Adage du jour

«Méchante bibitte», publicité de Volkswagen, 2011

Le Petit Robert (édition numérique de 2014) lui connaît deux sens — «insecte», «petite bête» —, trois aires de reproduction — «Canada, Vanuatu, Seychelles» — et quatre graphies — «bébite», «bebite» «bibit(t)e».

Le dictionnaire en ligne Usito est plus riche sur le plan du sens : «insecte», «petite bête, souvent sauvage», «personne ou chose inconnue, étrange, étrangère», «problème». Ajoutons à cela un «adverbe complexe» : «en bibite».

En revanche, ni l’un ni l’autre ne relèvent un adage bien connu au Québec formé avec bibitte. Exemple tiré d’une revue artisanale québéco-belge : «Quelle ne fut pas ma stupeur de constater que mon aventurière s’émerveillait de voir les araignées prendre son corps pour une montagne, persuadée qu’elle était que les petites bibittes ne mangent pas les grosses.»

En effet, les petites bibittes ne mangeraient pas les grosses.

P.-S. — Oui, certes, les araignées ne sont pas des insectes.

Référence

Laroche, Yves, «De l’araignée, de l’amour et de la poésie», Gnou, deuxième ruade, août 1996, [s.p.].

Onze néologismes pour un jeudi matin

Alimentaires

Doculinaire : une émission de télévision sur la cuisine, dixit la Presse+ du 12 août 2016 — comme s’il n’y en avait pas déjà assez.

Gorestronomie : «les morts-vivants al dente», annonce France Culture sur Twitter.

Néorésistance : boire du vin à une terrasse parisienne, écrivent Francis Gingras et Claire Legendre en parlant d’amis à eux («Sacrer ou se taire», Spirale, 256, printemps 2016, p. 28).

Poutinier : cela est en demande depuis quelques années déjà. La preuve ? «Profession : recruteurs de poutiniers» (la Tribune, 21 août 2010).

Entrepreneuriaux

Édupreneur : le professeur ne saurait être seulement un professeur, note @DirectionInfo.

Holacratie : en entreprise, ce modèle distribuerait les responsabilités «de manière plus équitable» (la Presse, 20 juin 2015, cahier Affaires, p. 9).

Rabbipreneur : c’est Dan Cohen, sur Twitter, qui a repéré ce mot désignant un être doué pour les affaires de ce monde (entrepreneur) et de l’au-delà (rabbi).

Repreneuriat : «Mot-valise en circulation depuis presque 20 ans et formé des termes “reprendre” et “entrepreneuriat”, le repreneuriat est l’acte d’acheter et de faire durer dans le temps une entreprise existante», explique la Presse+ du 14 juin 2016.

Animaux

Catio : c’est dehors, c’est pour chat, c’est une cage et ce n’en est pas une, affirme le Washington Post.

Moutondeuses : animal régional, s’il faut en croire Radio-Canada.

Oculaires

La clinique des phrases (f)

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la phrase suivante :

Installée sous les poutres et les fenêtres, la salle à manger jouit de luminosité et de vastitude (la Presse+, 30 juillet 2016).

(Ah ! la jouissance de la vastitude ! Encore !)

Et si on essayait ceci ?

Installée sous les poutres et les fenêtres, la salle à manger est lumineuse et vaste.

À votre service.

Rire, puis plus

Samuel Cantin, Whitehorse, 2015, couverture

Henri Castagnette, le personnage principal de Whitehorse (2015), libraire à temps partiel, écrivain sans œuvre, velléitaire et fabulateur, vit avec une comédienne débutante, Laura. Quand elle obtient le premier rôle dans un film de Sylvain Pastrami, également intitulé Whitehorse, la jalousie d’Henri explose. Cela se terminera mal (pour l’instant : une deuxième partie est à paraître).

Avant cette fin violente, on aura eu l’occasion de rire dans une série de vignettes absurdes ou parodiques : métaphores routières (p. 30, p. 68), dialogue au Kafka (p. 34) ou au kale (p. 104), conversations embarrassées (p. 60-63), scène de couple avec poireau (p. 84-87), mondanités droguées (p. 133-134), propos sur l’art («Les biennales d’art, ça, c’est un bon concept ! Ça devrait s’appliquer à tout. Faites de l’art juste aux deux ans, gang […]», p. 170).

On aura aussi eu droit, en matière de sexualité et d’homosexualité, à nombre de représentations et de discours. Les mots ne sont pas moins crus que les images. Les langages du corps importent fort au narrateur.

La langue de ce roman graphique accueille généreusement la langue populaire, les mots en anglais et les jurons. En cette matière, il y en a pour tous les goûts, ce qui ne saurait déplaire à l’Oreille tendue : simonaque, fuck, crisse / crime, mon Dieu / My God, cheez whiz, câlisse / câline, maudine / maudit / mautadine, cibole, ostie / esti / sti, tabarnouche / tabarne / tabarnak (c’est le dernier mot du livre), etc.

Attendons la suite. On rira, ou pas ?

Référence

Cantin, Samuel, Whitehorse. Première partie, Montréal, Éditions Pow Pow, 2015, 211 p.

Accouplements 64

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

C’était en 2010. L’Oreille tendue s’inquiétait du fait qu’on puisse acheter des enfants dans une grande chaîne de librairies.

Publicité des librairies Indigo, 2010

L’autre jour, l’ami François Bon tombe sur ceci au supermarché :

«Enfant / Allégé à / tartiner», photographie de François Bon, juillet 2016

(Commentaire : «prometteur mais non vegan.»)

Qu’il est dangereux d’être petit aujourd’hui !