dernier était plus troublant encore : «Décès douteux», sous-titrait-il (p. B5). Il y avait un mort ou pas ?

Rien de tout cela ne paraît douteux à l’Oreille, mais peut-être est-elle dure d’oreille.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

6 thoughts on “Non, ce n’est pas douteux”

    1. L’Oreille ne veut certes pas en découdre avec le Centre national de ressources textuelles et lexicales, mais elle reste un brin sceptique devant l’emploi de l’adjectif douteux à toutes les sauces. Les «buts douteux» sont de mauvais buts et l’«incendie douteux» est tout simplement louche. La mort — même si on parle de «décès» —, elle, est sûre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*