Journal hexagonal

Comme un personnage des Fiançailles de Mr. Hire de Simenon, pour quelques jours, l’Oreille tendue aura «l’oreille tendue à la rumeur de Paris» (éd. de 2003, p. 307) et de la Normandie.

12 novembre

Aéroport Trudeau, Montréal

Aéroport Trudeau, Montréal

Un flambeau comme souvenir à rapporter à la maison ?

13 novembre

Boulevard Arago, Paris

Boulevard Arago, Paris, novembre 2016

Une nouvelle souscription paraît s’imposer.

Rue Daguerre, Paris

L’Oreille tendue : «Vous pouvez me recommander un bordeaux à boire tout de suite ?»

La caviste : «Vous préférez rive droite ou rive gauche ?»

L’Oreille s’est sentie soudain bien démunie.

Boulevard Edgar-Quinet, Paris

Aller si loin pour (encore) tomber sur un bar (à fruits).

Bar à fruits, boulevard Edgar-Quinet, Paris, novembre 2016

Avenue du Maine, Paris

Dans une pizzeria, la voisine de l’Oreille tendue ponctue ses phrases de «voilà». Cela lui fait penser à @fbon, qui est au Japon.

Métro Pasteur, Paris, 19 h 37

L’Oreille croise un homme portant un maillot des Rangers de New York — c’est du hockey. Même ici.

Rue de la Gaieté, Paris, 23 h 30

Un homme et son enfant dorment sur le pas d’une porte. La main de l’enfant dépasse d’un amas de couvertures.

14 novembre

Square C.-Nicolas Ledoux, place Denfert-Rochereau, Paris

Place Denfert-Rochereau, Paris, novembre 2016

Décidément, il y a de l’avenir pour les souscriptions.

Au vol, boulevard Saint-Michel, Paris

«Donc du coup voilà.» Voilà deux tics d’un coup.

Avenue de Rivoli, Paris

«Vous boirez quelque chose ?»

«Éventuellement, un verre de vin.»

C’est ce qui s’appelle une réponse ferme.

Cours du Commerce Saint-André, Paris

Décidément, il y a de l’avenir pour les bars (à chocolat).

Bar à chocolat, cours du Commerce Saint-André, Paris, novembre 2016

Sant-Germain-des-Prés

Au restaurant, le serveuse est ravie de notre accent. La personne avec qui l’Oreille mange lui explique que c’est un accent emprunté; il se dit marseillais, pratiquant l’accent québécois. La serveuse est sceptique. On est toujours l’accent de quelqu’un.

Entre Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, 22 h

Fréquemment, des personnes, seules ou en groupes, qui dorment sur le seuil des immeubles.

15 novembre

Gare Saint-Lazare, Paris

L’apocope était commune : Monop’ pour Monoprix. Elle s’est faite raison sociale.

Monoprix, gare Saint-Lazare, novembre 2016

Entre Mantes-la-Jolie et Vernon-Giverny

De la fenêtre du train, apercevoir une silhouette solitaire, debout dans un cimetière coloré. Il y a peu, c’était les vacances de la Toussaint.

Rouen

Arrivé en gare de Rouen, la SNCF espère que nous avons «effectué» un bon voyage. «Fait», c’est trop simple ?

Université de Rouen

Maurice Richard à l’université ? Bien sûr.

Conférence sur Maurice Richard, affiche, novembre 2016

16 novembre 2016

Irish Pub, Rouen

L’Oreille (qui n’est pas née de la dernière pluie) va prendre un verre avec un collègue, aujourd’hui retraité. À la sortie, le serveur leur lance «Salut, les gars !» L’Oreille et son collègue auraient pu se sentir jeunes — à prononcer djeunes.

Quais de la Seine, Rouen

Un homme seul dort emmitouflé sur le seuil d’un immeuble.

Place Henri-IV, Rouen

Aptonyme du soir.

Mme Biberon, sage-femme, Rouen

17 novembre 2016

Rouen

Le soleil existe-t-il toujours ? Brille-t-il quelque part ? L’Oreille s’inquiète.

18 novembre 2016

Université de Rouen, 10 h 13

Première occurrence du mot posture au colloque auquel participe l’Oreille.

Université de Rouen, 10 h 54

Première occurrence du mot rebondir.

Université de Rouen, 11 h 12-11 h 32

Le soleil existe.

Université de Rouen, 15 h 04

«Nous allons passer à la seconde intervention — pardon : à la deuxième.» Merci.

Rue du Général-Giraud, Rouen

Une demi-Oreille tendue.

Rue du Général-Giraud, Rouen, novembre 2016

Référence

Simenon, Georges, les Fiançailles de Mr. Hire, dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 2003, p. 213-318.

Toi, mon pâté chinois

Le pâté chinois, plat québécois

 

Les défenseurs de la cuisine québécoise se plaignent souvent de son manque de reconnaissance sur la scène publique. Outre la poutine, autrefois mise en livre par Charles-Alexandre Théoret (2007), il faudrait encenser les richesses de la cuisine d’ici.

Ce souhait est parfois accompagnée d’une interrogation sur la place du pâté chinois dans la culture québécoise. Pâté chinois ? Pour aller vite, trois couches : steak haché, maïs (blé d’inde), pommes de terre en purée. Autrement dit, un parent du hachis parmentier. Ce pâté a lui aussi ses livres, signés Bernard Arcand et Serge Bouchard (1995), André Montmorency (1997) ou Jean-Pierre Lemasson (2009).

Ce plat basique — du moins en sa forme canonique — peut également servir à décrire une personne. Exemple tiré de la Presse+ du 21 octobre 2016, où il est question de deux joueurs des Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, Carey Price et Shea Weber : «Il n’y a rien de compliqué avec ces deux-là, ils sont du type “steak-blé d’Inde-patates” et on doute fortement qu’ils aient des problèmes de tension.»

Qu’on ne s’y trompe pas : c’est un compliment.

Références

Arcand, Bernard et Serge Bouchard, Du pâté chinois, du baseball, et autres lieux communs, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1995, 226 p.

Lemasson, Jean-Pierre, le Mystère insondable du pâté chinois, Verdun, Amérik média, 2009, 139 p. Ill.

Montmorency, André, la Revanche du pâté chinois, Montréal, Leméac, 1997, 253 p.

Théoret, Charles-Alexandre, Maudite poutine ! L’histoire approximative d’un plat populaire, Montréal, Héliotrope, 2007, 160 p. Photos de Patrice Lamoureux.

Chronique gastronomico-orthographique d’un dimanche pluvieux

Cela évoque une texture alimentaire et le son qu’elle produirait.

Pour certains, par exemple pour la narratrice de la nouvelle «Burger à la Gustav» de Chloé Savoie-Bernard (2016), ce n’est guère appétissant : «Dans l’avion qui se dirigeait vers Playa del Carmen, ils nous ont servi du poulet qui faisait squick squick sous les dents […]» (p. 103).

D’autres, en revanche, considèrent que cela désigne une qualité appréciable. C’est le cas à la fromagerie La Chaudière, qui en a fait le nom d’un de ses produits.

Le fromage «Skouik ! Skouik !» de la fromagerie La ChaudièreDeux aliments, deux jugements, deux graphies («squick squick», «Skouik ! Skouik !»). C’est comme ça.

P.-S. — Croyez-le ou non, ce n’est pas la première fois que l’Oreille tendue parle des fromages produits à Lac-Mégantic.

Référence

Savoie-Bernard, Chloé, Des femmes savantes. Nouvelles, Montréal, Triptyque, 2016, 120 p.

Les zeugmes du dimanche matin, de Twitter et de la collègue

«Mine de rien, deux Siams sur mes genoux, ça fait beaucoup, et parfois des histoires. #zeugme #chats #chatsautravail» (23 septembre 2016).

«Mettre son manteau, descendre l’escalier, prendre son courage et sa pelle à deux mains. #Zeugme #Neige #MerveilleuxSamediSoir #Stie» (3 janvier 2015).

«Quand une “écriture” vous donne mal aux dents et des boutons. #pseudo-zeugme @benoitmelancon c’est un #zeugme ou pas ?» (11 juillet 2014)

«“À 40 ans, la jeune fille, bien en chair et parfois en béret” http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/les-mutations-tranquilles/407592/monica-lewinsky-apres-16-ans-la-premiere-victime-d-humiliation-sur-le-web-parle… #zeugme #FDeglise #LeDevoir» (13 mai 2014).

«Lire des notes de bas de page en 7 ou 8 points et en allemand. #Pfffffffffff #zeugme» (9 octobre 2013).

«Unter den Linden, en travaux et à contre-jour. #zeugme #Baustelle #UnterDenLinden #Berlin #RareMomentDESoleil» (18 septembre 2013).

«“Vieille croûte réactionaire”, expression adoptée à l’instant et à l’unanimité par toute la maisonnée #zeugme pour désigner ce genre de…» (14 mars 2013)

«“Poulet à la diable, au citron et au poivre noir” (Un livre de recettes) Un #zeugme culinaire et appétissant» (31 décembre 2012).

«“En mai et en librairie les éditions P.O.L. publient : […]” #PapierDansUnLivre #ServicedePresse #LilianeGiraudon #LOmeletteRouge #Zeugme» (18 juillet 2012).

«#Gailly “Et pour monsieur, Brighton, un double café noir et les toilettes.” #zeugme #LesOubliés» (9 juillet 2012).

«“Le garçon revient avec le sucre et toutes ses excuses” #ChristianGailly #LesFleurs #zeugme» (4 juillet 2012).

«Pendant ce temps, Lucie sèche sur sa chaise et sa copie. #Panne #Lenteur #Grrrrrr #ChemisesDeLArchiDuchesseSontEllesSèches #Zeugme» (29 juin 2012).

Adage du jour

«Méchante bibitte», publicité de Volkswagen, 2011

Le Petit Robert (édition numérique de 2014) lui connaît deux sens — «insecte», «petite bête» —, trois aires de reproduction — «Canada, Vanuatu, Seychelles» — et quatre graphies — «bébite», «bebite» «bibit(t)e».

Le dictionnaire en ligne Usito est plus riche sur le plan du sens : «insecte», «petite bête, souvent sauvage», «personne ou chose inconnue, étrange, étrangère», «problème». Ajoutons à cela un «adverbe complexe» : «en bibite».

En revanche, ni l’un ni l’autre ne relèvent un adage bien connu au Québec formé avec bibitte. Exemple tiré d’une revue artisanale québéco-belge : «Quelle ne fut pas ma stupeur de constater que mon aventurière s’émerveillait de voir les araignées prendre son corps pour une montagne, persuadée qu’elle était que les petites bibittes ne mangent pas les grosses.»

En effet, les petites bibittes ne mangeraient pas les grosses.

P.-S. — Oui, certes, les araignées ne sont pas des insectes.

Référence

Laroche, Yves, «De l’araignée, de l’amour et de la poésie», Gnou, deuxième ruade, août 1996, [s.p.].