Archives pour la catégorie Gastronomie & décoration

Mises à jour du mardi matin

De l’article Bar

De l’article Bibliographie d’André Belleau

De l’article Bio

De l’article Énigmatique

De l’article Illes

De l’article Lac-à-l’épaule

De l’article Palindrome

De l’article Propos non parlementaires

De l’article Tradition et modernité

Parlons broue

Étienne Blanchard, 2000 mots bilingues par l’image, 1920, p. 41

Au Québec, la bière est (aussi) de la broue.

On peut la boire, se l’envoyer «en arrière du gorgoton», voire la caler.

Le client qui achète «huit grosses par jour» («Nous, les perdants», p. 51) ne pratique pas le commerce des personnes bien en chair; il préfère simplement les grands formats aux petits.

Une bière sans mousse est dite flatte :

Il se lève et finit la grosse bière
flatte sur sa table de travail
(Poèmes anglais, p. 170).

Servie sans avoir été réfrigérée, elle est tablette : «Une semaine entière de pêche avec deux vieux amis, à s’empiffrer de poisson et de bière “tablette”, avait laissé des traces qu’un œil exercé pouvait aisément discerner» (Coups de feu au Forum, p. 163).

Il y a les bières locales et les importées : qui prend «une belge à la fois» (Rosemont de profil, p. 23) n’a pas besoin d’être en compagnie de Belges.

Le buveur de bière(s) court plusieurs risques, dont ceux de l’ivresse et de la bedaine de bière. On ne confondra celle-ci ni avec le six-pack ni avec la bedaine citoyenne.

Illustration : «Ouvretout. Opener. A) ouvreboîte : can opener. B) débouchoir (pour bouchons métalliques) : bottle opener. C) Tirebouchon : corkscrew» (2000 mots bilingues par l’image, p. 40-41).

Références

Blanchard, abbé Étienne, 2000 mots bilingues par l’image, Montréal, L’Imprimerie des marchands limitée, 1920, 112 p. Ill.

Brisebois, Robert W., Coups de feu au Forum, Montréal, Hurtubise, 2015, 244 p.

Desbiens, Patrice, Poèmes anglais suivi de la Pays de personne suivi de la Fissure de la fiction, Sudbury, Prise de parole, coll. «Bibliothèque canadienne-française», 2010 (1988, 1995 et 1997), 223 p. Préface de Jean Marc Larivière.

Bock, Raymond, Rosemont de profil, Montréal, Le Quartanier, coll. «Nova», 2, 2013, 54 p.

Parent, Marie, «Nous, les perdants», Liberté, 305, automne 2014, p. 51.

Montréal => Paris => Barcelone => Montréal

L’Oreille tendue est donc allée voir ailleurs si elle y était. Notes.

L’urbain fait fureur au Québec, mais pas seulement. Paris n’échappe pas à cette plaie.

Paris, juin 2015, publicité

La mauvaise pub est universelle. L’Oreille a proposé celle-ci à Jean-Philippe Pleau.

Paris, juin 2015, publicité

C’est pourtant simple. Quand il s’agit du genre autobiographique, le mot Mémoires est masculin et prend la majuscule. Pourtant…

Paris, juin 2015

À chacun ses traditions. L’Oreille a les siennes.

Paris, juillet 2015

Hommage (Paris 15e) à Philippe Didion et à ses Notules.

Paris, rue du Théâtre, 15e, juillet 2015

Dans les appartements de location (barcelonais), on trouve des lectures étonnantes. (Non, personne ne feule dans Otages en Irak [2005].)

Gérard de Villiers, Otages en Irak, 2015, couverture

Après Wikipédia, Wikimedia Commons, Wikibooks, Wikidata, Wikinews, Wikiquote, Wikisource et Wikivoyage, voici, à Barcelone, Wikinails. Un bar à ongles ?

Wikinails, Barcelone, juillet 2015, affiche

Il y eut l’extrême, puis l’ultime. Voici l’ultra.

Barcelone, juillet 2015, publicité

Foi d’Oreille et d’oreille de fils d’Oreille, il y eut du soleil.

Barcelone, juillet 2015

Hommage à Nicolas Dickner. Conteneurs, port de Barcelone, juillet 2015

La mondialisation est réelle : des Québécois buvant du vin espagnol dans un verre inspiré d’une société finlandaise.

Verre Angry Birds, Barcelone, juillet 2015

Bla-bla-bla.

Barcelone, juillet 2015, publicité

Pourquoi aller si loin quand le dépaysement est au coin de la rue ?

Boulevard Décarie, Montréal, juillet 2015, vitrine avec tour Eiffel

Huit verbes pour un vendredi matin

Pour les hommes, les vrais : mecspliquer — «Today I learned that the word for “mansplain” in French is mecspliquer thanks to @GretchenAMcC» (@heatherfro).

Pour les amateurs de café et de procrastination : procraféiner — «Mon nouveau mot préféré : procraféiner» (@sylvie_gagnon).

Pour les gens (trop polis) — se courtoiser : «Maître Rabutin et maître Bronlard se courtoisent à la porte de ma cellule. Et que je te m’efface pour te mieux m’avancer. Finalement l’un sort, l’autre entre, la porte se referme et nous voici entre Bronlard et moi» (Monsieur Malaussène, p. 416).

Pour les non-sentimentaux — défleurbleuiser : «Doyon artiste des transitions. Son ton caustique défleurbleuise le propos. #tedxdrummond» (@profenhistoire).

Pour les amateurs de tam-tam — djember : «La sortie du métro avait des airs de Centre Bell. Ça chante, ça djembe, ça fait du bruit… #Manif22mars» (@OursAvecNous).

Pour les craintifs de l’assiette — éco-rassurer : «merci de préciser la sorte de poisson pour nous éco-rassurer» (la Presse, 23 mai 2015, cahier Gourmand, p. 5).

Pour les cyclistes et les automobilistes — emportiérer.

Emportiérage (laPresse+, 6 avril 2014)

Pour les amateurs de télé — mcgilliser : «Merci à @Ant_Robitaille d’avoir inventé l’espression “mcgillisé” dans le débat @thereseparisien vs @PhDesrosiers à #BazzoTv :)» (@mcgilles).

Référence

Pennac, Daniel, Monsieur Malaussène, Paris, Gallimard, 1995, 545 p.

Citation à méditer

Hamburger ou Hamberger (La Malbaie) ?

«[…] les emprunts à n’importe quelle langue, exception faite de l’anglais, reçoivent au Québec un accueil indiscutable. On a bien traduit le hamburger en hambourgeois, mais il ne viendrait certes à personne l’idée saugrenue de proposer des équivalents pour les sushis japonais ou les paninis italiens. Toute innovation provenant d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud ou d’Europe peut être adoptée au Québec avec son nom d’origine, à la condition expresse que ce nom ne soit pas anglais.»

Chantal Bouchard, On n’emprunte qu’aux riches. La valeur sociolinguistique et symbolique des emprunts, Montréal, Fides, coll. «Les grandes conférences», 1999, 40 p., p. 21.