Se le calmer

Tweet, l’autre jour, de @jacquescostaud, sous la rubrique #québécismes :

Entendu @PaulArcand : Il a voulu lui faire sa fête, on lui a dit de se calmer le pompon.

Pompon à calmer ?

L’Oreille tendue, en 2004, dans le Dictionnaire québécois instantané, proposait deux définitions à pompon.

1. En avoir plein le ~ ou ras le ~. En avoir assez. Céline en a plein le pompon des journalistes.

2. Se calmer le ~. Ne plus s’énerver. «Garderies à 5 $ : on se calme le pompon» (la Presse, 3 juin 2003). Voir nez (respirer par le ~).

P.-S. — Au moment d’aller sous presse (façon de parler), l’Oreille tendue ne connaissait pas encore le résultat du match d’hier soir entre les Canadiens de Montréal et les Bruins de Boston — c’est du hockey. De deux choses l’une. Les Canadiens ont gagné : on se calme le pompon; il reste encore deux matchs à gagner pour remporter cette série éliminatoire. Les Canadiens ont perdu : on se calme le pompon; l’équipe a toujours l’avantage de la glace (façon de parler).

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantané, 2004, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*