Avancez en arrière

Mêlez Facebook et une bonne dose de nostalgie, et vous vous retrouvez avec une nouvelle catégorie socialo-affective : le rétrosexuel. Définition de Slate.fr : «Le Boston Phoenix a […] inventé un terme pour ces personnes qui renouent avec leurs premiers amours [grâce à Facebook] : les “rétrosexuels”.»

Sous la plume de Claire Suddath, le magazine Time, dont s’inspire l’article de Slate.fr, parle de «recycled love». C’est un peu plus brutal.

Quatre mots pour le XXIe siècle

Jusqu’à tout récemment, trois mots (en «c») semblaient bien résumer, pour l’Oreille tendue, le début du XXIe siècle.

Commémoration. L’année dernière, c’était celle des Canadiens de Montréal. Vendredi dernier, celle du 11 septembre 2001. Hier, celle de la bataille des plaines d’Abraham à Québec. La semaine prochaine, ce sera autre chose.

Conspiration. Voilà qui obsède les créateurs : nous vivons à l’ère du complot. Lire The Da Vinci Code de Dan Brown, Checkpoint de Nicholson Baker, le Projet Syracuse. Vie et mort de Wolf Habermann (1895 ? – 1979 ?), mathématicien, philologue, amateur de baseball et soi-disant conspirateur de Georges Desmeules, les romans d’Henning Mankell ou la trilogie Millénium de Stieg Larsson. Essayer de suivre la série télévisée 24.

Communauté. Qu’est-ce que le Web 2.0 — Facebook, Twitter, Flickr, YouTube —, sinon la création de communautés ? Quelle est la valeur récurrente des discours de Barack Obama ?

L’Oreille se rend compte qu’il lui manquait un mot : génération C. De quoi s’agit-il ? «La “génération C”, c’est celle du million et demi de Québécois nés entre 1982 et 1996, ces jeunes qui ont grandi avec les micro-ordinateurs et Internet et qui s’en servent pour communiquer, collaborer et créer comme jamais auparavant dans l’histoire», explique le site du colloque qui porte le nom de cette nouvelle génération. En faites-vous partie ? Réponse ici.

 

[Complément du 26 décembre 2015]

Sur le complot et la complicité, on écoutera le Monde selon Antoine Perraud, sur France Culture, livraison du 4 octobre 2015.

Retard du blogueur non tatoué

Toute contente, hier, de découvrir, à l’émission de radio Citoyen numérique de Michel Dumais, l’expression «tatouage des fichiers», dans la bouche de Gilles Herman des Éditions du Septentrion. Quelle jolie expression !

Par acquit de conscience, l’Oreille tendue jette un coup d’œil au Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française. Déception : elle y est.

Tatouage numérique : «Technique de marquage qui consiste à insérer une signature invisible et permanente à l’intérieur des images numériques transitant par les réseaux, tel Internet, afin de lutter contre la fraude et le piratage et d’assurer la protection des droits de propriété intellectuelle.»

Le mot existe en ce sens depuis… 1999.

Selon le GDT, le tatouage numérique, ou filigranage numérique, ou marquage numérique, est seulement affaire d’image ou de «document audiovisuel numérique». En fait, désormais, on l’emploie aussi pour les fichiers textuels; il faudrait le préciser.

Maigre consolation.

Le serpent de mer

À l’occasion de la parution prochaine de l’essai Zéro faute. L’orthographe, une passion française de François de Closets, l’hebdomadaire le Point publie un dossier avec titre en couverture : «Orthographe. La grande injustice» (numéro 1928, 27 août 2009, p. 46-54).

De Closets se souvient qu’il a été «un jeune délinquant orthographique», rejeté par les «graphocrates» et les «graphorigides». Résigné, il ne croit pas à une réforme : «On ne peut plus résoudre la crise de l’orthographe actuelle par une simplification, il faudrait faire une réforme de très grande ampleur, qui serait rejetée.» La solution ? Les correcteurs informatiques. (Ça ne s’invente pas.)

Le dossier contient tous les lieux communs d’usage. «L’orthographe est en crise. Collégiens, étudiants, cadres : les nouvelles générations ne savent plus écrire trois phrases sans erreurs» (Fabien Roland-Lévy). «Notre langue [est] magnifique dans son ordonnancement général» (François de Closets). «Je n’entrerai pas dans la querelle du niveau général des élèves d’aujourd’hui. Ce que je sais, c’est qu’en français ce niveau décline» (Érik Orsenna).

Quand on sait que la dernière proposition de rectifications orthographiques date, en France, de décembre 1990, on doit constater que la discussion est toujours aussi mal nourrie. Le «psychodrame national» (Fabien Roland-Lévy) n’est pas prêt de se régler.

Référence

Closets, François de, Zéro faute. L’orthographe, une passion française, Paris, Mille et une nuits, 2009, 300 p.

Du texto et de ses effets linguistiques

Dans un coin, le linguiste David Crystal, l’auteur de Txtng : The Gr8 Db8 (2008), qui ne croit pas que la pratique massive du texto aura des effets négatifs sur l’évolution de la langue. En un mot : «Why all the Fuss ?» (titre du chapitre 8). Il s’en explique dans une vidéo ici.

Dans l’autre, Louis Menand, qui, rendant compte du livre dans les pages du New Yorker le 20 octobre 2008, se montre sceptique : «It is good to know that the estimated three billion human beings who own cell phones, and who use them to send more than a trillion text messages every year, are having no effect on anything that we should care about. A trillion text messages, Crystal says, “appear as no more than a few ripples on the surface of the sea of language.” […] Still, despite what they say, size matters. A trillion of anything has to make some change in cultural weather patterns.» Menand déplore, par exemple, «the Englishing of world languages» : «texting has probably done some damage to the planet’s cultural ecology, to lingo-diversity».

Débat.

Références

Crystal, David, Txtng : The Gr8 Db8, Oxford, Oxford University Press, 2008, 256 p. Ill.

Menand, Louis, «Books. Thumbspeak. Is Texting Here to Stay ?», The New Yorker, vol. LXXXIV, no 33, 20 octobre 2008, p. 86-87.