Écho du jour

L’Oreille tendue lit ces jours-ci la Fiancée américaine (2012), un des romans d’Éric Dupont.

Elle y trouve la phrase suivante : «Le dimanche au matin, [les Lamontagne] occupaient le banc numéro quatre de l’église Saint-François Xavier, à une dizaine de mètres du lieu où l’Américaine avait donné naissance à Louis en mourant» (p. 147).

Ce «Le dimanche au matin» — pas «Le dimanche matin» — évoque pour l’Oreille ses parents et grands-parents, qui marqu(ai)ent par là, comme le fait Dupont, une double récurrence — du jour et du moment de la journée.

S’agit-il d’un usage québécois ? L’Oreille ne saurait l’affirmer, même si elle en a l’impression.

Référence

Dupont, Éric, la Fiancée américaine, Montréal, Marchand de feuilles, 2015 (2012), 877 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Écho du jour”

  1. Sans reculer si loin que nos aïeuls, je me souviens que la chanson Harmonie du soir à Châteauguay de Beau Dommage, qui a marqué toute une génération de Québécois et qui date de seulement une quarantaine d’années (1974), commence par les paroles suivantes : «Dimanche au soir à Châteauguay…», le chanteur prononçant «au souère», tout naturellement.

    En sautant du coq à l’âne, il semble que plus rien ne puisse se faire en publicité pour les concessionnaires automobiles du Québec sans faire référence au terme «événement». Trop de promotions sont qualifiées d’événement ceci ou d’événement cela. Seulement ces derniers jours dans mon journal du matin, j’ai remarqué qu’on offrait
    l’événement Beau temps mauvais temps,
    l’événement Formule gagnante,
    l’événement Performance,
    l’événement Roulez en VTT,
    l’événement Volkswagen pour tous,
    l’événement Camion,
    l’événement Mon choix,
    l’événement Rien que le meilleur,
    l’événement Prix du fabricant,
    et enfin, peut-être dans une tentative de redorer un des slogans les plus éculés, l’événement L’essayer c’est l’adopter.
    Mais évidemment, on peut aussi trouver d’autres types de commerce qui commencent à singer ce travers publicitaire.
    C’est en voie de devenir un événement passablement agaçant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *