Bestiaire économique

Quelques pays du sud de l’Europe traversent une crise économique. Elle serait pire là qu’ailleurs. On les critique.

Ces pays ? Le Portugal, l’Italie, la Grèce, l’Espagne, réputés trop dépensiers.

Un acronyme, dans la langue de Milton Friedman ? PIGS : Portugal, Italy, Greece, Spain.

On dit pourtant que, dans le cochon, tout est bon.

Le chien parlant

«Gore-Tex possédait également un chien sans nom retenu par une corde, et par ce chien se faisait appeler papa : viens voir papa, va voir papa là-bas, demande à boire à papa, mange bien la bonne boîte à papa. Attention, papa va se fâcher» (p. 75).

Echenoz, Jean, Un an, Paris, Éditions de Minuit, 1997, 110 p.

Fil de presse 003

L’être humain rêve. Il lui arrive même de faire des rêves linguistiques, d’où la dreamlinguistics. Celle-ci n’est pas réservée aux seul linguistes.

L’être humain fait confiance aux dictionnaires. Leurs auteurs souhaitent le servir le mieux possible. Pour cela, quoi de mieux qu’un dictionnaire qui contiendrait tous les mots du monde ? C’est le projet de Wordnik.

L’être humain fait des fautes de langue. Les Sumériens auraient été les premiers.

L’être humain vieillit. (Cela aurait commencé avant les Sumériens.) Mais savait-il que sa vie professionnelle est à la merci d’un curseur ? C’est Xavier Darcos, le ministre du Travail de la France, qui le dit : «Il “faudra sans aucun doute toucher au curseur” de l’âge légal de la retraite», aurait-il déclaré selon l’Agence France-Presse. Il va plus loin : «le niveau d’emploi des salariés de plus de 50 ans en France est “bien moins bon que les pays comparables” du fait que les gens commencent à partir en retraite “quand approche le curseur des 60 ans”».

L’être humain tire parfois plaisir, voire profit, du malheur des autres. La mise en vente avortée des lettres de Jacques Mesrine rappelle qu’il existe un commerce des murderabilia, ces souvenirs de meurtriers.

L’être humain est bien peu de chose.

Bourassisme ?

Les étiquettes identitaires changent au fil des ans. Avant de le devenir, les Québécois ont d’abord été des Canadiens, puis des Canadiens français. De l’autre côté de la frontière linguistique, il y avait des Anglais, des Canadians, des Canadiens anglais; aujourd’hui, au Québec, on voit surtout anglophones.

Lisant une conférence de 1910 prononcée par Henri Bourassa, Religion, langue, nationalité, l’Oreille tendue tombe plusieurs fois sur anglochtone. S’agirait-il d’un bourassisme ? Que nenni.

On trouve aussi le mot dans les pages de la Revue franco-américaine (1910), à laquelle collabore Bourassa, et chez Émile Miller (1912). (Merci Internet Archive.)

Euphonie oblige, un comeback d’anglochtone paraît peu plausible.

Références

Bourassa, Henri, Religion, langue, nationalité. Discours prononcé à la séance de cloture [sic] du XXIe Congrès Eucharistique, à Montréal, le 10 septembre 1910. Précédé d’un AVERTISSEMENT par l’auteur et suivi du discours prononcé à la même séance par Sa Grandeur Mgr Bourne Archevêque de Westminster, Montréal, Imprimerie du «Devoir», [1910 ?], 30 p. Repris dans Hommage à Bourassa, Montréal, Le Devoir, 1952, 216 p.

L’Illustration. Supplément de la Revue franco-américaine, 5, 5, 1er septembre 1910.

Miller, Émile, Terres et peuples du Canada, Montréal, Librairie Beauchemin Limitée, 1912, xiv/192 p. Préface de l’abbé Adélard Desrosiers.

De P en P

On connaissait les PPP, ces partenariats public-privé qui plaisent tant aux entrepreneurs néolibéraux. On leur a même créé une agence gouvernementale, aujourd’hui — provisoirement ? — en dormance, l’APPPQ.

Comme il en était question à tout moment pendant quelques années, on s’est mis à utiliser l’expression à plusieurs sauces.

Il y eut un «parti pris pour les pauvres», le PPPP (le Devoir, 7 octobre 2004).

Puis un PPPS, le partenariat public-privé-syndicat (la Presse, 27 mars 2006).

Le Devoir des 30 et 31 janvier va une lettre plus loin, sur le plan alimentaire : pâtes, pizzas, patates, poulet et poutine sont des aliments qui ont actuellement mauvaise presse chez certains. Voici donc les PPPPP.

On n’arrête pas le progrès.