La dame et le bonhomme

Le Québec ne manque pas de «grandes dames». En ville : «“Une grande dame de Montréal.” Hélène Desmarais fréquente les conseils» (le Devoir, 17 novembre 2010, p. C3). À l’école : «Elle était la grande dame de la laïcité scolaire […]» (le Devoir, 9 janvier 2013, p. A2). Dans la danse : «Décès d’une grande dame de la danse d’ici» (le Devoir, 1er novembre 2011, p. B8). Sur la scène : «Céline Dion, une grande dame» (la Presse, 5 décembre 2003).

Un fidèle lecteur de l’Oreille tendue, @GPinsonM19, lui fait remarquer que le commentateur sportif Richard Garneau, mort dimanche dernier, est souvent présenté dans les médias ces jours-ci comme un «bonhomme» ou un «grand bonhomme» (l’homme était en effet de grande taille). Exemples : «Un grand bonhomme que j’ai déjà eu sur mon plateau» (Josée Blanchette); «ce grand bonhomme à la figure angélique» (rds.ca); «Richard était un grand bonhomme» (François Godbout).

Interrogation : le bonhomme serait-il à l’homme ce qu’est la dame à la femme ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*