Coïncidence animale heureuse

Soit la Presse du 31 juillet 2010.

En page A21 : «Policiers, oui, poulets, non.» Des agents de la paix, en France, sont froissés par une publicité les désignant comme poulets.

En page 2 du cahier Cinéma : «Après les cochons, les “bœufs”.» L’article porte sur le film québécois Filière 13 : ses trois principaux comédiens jouent aujourd’hui le rôle de policiers (de bœufs), eux qui apparaissaient auparavant dans un film intitulé les 3 P’tits Cochons.

Poulets et bœufs sont bel et bien de la même espèce.

Citation inimitable du jour

Plume Latraverse, Plume pou digne, 1974, pochette

Lue il y a longtemps, et jamais oubliée, cette phrase, sur la pochette de l’album Plume pou digne de Plume Latraverse (1974) : «Il mangeait peu, mais mal» (P. Landry).

 

[Complément du 30 mai 2018]

Dans le même ordre d’idées, citons cette phrase de Jean Echenoz, dans Cherokee (1983) : «Georges ne disposant pas encore d’un bureau pour lui seul, Bock lui avait cédé une parcelle du sien pour qu’il examine à son aise le dossier Ferro, composé de documents dépareillés quoique redondants, pauvres en informations, qu’on suspectait parfois d’avoir été mis là dans le seul but de faire épais» (p. 58). «Dépareillés quoique redondants» : cela réjouit.

 

[Complément du 31 mai 2018]

L’ami Jean-François Nadeau ajoute son grain de sel à cette série en rappelant à l’Oreille tendue la scène d’ouverture du film Annie Hall de Woody Allen (1977) :

There’s an old joke. Two elderly women are at a Catskill mountain resort, and one of them says, «Boy, the food at this place is really terrible.» The other one says, «Yeah I know. And such small portions.» Well, that’s essentially how I feel about life. Full of loneliness, and misery, and suffering, and unhappiness — and it’s all over much too quickly.

De la mauvaise nourriture, en trop petite quantité. Elles mangeaient peu, mais mal.

 

Référence

Echenoz, Jean, Cherokee, Paris, Éditions de Minuit, 1983, 247 p.

Trekking linguistique

Il fut un temps où l’Oreille tendue fréquentait avec assiduité les rues de Paris. Elle y revient aujourd’hui, après une absence de cinq ans. Elle y est frappée par la présence massive de l’anglais.

Des films gardent leur titre original (Funny People). La publicité automobile vante «The Only One», le «Nouveau Mini One Clubman». Les boutiques s’appellent Cinebank, The Conran Shop, Bike in Paris ou Star Nails. Les bars offrent qui un «Happy Hour», qui un «Happy Diner». Comme les magasins d’alimentation («Simply Market»), les restaurants, y compris ceux qui vendent des «French Specialties», sont particulièrement touchés : Speed Rabbit Pizza, Coffee India. Et le favori de l’Oreille, pour des raisons qui seront évidentes dans quelques semaines :

Paris, 1er octobre 2009
Paris, 1er octobre 2009

Est-ce cet engouement qui explique pareille petite annonce ?

Paris, 1er octobre 2009
Paris, 1er octobre 2009

Peut-être…

De deux interprétations l’une. Ou l’Oreille avait oublié; ou les choses ont bel et bien changé. Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : elle a parfois l’impression de se trouver à… Bruxelles.

Surveillez votre langue

Un créateur québécois, Claude Robinson, vient de gagner un procès contre plusieurs sociétés cinématographiques qui l’ont plagié (récit ici). Gros procès : quatorze ans, 20 765 pages de documents. Long jugement : 240 pages, signées Claude Auclair.

Parmi les preuves, celle-ci, répétée quatre fois : «Il faut savoir que Mirleau a copié la faute d’orthographe que le demandeur a commise dans le mot “pachyderme” en l’écrivant avec un “i” au lieu d’un “y”. Et ensuite, il a le culot de venir déclarer sous serment qu’il n’a jamais eu connaissance des documents du demandeur» (par. 358); «Qui plus est, Mirleau reproduit la faute d’orthographe commise par le demandeur au mot “pachyderme” en écrivant la lettre “i” plutôt que “y”. Pure coïncidence ? Et il a l’audace de jurer devant le Tribunal ne jamais avoir eu accès aux documents du demandeur» (par. 573); «Il ne faut pas oublier non plus que Mirleau a reproduit dans son synopsis la même faute d’orthographe que celle commise par le demandeur dans le mot “pachyderme” en l’écrivant avec un “i”» (par. 817); «Izard, Davin et France Animation sont tout aussi responsables et seront également condamnés aux dommages exemplaires pour leur participation à l’acte de contrefaçon et pour avoir adopté, tout au long de l’instance, une conduite mensongère. De plus, ils n’ont pas dit la vérité en déclarant ne pas avoir eu accès à l’œuvre du demandeur, ayant même été jusqu’à reproduire la faute d’orthographe au mot pachyderme, l’écrivant avec un “i” au lieu d’un “y”» (par. 1054).

Voilà pourquoi il faut toujours soigner son orthographe.