Archives pour la catégorie Polar

Citation exotique du jour

«Ignorant de ce qui se passait à l’étage, l’inspecteur Mordaunt achevait d’interroger le professeur Lalla-Poor :

“Ne vous croyez pas obligé de répondre à cette question, professeur. J’aimerais cependant apprendre de quelle contrée de l’Inde vous êtes originaire ?”

Le prestidigitateur répondit sans hésiter :

“De Sirsa, naturellement.

— Sirsa… Dans le Bengale ?

— Le Penjab.

— Curieux ! Le major Fairchild vous aurait — selon lui — adressé la parole en penjabi et vous ne lui auriez pas donné la réplique attendue.”

Pour la première fois, un sourire entrouvrit les lèvres minces de l’Hindou :

“Je ne l’aurais naturellement pas pu, inspecteur.

— Pourquoi ?

— Bienheureux l’homme mûr sujet à l’illusion. Le cher major croit qu’il parle penjabi !»

Stanislas-André Steeman, L’assassin habite au 21, Paris, Le livre de poche, coll. « Le livre de poche policier », 1965 (1939), 192 p., p. 74.

Accouplements 08

(Accouplements : une rubrique où l’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Dans le Devoir des 6-7 septembre 2014, sous la signature de Christian Desmeules (p. F1) :

Peut-on échapper à l’éternel retour du narrateur enfant dans notre littérature ?

Dans une lettre de Raymond Chandler à Alex Barris, le 16 avril 1949 :

Tous les jeunes scénaristes et les jeunes metteurs en scène s’y sont essayés. «Faisons de la caméra un personnage»; à un moment ou à un autre, on a entendu ça à toutes les tables de Hollywood (éd. 1970, p. 145).

En matière de procédé : du pareil au même.

Référence

Chandler, Raymond, Lettres, Paris, Union générale d’éditions, coll. «10/18», 794, 1970, 309 p. Traduction de Michel Doury. Préface de Philippe Labro.

Du nouveau sur Simenon

L’Oreille tendue s’en doutait depuis quelques années : Georges Simenon (1903-1989) était québécois. La preuve ? Son vocabulaire, bourré de mots et d’expressions propres au Québec.

Dans La neige était sale (1948), il y a des «bancs de neige» (éd. 2003, p. 89) et un personnage déclare péremptoirement : «Cela n’a pas de bon sens» (p. 83).

Auprès de quoi se chauffe-t-on dans l’Affaire Saint-Fiacre (1932) ? D’un «calorifère» (éd. 2003, p. 162). Que porte-t-on aux pieds par mauvais temps ? Des «caoutchoucs» (Maigret et l’Affaire Nahour, 1967, éd. 1990, p. 318; le Chat, 1967, éd. 1990, p. 452, 460, 477).

Le romancier, comme c’est si fréquent au Québec, semble confondre pamphlet et brochure; c’est le cas dans Maigret a peur (1953, éd. 2006, p. 66). Pire : il lui arrive d’utiliser un verbe transitif sans complément d’objet, par exemple dans «J’ai quitté deux ans avant…» (le Voleur de Maigret, 1967, p. 49).

Les «ici dedans» (p. 51) et les «hier au soir» (p. 61) du Chien jaune (1936) sont chères au cœur de la mère de l’Oreille. Son grand-père disait lui aussi que quelque chose était écrit «sur le journal» (la Veuve Couderc, 1942, éd. 2003, p. 1163).

Voilà des signes qui, ajoutés les uns aux autres, ne sauraient mentir.

Des esprits pinailleurs vous diront que, dans certains cas, il ne s’agit pas seulement de québécismes, mais aussi de belgicismes, voire que des emplois, après 1945, peuvent avoir été inspirés à Simenon par sa rencontre avec la Canadienne Denyse Ouimet, qui sera sa compagne jusqu’en 1964. Ce serait trop simple. L’Oreille ne l’entend pas de cette oreille.

 

[Complément]

Promis juré craché : l’Oreille tendue, au moment de mettre ce billet en ligne, ignorait que Simenon était mort, en 1989, un… 4 septembre.

 

Références

Simenon, l’Affaire Saint-Fiacre (1932), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 105-212 et 1354-1365.

Simenon, le Commissaire Maigret. Le chien jaune (1936), Paris, Le livre de poche, coll. «Le livre de poche policier», 869, 1963, 20 p. Présenté par Marcel Aymé.

Simenon, la Veuve Couderc (1942), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 1043-1169 et 1458-1471.

Simenon, La neige était sale (1948), dans Romans. II, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 496, 2003, p. 1-199 et 1503-1519.

Simenon, Maigret a peur (1953), Paris, Librairie générale française, coll. «Le Livre de poche», 14245, 2006, 188 p.

Simenon, Maigret et l’affaire Nahour (1967), dans Œuvre romanesque, Libre expression et Presses de la Cité, coll. «Tout Simenon», 1990, p. 315-424.

Simenon, le Chat (1967), dans Œuvre romanesque, Libre expression et Presses de la Cité, coll. «Tout Simenon», 1990, p. 425-540.

Simenon, le Voleur de Maigret (1967), Paris, Presses de la cité, coll. «Maigret», 44, 1967, 182 p.

Accouplements 06

(Accouplements : une rubrique où l’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Lectures croisées des vacances (du mois d’août).

Dans Lettre à mon juge, de Simenon, un très étonnant passage sur une disparue.

Supposez que vous marchez dans une calme rue de province, par une chaude après-midi d’août. La rue est partagée en deux par la ligne qui sépare l’ombre du soleil.

Vous suivez le trottoir inondé de lumière et votre ombre marche avec vous, presque à vos côtés, vous la voyez, cassée en deux par l’angle que les maisons aux murs blancs font avec le trottoir.

Supposez toujours… Faites un effort… Tout à coup, cette ombre qui vous accompagnait disparaît…

Elle ne change pas de place. Elle ne passe pas derrière vous parce que vous avez changé de direction. Je dis bien : elle disparaît (chapitre IV, éd. 2003, p. 1231).

Puis ceci, dans Proust est une fiction de François Bon, tiré d’À la recherche du temps perdu.

je m’avançais, laissant mon ombre derrière moi, comme une barque qui poursuit sa navigation à travers des étendues enchantées (2013, p. 321).

Une ombre disparue, une ombre laissée.

Références

Bon, François, Proust est une fiction, Paris, Seuil, coll. «Fiction & Cie», 2013, 329 p.

Simenon, Lettre à mon juge (1947), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 1171-1334 et 1471-1487.

Notes de périple I

L’Oreille tendue s’est éloignée de son clavier quelques jours. Récit (comme on dit maintenant à Radio-Canada, au lieu de parler de reportage), en quelques trames.

Trame pronominale

En une heure, un quinquagénaire se fait tutoyer par une inconnue qui a quarante ans de moins que lui, puis se fait demander, par une serveuse de son âge, si «on» a choisi ce qu’«on» allait manger. Le Québec des pronoms personnels.

Trame périodique

L’Oreille n’a pas abandonné sa fréquentation des journaux pendant son séjour au vert.

Elle a donc pu croiser des «épicuriens passionnés» (le Devoir, 23-24 août 2014, p. D5) : deux fautes — erreur de sens, contradiction dans les termes — pour le prix d’une.

La langue de margarine lui a barbouillé les oreilles : «une cuisine ancrée résolument dans les traditions, mais impeccablement moderne» (la Presse+, 23 août 2014); «la cuisine, toujours ancrée dans des ingrédients d’ici, mais résolument française» (la Presse+, 24 août 2014). Résolument

Elle a assisté en direct à un voyage (presque) sur mer (presque) autour du monde : «Maintenant que leur périple de deux parties sur la route est terminé, les Alouettes rentreront à Montréal […]» (la Presse+, 23 août 2014).

Et elle s’est souvenue que son grand-père aurait dit, comme chez Simenon, que quelque chose était écrit «sur le journal» (la Veuve Couderc, éd. 2003, p. 1163).

Trame météorologique

Après cinq ou six jours, il a pu arrêter de pleuvoir. Le lac était de niveau.

Trame signalétique

À côté d’un terrain de golf, ce panneau :

periple_signaletique

Interrogation de l’Oreille sur Twitter : «Tout est interdit ?» Réponse, sous forme de question, d’@Hortensia68 : «Ou rien ?»

Trame bibliothéconomique

L’Oreille a été catastrophée par les déclarations du ministère de l’Éducation du Québec, Yves Bolduc, sur la situation dans les bibliothèques scolaires de la province, déclarations rapportées par le journal le Devoir le 22 août :

L’achat de livres dans les bibliothèques n’est donc pas essentiel pour le ministre de l’Éducation ? «Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres [dans les bibliothèques]», affirme le ministre Bolduc, en ajoutant que les commissions scolaires n’ajouteront seulement pas de livres dans leur collection et achèteront moins de nouveautés littéraires ces prochaines années. «J’aime mieux qu’elles achètent moins de livres. Nos bibliothèques sont déjà bien équipées. […] Va dans les écoles, des livres, il y en a, et en passant, les livres ont été achetés l’an passé, il y a 2 ans, ou 20 ans

Elle s’est néanmoins réjouie en voyant les médias sociaux se payer la tête du ministre et en se rappelant qu’une catégorie du blogue Mots et maux de la politique d’Antoine Robitaille rassemble les bolducries.

Pour le dire, synthétiquement, comme Claude Quenneville (@cqlr) :

Moins de livres pour les bibliothèques. Les jeunes vont parler le même français que le ministre Bolduc.

Trame nautique

À vue de nez : porter une veste de flottaison, sur un bateau à moteur, ça ne se fait juste pas; en revanche, en kayak, cela va de soi.

À suivre…

Référence

Simenon, la Veuve Couderc (1942), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 1043-1169 et 1458-1471.