Taper dans le tableau de bord

Les habitués de l’Oreille tendue se souviendront peut-être que, s’agissant de la diaphore, il avait aussi été question de l’usage du verbe fesser au Québec.

Ce verbe n’y signifie pas uniquement «Battre en donnant des coups sur les fesses, donner la fessée à (qqn)» (le Petit Robert, édition numérique de 2010), mais aussi frapper (fort), donner un coup. La construction fesser quelqu’un est usuelle, de même que ça fesse, pris absolument. Exemple : «Dégat de la route du #tremblementdeterre ça fesse en 5 secondes» (Twitter).

En 1980, Léandre Bergeron signalait qu’on peut aussi «fesser sur un clou avec [un] marteau» (p. 223). L’année suivante, il répertoriait fesser dans l’mille (p. 100), où fesser est évidemment le synonyme de taper.

Il y a peu, sur Twitter, @LucieBourassa, une collègue de l’Oreille, s’enthousiasmait pour une expression contenant le verbe qui nous occupe : «“Ça fesse dans l’dash!” Voilà une #expression réussie! littéralement #percutante #monosyllabes #fricatives #dentales Bref, #ÇaFesseDansLDash.»

Autre exemple, déjà répertorié en 2004 dans le Dictionnaire québécois instantané : «Avec ses scènes de sexe explicites et ses meurtres carabinés, cette espèce de Thelma & Louise version hardcore, qui se situe entre road movie sanguinolent et film de cul trash-qui-fesse-dans-le-dash, est à déconseiller aux âmes sensibles» (la Presse, 15 septembre 2000).

Fesser dans le dash, donc. Ce superlatif de fesser fait appel au vocabulaire de l’automobile (tableau de bord => dashboard => dash). On peut légitimement se demander pourquoi.

P.-S. — Franqus. Dictionnaire de la langue française. Le français vu du Québec, ce dictionnaire numérique actuellement en période d’essai gratuite sur le Web, connaît fesser sur un clou avec un marteau, mais pas fesser dans le dash.

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise précédé de la Charte de la langue québécoise. Supplément 1981, Montréal, VLB éditeur, 1981, 168 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Taper dans le tableau de bord”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*