Archives pour la catégorie Gastronomie & décoration

L’Oreille tendue lit le journal

En première page du cahier B du Devoir des 29-30 mars 2014, un article intitulé «La torture, un mal persistant», accompagné d’une photo de victime de torture. En page B2, la suite de l’article, avec la photo d’un centre de torture dans le nord de l’Irak.

En page B4, on lit l’éditorial de Bernard Descôteaux, «Bilinguisme libéral». Ses premiers mots ? «Le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, a été soumis littéralement à la torture dans le deuxième débat des chefs tenu à TVA jeudi.»

«Littéralement», dans ce contexte, n’était peut-être pas l’adverbe à utiliser.

****

Dans le même quotidien, on a inséré un encart publicitaire des Éditions du Boréal. On y découvre que Katia Gagnon fait paraître Histoires d’ogre, «un roman qui se lit comme un polar» (p. 6). Question : existe-t-il des polars qui se lisent comme des romans ?

***

La section des sports de la Presse du jour nous rappelle que les Canadiens de Montréal — c’est du hockey — jouent à l’extérieur de la ville : «Un long périple qui comprend deux matchs, ce soir contre les Panthers, puis mardi soir à Tampa Bay contre le Lightning» (p. 5). Bref, ils sont en Floride.

«Périple» est déjà exagéré. «Long périple», encore plus.

Il est vrai le même journal a déjà parlé de «petit périple».

***

Trois de ses pages sont réservées au «charme renversant de la soupe ramen» (cahier Gourmand, p. 1-3). On y recommande le restaurant Momofuku de Toronto : «De l’asiatique-funky trippant» (p. 3). Bel exemple de langue de margarine.

L’Oreille se permet à son tour une recommandation, lexicale celle-là : le mot raménothèque.

***

«Québec inc.» est un synonyme d’entrepreneuriat québécois. Le cahier «Affaires» de la Presse nous fait entrer dans sa psyché : «Souverainistes en affaires : le tabou du Québec inc.» (p. 3). Qu’on se le dise, mais qu’on n’en parle pas.

***

Vive le quatrième pouvoir.

Chronique culinarolittéraire du jour

L’Oreille tendue aime écouter des podcasts. Parmi ses préférés, celui du magazine The New Yorker.

La livraison du 17 mars 2014 de New Yorker : Out Loud aborde le succès des séries télévisées aux États-Unis. La critique de télévision du magazine, Emily Nussbaum, y explique qu’elle évite de faire la critique d’une émission d’humour trop rapidement. Pourquoi ?

Pour éviter l’effet «first pancake». La première crêpe est, en effet, souvent ratée ou, simplement, moins réussie que ses consœurs. Il vaut mieux ne pas juger le cuisinier sur elle. Ce serait particulièrement vrai en humour télévisé.

Question : doit-on appliquer pareille magnanimité en critique littéraire ?

Langue de campagne (31) : la langue de François Legault

Déclaration de François Legault, le chef de la Coalition avenir Québec, ce matin, à Trois-Rivières, dans le cadre d’une intervention électorale : «Si vous voulez reconnaître que les neuf années libérales ont donné d’la merde qu’on a actuellement, ben, changez, essayez une autre recette.»

Passons sur le fait qu’il n’est pas du meilleur goût de mêler, dans la même phrase, «merde» et «recette» à «essayer».

De même, laissons de côté l’indécision prépositionnelle du chef de la CAQ. Il aurait bien sûr dû dire «ont donné la merde qu’on a actuellement» au lieu de «ont donné d’la merde qu’on a actuellement».

Deux choses cependant méritent d’être notées.

La première est que François Legault est probablement convaincu de ne pas s’être abaissé, et sa fonction avec lui, en utilisant «merde» au lieu du mot qui serait venu à la bouche de tout Québécois normalement constitué, «marde».

L’actualité récente a donné un autre exemple de ce type de comportement. Le syndicaliste Bernard «Rambo» Gauthier, témoignant devant la Commission (québécoise) d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction — la Commission Charbonneau, du nom de la juge qui la préside — et voulant bien «perler», a déclaré ceci : «Je l’ai traité de… masturbateur. Ça va ça, non ?» Là où le chef caquiste faisait entendre «marde» en disant «merde», «Rambo» faisait semblant de cacher «crosseur» sous «masturbateur».

On ne saurait le nier : cela relève fort le niveau des échanges publics.

La seconde chose que fait ressortir la déclaration de François Legault est la même que lors du débat des chefs du 20 mars : voilà quelqu’un qui n’a aucune oreille. Les subtilités de la langue — et notamment des niveaux de langue — lui échappent complètement. Voilà qui explique peut-être pourquoi les questions culturelles l’indiffèrent tant.

P.S.—Aux élections de 2012, Martin Caron, alors candidat de la CAQ, avait été moins timoré que son chef en parlant clairement de «marde» au sujet de la loi 78. Il est vrai que le quotidien le Devoir avait alors remplacé ce mot par «merde»…

 

[Complément du 26 mars 2014]

Ce matin, à la radio, François Legault déclarait : «Jean Charest, il n’avait pas de couilles. Et je pense que Philippe Couillard, il n’en aura pas plus.» De l’ancien chef du Parti libéral du Québec à son remplaçant, ce serait blanc bonnet et bonnet blanc.

Le chef de la CAQ aurait-il préféré «les couilles de Couillard» aux «gosses de Couillard» ? On ne lui connaissait pas un tel sens de l’euphonie.

Douze mots-valises pour un mardi matin

Un bar et une arcade : un barcade.

Une cave (avec un bar ?) pour un homme : une mancave.

Quelqu’un d’ascendance africaine vivant dans un pays européen : un Afropéen.

Un fan qui pratique le sous-titrage : un fansubber.

Le vert du billet vert et le vert écolo : l’écofiscalité.

Un éditeur (publisher) offrant une plateforme numérique (platform) : un platisher.

La séduction de la Chine : «La “Grande Sinoduction”» (la Presse, 28 octobre 2013, cahier Affaires, p. 6).

Un humain qui maltraite son estomac : un gastromasochist.

Un communiqué de presse repris par un journaliste : de l’infobarattage. C’est la traduction que propose le Devoir (21 mai 2013, p. B7) de churnalism (churn + journalism).

Un fan aussi intolérant qu’un taliban : un talifan (la Presse, 11 mai 2013, cahier Arts, p. 3).

Un anglophone en colère : un angryphone (le Devoir, 21 février 2013, p. A6).

Le travail, y a que ça de vrai

Le sujet peut être animé : qui fait la job (toujours au féminin, toujours à prononcer djobbe) fait son travail.

«J’ai fait la djobbe» (une collègue de l’Oreille tendue le jour de la Saint-Valentin).

«RT @cgenin : @fbon j’espère que tu signales à tes étudiants qu’il y a un beau site sur Claude Simon http://associationclaudesimon.org/ | on fait la job !» (@fbon)

Peut-être sous l’influence de l’anglais («that will do the job»), l’expression s’emploie également avec un sujet inanimé.

«Une poutine, ça fait la djobbe.»

Dans un cas comme dans l’autre, la satisfaction est palpable. «Voilà qui est fait !» Reste à espérer que ce soit bien fait.

 

[Complément du 2 mars 2014]

Le romancier François Blais donne une entrevue au Devoir : «Mark Twain, c’est un cas : tous ses romans et récits se résument à une superposition d’épisodes; il ignore même le concept d’arc dramatique, ça fait la job pareil» (1er-2 mars 2014, p. F3).