Sept mots pour la Belgique

Jean-Marie Klinkenberg, Petites mythologies belges, édition de 2009

Les spitantes Petites mythologies belges de Jean-Marie Klinkenberg (2003 et 2009) regorgent de propos bien vus sur la langue. Pour qui connaît l’auteur, rien là d’étonnant; l’Oreille tendue a eu l’occasion de le saluer ici et .

De l’édition de 2003, elle retient quelques mots, pour un dictionnaire personnel.

Consensus : l’idée de consensus «vertèbre la vie sociale belge» (p. 39).

Évaporation : la Belgique est un «pays promis à l’évaporation» (p. 7 et p. 39).

Façadisme. Néologisme à deux faces. 1. Archit. «Le jeu du façadisme consiste, pour un promoteur, à jeter son dévolu sur un édifice modern style, ou nouille, ou zinneke; à jeter à bas tout l’édifice, comme un fruit qu’on évide, en faisant soigneusement attention à n’en pas perdre la face; à construire derrière ce front un volume architectural généralement quelconque mais le plus souvent parallélépipédique […]» (p. 83). 2. Fig. «Règne donc ici ce que l’on pourrait nommer un façadisme généralisé. Du génie se déploie pour créer des objets qui ne sont pas ce qu’ils disent être, ou qui l’ont été mais ne le sont plus, ou qui sont seulement en puissance de l’être un jour» (p. 69).

Friture : «Jusqu’à ma mort, je me refuserai à dire “friterie”. Seules les fritures me garantissent la frite de 1,2 x 1,2 cm de section, coupée main, et déjà lourde de moutarde à venir» (p. 81 n. 28).

Nafteur : «L’espace, le banlieusard l’occupe aussi par ses déplacements pendulaires. Pour désigner le zonier en mouvement, on a même inventé un mot qui n’existe qu’en Belgique, “navetteur”. Et si d’aventure ce mot réussissait à s’exporter, sa prononciation resterait une spécialité locale; on dit : nafteur» (p. 88).

Sel : il «appartient à la fois aux frites et à l’eau» (p. 21).

Thuyas : «La culture des haies de thuyas est à la maison de banlieue ce que la miction est au chien : elle marque le territoire» (p. 80).

 

[Complément du 5 décembre 2016]

Jusqu’à aujourd’hui, l’Oreille tendue ignorait que l’on pouvait parler de navetteur au Québec. Elle découvre le mot dans le Code Québec (2016) :

Il y a les navetteurs du 450. Ils habitent la couronne formée de la région du 450 (indicatif régional) autour de Montréal, qui débute aux frontières de l’Outaouais, passe par les Laurentides et Lanaudière, traverse le fleuve jusqu’aux confins de la Montérégie. […] Ils voyagent beaucoup, ont de jeunes familles et font la navette entre leur résidence et leur travail (p. 159).

À quand les nafteurs du 450 ?

 

Références

Klinkenberg, Jean-Marie, Petites mythologies belges, Bruxelles, Labor et Espace de libertés, coll. «Liberté j’écris ton nom», 2003, 95 p.

Klinkenberg, Jean-Marie, Petites mythologies belges, Bruxelles, Les impressions nouvelles, coll. «Réflexions faites», 2009 (édition revue et considérablement augmentée), 175 p.

Léger, Jean-Marc, Jacques Nantel et Pierre Duhamel, le Code Québec. Les sept différences qui font de nous un peuple unique au monde, Montréal, Éditions de L’Homme, 2016, 237 p. Ill.

Citation autoréférentielle (?) du jour

 Denis Diderot, Jaques le fataliste et son maître, éd. de 1976, couverture

«— Oui, voilà qui est fort bien dit; et parcequ’on est dans la misere vous me faites un enfant, comme si nous n’en avions pas déjà assez. — Oh ! que non. — Oh ! que si; je suis sure que je vais être grosse. — Voila comme tu dis toutes les fois. — Et cela n’a jamais manqué quand l’oreille me démange après, et j’y sens une démangeaison comme jamais… — Ton oreille ne sait ce qu’elle dit. — Ne me touche pas ! Laisse là mon oreille ! Laisse donc, l’homme, est-ce que tu es fou ? Tu t’en trouveras mal.»

Denis Diderot, Jaques le fataliste et son maître, édition critique par Simone Lecointre et Jean Le Galliot, Paris et Genève, Librairie Droz, coll. «Textes littéraires français», 230, 1976, clxiii/501 p., p. 26.

Guerre ouverte ?

À la une du Journal de Québec, le 6 janvier 2010 : «Montréal capitale du BS». Traduction : «Montréal capitale du Bien-être social».

Bien-être social ? Il s’agit d’une des appellations de l’aide gouvernementale québécoise aux démunis. Dans le langage bureaucratique, elle a disparu, remplacé par aide sociale. Dans la langue courante, bs reste populaire, tant pour désigner l’aide sociale que les personnes qui en bénéficient.

La Vieille Capitale, Québec, serait-elle en train d’attaquer celle qu’elle imagine être sa rivale, Montréal ?

De l’essence des langues

On entend parfois dire que certaines langues sont plus belles / plus riches / plus logiques / plus universelles / plus universelles parce que belles / plus universelles parce que riches / plus universelles parce que logiques / etc. que d’autres. (Rayez les mentions inutiles, s’il y en a.) On l’a dit du latin, puis de l’italien, puis du français. On le dit aujourd’hui de l’anglais.

Pour se défaire de cette vision essentialiste des langues, il suffit de lire de la poésie. Ces quelques vers, par exemple.

Dearest creature in creation,
Study English pronunciation.
I will teach you in my verse
Sounds like corpse, corps, horse, and worse.
I will keep you, Suzy, busy,
Make your head with heat grow dizzy.
Tear in eye, your dress will tear.
So shall I ! Oh hear my prayer.

On y voit clairement que, du moins sur le plan de l’orthographe et de la prononciation, «English is Tough Stuff» (L’anglais est difficile). («English is Tough Stuff» est un des titres de ce poème, dans une version dont on raconte qu’elle serait populaire dans les corridors de l’OTAN.)

De quoi s’agit-il ? Des premiers vers d’un poème composé par un professeur néerlandais, Gerard Nolst Trenité (1870-1946), d’abord paru en 1920 sous le titre «The Chaos», puis repris et augmenté, sous divers titres, par diverses personnes, au fil des ans. Sa plus récente version, en 1993-1994, compte 274 vers. (Merci à Wikipédia.)

C’est bien la démonstration de ce qu’avançait l’essayiste québécois André Belleau en 1983 : «Une langue, c’est un dialecte qui s’est doté un jour d’une armée, d’une flotte et d’un commerce extérieur…» (éd. de 1986, p. 118). Ce ne sont pas ses qualités supposées qui la rendent dominante, pour un temps.

 

[Complément du 28 janvier 2015]

Un autre poème, qui va dans le même sens que «The Chaos», mais sur le plan de la formation des pluriels : «Why English is Hard to Learn».

We’ll begin with box; the plural is boxes,
But the plural of ox is oxen, not oxes.
One fowl is a goose, and two are called geese,
Yet the plural of moose is never called meese.

You may find a lone mouse or a house full of mice;
But the plural of house is houses, not hice.
The plural of man is always men,
But the plural of pan is never pen.

If I speak of a foot, and you show me two feet,
And I give you a book, would a pair be a beek ?
If one is a tooth and a whole set are teeth,
Why shouldn’t two booths be called beeth ?

If the singular’s this and the plural is these,
Should the plural of kiss be ever called keese ?

We speak of a brother and also of brethren,
But though we say mother, we never say methren.
Then the masculine pronouns are he, his, and him;
But imagine the feminine… she, shis, and shim !

Merci à @lingholic.

 

[Complément du 19 février 2016]

Entendre «The Chaos» ? Ici.

 

[Complément du 22 février 2016]

Pour une explication claire et vivante — sur laquelle, il est vrai, on pourrait pinailler —, allons voir ceci :

 

Référence

Belleau, André, «Langue et nationalisme», Liberté, 146 (25, 2), avril 1983, p. 2-9; repris sous le titre «Pour un unilinguisme antinationaliste» dans Y a-t-il un intellectuel dans la salle ?, Montréal, Primeur, coll. «L’échiquier», 1984, p. 88-92; repris sous le titre «Pour un unilinguisme antinationaliste» dans Surprendre les voix, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1986, p. 115-123; repris sous le titre «Langue et nationalisme», dans Francis Gingras (édit.), Miroir du français. Éléments pour une histoire culturelle de la langue française, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Espace littéraire», 2014 (3e édition), p. 425-429; repris sous le titre «Pour un unilinguisme antinationaliste» dans Surprendre les voix, Montréal, Boréal, coll. «Boréal compact», 286, 2016, p. 113-121. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1032296/30467ac.pdf>.