À valider en 2016

http://twitter.com/PimpetteDunoyer/status/392308035294470145/

Depuis 1976, Lake Superior State University publie une liste de «Banished Words» : ces mots, en anglais, que l’on utilise mal («Mis-used»), trop («Over-used») ou pour rien («General Uselessness»). Dans la 40e liste, qui vient de paraître, on trouve BAE (before anyone else), polar vortex, hack, skill set, swag, foodie, curate / curated, friend-raising, cra-cra (pour crazy), enhanced interrogation, takeaway et –nation.

En matière de veille lexicale, l’Oreille tendue ne dressera de liste ni pour 2014 ni pour 2015, mais elle voudrait attirer l’attention de ses bénéficiaires sur un mot de plus en plus populaire («over-used») au Québec : valider.

En entreprise et dans les organisations, grandes ou petites, on valide à tous les vents, et cela n’est pas très neuf. L’usage du mot prend cependant de l’extension. Exemple ?

Jean Béliveau, l’ancien joueur des Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, vient de mourir. Ses petites-filles ont publié leurs remerciements sur les médias dits «sociaux» : «Nous pouvons valider que l’intégrité qu’on lui concède n’est pas un leurre.»

Confirmer n’aurait-il pas fait l’affaire ?

Quoi qu’il en soit, tendons l’oreille.

Un mot de remerciements des petites-filles de Jean Béliveau

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*