Les zeugmes du dimanche matin et de Charles-Philippe Laperrière

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu, 2018, couverture«Il y a jusqu’à ses patrons qui, à l’occasion, de manière indirecte ou détournée, le consultent à mi-voix lorsqu’ils rencontrent des problèmes épineux dans leur gestion des chiffres ou des subalternes» (p. 10).

«Ainsi, peu après, alors que des milliers de gens s’enthousiasmaient devant l’ardeur de son maraîchage et surtout de son propos, Jean, dans les faits, ne s’occupait déjà plus de cette affaire» (p. 34).

«Mon analyste, bien entendu, me sera devenu paternel, un premier père, second papa — dépositaire de ma propre loi papale avec sa barbe et sa retenue, son éloignement, sa sensibilité muette et toutes ses années pieuses à Paris.»

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu. Légendes vivantes, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 121, 2018, 178 p., p. 175.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*