Nouvelle catégorie sociale ?

La revue de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) porte bien son nom : Découvrir. L’Oreille tendue y découvre en effet, dans le dernier numéro (vol. 30, no 5, novembre-décembre 2009, p. 4), l’existence d’une nouvelle (?) catégorie sociale : «Le contenu de cette revue est reproduit sur serveur vocal par l’Audiothèque pour les personnes handicapées de l’impriméL’Oreille craint que cela fasse beaucoup de monde, aveugle ou pas.

Exemple à ne pas suivre

«Les enjeux linguistiques sont de différentes natures, mais ils convergent tous vers le même débat fondamental entre la domination et l’alliance des langues, ou plutôt entre une domination exercée par des êtres sociaux locuteurs, l’économie et la culture avec laquelle ils organisent les échanges à leur avantage sur des territoires réels et virtuels, appauvrissant ainsi l’ensemble, et une alliance qui devrait voir converger les activités de ceux qui ont pris conscience des enjeux.»

Le Français à l’Université, 14, 3, troisième trimestre 2009, p. 1.

Une langue pleine de ressources, bis

L’Oreille tendue déjà eu l’occasion de noter combien l’usage du mot ressource est devenu généralisé.

Nouvelle manifestation du fléau dans le Devoir du 7 octobre. On y apprend qu’il existe depuis 2001 une Fédération des ressources intermédiaires jeunesse du Québec; elle dénonce vertement l’«Immobilisme de la ministre Thériault» (p. A3).

Que font ces ressources ? Elles hébergent et elles soutiennent : «Près de 800 jeunes au Québec, placés selon la Loi de la protection de la jeunesse, sont hébergés et soutenus par les ressources intermédiaires jeunesse.» Les caractères gras sont de la FRIJQ.

Son souhait ? Combattre «la présense d’un système à deux vitesses», dénoncer «une situation d’iniquité salariale» (avec caractères gras) et permettre «à l’État d’économiser des dizaines de millions de dollars» (sans). La FRIJQ met elle-même la main à la pâte : elle économise les articles et autres mots de transition (entre «intermédiaires» et «jeunesse»).