Divergences transatlantiques 014

Il est bon d’apprendre. Mieux : il est bon d’apprendre tous les jours. Comment exprimer cela entre francophones ?

À droite de l’Atlantique (si l’on peut dire) : «je viens de découvrir que je suis flexitarienne (France Culture), je me coucherai moins bête ce soir» (@eclectante).

À gauche, on se couchera moins niaiseux. C’était, par exemple, le titre d’une série documentaire à la chaîne québécoise Ztélé.

Lecteur, tu te coucheras moins bête / niaiseux.

 

[Complément du 19 septembre 2016]

L’Oreille tendue l’a déjà dit : il peut être utile ou amusant, quand on réfléchit au sens d’une expression, d’inventer son antonyme.

Le personnage principal du roman Vox populi (2016) de Patrick Nicol se livre à ce type d’exercice : «“Se coucher moins niaiseux”, Marc connaît cette expression depuis toujours, mais, ça le frappe aujourd’hui, il ne lui connaît pas de contraire. “Se lever plus cave”, par exemple, n’existe pas» (p. 28). En effet.

 

Référence

Nicol, Patrick, Vox populi, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 98, 2016, 89 p.

Défense et illustration de la minuscule, bis

Il y a quelque temps, on a vu, citation de Christian Gailly à l’appui, qu’une Américaine n’est pas une américaine. Rebelote, en quelque sorte.

Nicolas Ancion : «Quittant en un mouvement le bord du trottoir, il se glisse entre deux petites japonaises, une rouge et une bleue.» Une Japonaise rouge (ou bleue), cela (d)étonnerait.

Sébastien Bailly : «Le français ne supporte pas la faute de grammaire» (p. 35). La situation est plus trouble dans ce cas : s’il n’est pas sûr que le français «ne supporte pas la faute de grammaire», il est avéré, en revanche, que beaucoup de Français affirment ne pas la souffrir.

Sur Twitter : «Je vais enfin “avoir” mon grand danois !» (@Mlle_V). Un grand Danois, ce ne serait pas tout à fait pareil.

Entre majuscule et minuscule, et vice versa, il y a un monde.

Références

Ancion, Nicolas, Les ours n’ont pas de problème de parking, édition numérique, Saint-Cyr sur Loire, publie.net, coll. «Fiction 17», 2011 (2001).

Bailly, Sébastien, les Zeugmes au plat. Éloge d’une tournure humoristique, Paris, Mille et une nuits, coll. «Mille et une nuits», 585, 2011, 107 p. Avant-propos de Hervé Le Tellier.

Le zeugme du dimanche matin

Jocelyn Bérubé, Portraits en blues de travail, 2003, couverture«Ce grain pas ordinaire s’est mis en effet à pousser, à grandir dans les airs et à vue d’œil, produisant un arbre gigantesque aux millions de feuilles […].»

Jocelyn Bérubé, Portraits en blues de travail, préface de Jean-Marc Massie, accompagné d’un cédérom, Montréal, Planète rebelle, coll. «Paroles», 2003, 94 p., p. 28.

Ru-ru et poulet

Deux beaux cas de cacophonie aujourd’hui.

Le premier, chez la traductrice de Mary Pope Osborne : «Bondissant par-dessus les tuiles brisées qui encombrent la cour, ils se ruent vers la porte et jaillissent dans la rue» (p. 60). Ce «ruent» / «rue» fait ronron.

Le second, beaucoup plus ancien, et signalé récemment par Sébastien Bailly dans les Zeugmes au plat : «Je suis romaine, hélas ! puisque mon époux l’est» (Corneille, Horace, première version, acte I, scène 1). Selon Wikipédia, il s’agirait, dans ce cas, d’un kakemphaton.

Références

Bailly, Sébastien, les Zeugmes au plat. Éloge d’une tournure humoristique, Paris, Mille et une nuits, coll. «Mille et une nuits», 585, 2011, 107 p. Avant-propos de Hervé Le Tellier.

Pope Osborne, Mary, Panique à Pompéi, Paris, Bayard poche, coll. «La cabane magique», 8, 2009 (1998), dixième édition, 73 p. Traduction et adaptation de Marie-Hélène Delval. Illustration de Philippe Masson.

Divergences transatlantiques 013

Soit une «Veste longue de sport, en tissu imperméable, munie d’une capuche», au genre fluctuant (le Petit Robert, édition numérique de 2010).

Au Québec, le mot est surtout masculin : «Lorsque Norah passe près d’eux, un des employés jette un drôle de regard à son parka de caribou qui, il faut l’avouer, détonne un peu dans le décor» (Nicolas Dickner).

En France, il paraît être beaucoup employé au féminin : «Elle portait une parka sale, un chapeau tordu sur la tête et on pouvait véritablement dire qu’elle était sans âge» (Arnaldur Indridason, p. 79).

Qu’en disent les Belges ?

 

[Complément du 22 août 2011]

Que faire quand on est une écrivaine québécoise et qu’on est publiée en France ? Mélanie Vincelette, dont le roman Polynie a paru en 2011 chez Robert Laffont, a été confrontée à la difficulté. Pour ne déplaire à personne, elle a trouvé une solution élégante. Page 30, il est question «d’un parka en laine bleue». Page 163 apparaît «une parka traditionnelle rouge». Page 197, il y a plus simple : «des parkas modernes». Tout le monde est content.

 

Références

Dickner, Nicolas, Boulevard Banquise, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 2006, 47 p. Ill. Un conte de Nicolas Dickner, inspiré et illustré d’œuvres de la collection d’art inuit Brousseau.

Indridason, Arnaldur, la Rivière Noire, Paris, Métailié, coll. «Métailié noir», 2011 (2008), 299 p. Traduction d’Éric Boury.

Vincelette, Mélanie, Polynie, Paris, Robert Laffont, 2011, 213 p.