Archives pour la catégorie Gastronomie & décoration

Douze néologismes pour un mercredi matin

Collanterie chez Jean Coutu

Qui souhaite sortir de l’enfer de la drogue peut faire appel à un narco-pilote (la Presse+, 25 juin 2014).

Qui souhaite être un peu feeling avant de manger et n’a pas peur de la drogue peut se permettre un apérispliff (la Canicule des pauvres, p. 513).

Qui souhaite varier l’utilisation de ses muscles peut devenir spornosexuel (la Presse+, 24 juin 2014).

Qui souhaite transformer sa garde-robe peut élire le «look ethnochic» (la Presse+, 13 juin 2014).

Qui souhaite renouveler sa garde-robe peut fréquenter la collanterie (@marinegroulx).

Qui souhaite tout faire en matière municipale peut jouer à l’omnimaire (@MFBazzo).

Suivant Gérard Genette (Bardadrac, 2006), qui souhaite ne plus se faire traiter de bibliothécaire bordélique peut s’autodéfinir anarchiviste (@LieuxDeSavoir).

Qui souhaite être à la mode, mais pas comme tout le monde, peut se proclamer bopasbo, bohème mais pas bourgeois (la Presse, 29 mars 2014, cahier Gourmand, p. 4).

Qui souhaite causer entre voisins, mais pas chez lui, peut, sur le Plateau, fréquenter le placottoirLe blog urbain», le Devoir, 10 juillet 2014). Le Journal de Rosemont – La Petite-Patrie parle, lui, de parklet (9 avril 2014).

Qui souhaite mêler décoration et écologie peut pratiquer la rénovation décologique (blogue Poutine et Tartiflette).

Qui souhaite avouer sa passion immodérée des livres peut s’autodiagnostiquer bibliolique (@LibrairieMonet).

Référence

DesRochers, Jean-Simon, la Canicule des pauvres, Montréal, Les Herbes rouges, 2009, 671 p.

Nouveaux conseils (titrologiques) à un jeune critique

Le jeune critique doit faire face à plusieurs difficultés. Parmi elles, le choix d’un titre percutant. Il devra se méfier impérativement des titres éculés.

Exemples de titres à fuir comme la peste.

Un roman coup-de-poing

Un poète entre tradition et modernité

Un ovni littéraire / théâtral / cinématographique (voir ici)

Écrire à livre ouvert

Un ouvrage fascinant qui se laisser dévorer… (pour un livre de cuisine)

X a passé le test du deuxième roman (merci à @david_turgeon)

P.S.—Ce conseil s’ajoute à ceux déjà prodigués par l’Oreille tendue le 17 février et le 2 mai 2014.

Citation gastronomique du samedi matin

«Il est donc très important de ne pas prendre de la ciguë pour du persil, mais nullement de croire ou de ne pas croire en Dieu […]» (Diderot, lettre à Voltaire, [11 juin 1749], éd. Roth-Varloot, vol. I, p. 78).

Denis Diderot, Correspondance, Paris, Éditions de Minuit, 1955-1970, 16 vol. Éditée par Georges Roth, puis par Jean Varloot.

Non, pas du tout

L’autre jour, sur Twitter, l’Oreille tendue énumérait les traits du «lexique indispensable du Montréalais de 11 ans (du moins dans NDG)» :

Sérieux ?
Avoue
Super de + adjectif.
Shit !

Une publicité télévisée qui tourne actuellement a rappelé à l’Oreille une expression à ajouter à cette liste : tu me niaises (! / ?).

(Un restaurateur chinois a tout fait pour attirer la clientèle et il est découragé par l’offre imbattable d’un concurrent. Il explique cela à sa femme en chinois, qui lui répond dans la même langue. En sous-titre : «Tu me niaises !»)

L’expression marque l’incrédulité. Synonyme : tu te fous de ma gueule.

On la prononce d’au moins trois façons. Exclamative : Tu me niaises ! Interrogative : Tu me niaises ? Détachée : Tu me ni ai ses.

Six phobies pour bien terminer la semaine

Le Devoir, 6 janvier 2014

Phobie : «1. PSYCHOL. Crainte excessive, maladive et irraisonnée de certains objets, actes, situations ou idées. […] 2. COURANT Peur ou aversion instinctive. […] Flaubert et “sa phobie des pronoms relatifs(Thibaudet)» (le Petit Robert, édition numérique de 2014).

La peur de manquer de matériel de lecture ? L’abibliophobie (@JSCarroll).

L’aversion envers les étudiants en philosophie ? La philophobie.

La crainte de ne plus avoir accès à son téléphone cellulaire ? La nomophobie.

La rejet des référendums ? La référendumophobie (@guidoustonge).

La menace contre la famille ? La familiphobie.

La «rancœur», parisienne, «à l’égard des bars et commerces ouverts tard la nuit» et qui dérangent les voisins ? La bistrophobie (TimeOut Paris).