Faune politique

Expression un brin sibylline dans le Devoir de ce samedi, sous la plume de Louis Hamelin : «la lutte larvée qui continue d’opposer les tenants du “projet de société” aux caribous, ou partisans pressés de l’indépendance pure» (12-13 septembre 2009, p. F4).

Caribous ? Il ne doit pas s’agir du renne du Canada, le Rangifer tarandus, qu’on voit mal discuter avec «les tenants du “projet de société”». Mais alors ?

Il s’agit en fait d’une créature politique qui existe de longue date — le militant-indépendantiste-québécois-pur-et-dur —, à laquelle on a trouvé une nouvelle étiquette.

Dès 2006, Patrick Bourgeois et René Boulanger postulaient une opposition nette : «Le courage d’un côté, et la peur de l’autre. Voilà ce qui différencie les purs et durs des réalistes, les caribous des farouches chevreuils à l’œil toujours larmoyant, les oreilles bien campées sur la nuque, effrayés par le moindre bruit.»

Le 17 avril 2008, sur le site AmériQuébec.net. Le portail de l’Amérique francophone, Louis-Joseph Benoit se montrait plus ouvert, quand il publiait un texte intitulé «Le “call” aux caribous» : «Cet article est un appel [«call»] à la mobilisation modestement lancé en tout respect à ceux que j’appelle avec affection, taquinerie et un certain sens historique “les caribous”, mes sœurs et frères compatriotes dans ce combat pour l’indépendance du Québec que nous menons.»

Double paradoxe. D’une part, pour défendre l’indépendance québécoise, les purzetdurs se réclament d’un animal qui est le «symbole du Nord canadien» (l’Oreille souligne). D’autre part, la mémoire collective n’a pas oublié la noyade de 10 000 caribous en 1984 dans la Caniapiscau, pour cause de mauvaise gestion du niveau d’eau de cette rivière.

De la mort collective comme symbole d’indépendance nationale ?

Le message ne passait plus

Motif fréquent de congédiement d’entraîneur dans le sport professionnel. Ne s’emploie que dans un sens : du haut vers le bas, du chef vers ses employés. Exemple : «Il semble que le message n’ait pas passé, comme ils disent dans les arénas» (la Presse, 8 juillet 2009, Sports, p. 6).

Du temps où il était entraîneur, on a pu utiliser ce motif pour expliquer le sort réservé à Jacques Demers. Ça ne risque pas de lui arriver au Sénat, où il a un contrat garanti (pour rester dans le jargon sportif) de dix ans.

Jacques Demers et moi

En 2005 paraissait, sous la signature de Mario Leclerc, Jacques Demers en toutes lettres, l’autobiographie d’un ancien entraîneur de hockey professionnel, devenu commentateur. Demers y révélait son analphabétisme. Depuis, il aurait commencé à apprendre à lire et à écrire.

Hier, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a nommé Demers sénateur. Sénateur ? «Le sénateur consacre une partie de la semaine dans la salle du Sénat en débats sur des projets de loi mais c’est en comité qu’il approfondi [sic] chaque projet. C’est là qu’il accomplit le travail le plus ardu et le plus stimulant. Les sénateurs passent de longues heures en réunion discussions et consultations [sic] à relever les forces et les faiblesses d’un projet de loi et parfois à proposer des modifications à y apporter. La plupart des sénateurs siègent à au moins deux comités ou sous-comités. Les réunions hebdomadaires du caucus de leur parti et la rédaction de discours [!!!] pour leur participation à différentes manifestations occupent aussi une partie de leurs journées déjà chargées» (source : Parlement du Canada).

Jacques Demers sénateur ? Les mots nous manquent. À lui aussi.

Référence

Leclerc, Mario, Jacques Demers en toutes lettres, Montréal, Stanké, 2005, 583 p. Ill. Préface de Bertrand Raymond.

Citation liégeoise du jour

«Il me semble en effet que c’est moins la langue en elle-même que nous avons à défendre que ceux qui, par elle, adviennent à la vie sociale, et même à la vie tout court. C’est moins la langue que nous avons à illustrer que les valeurs qu’elle peut représenter et qu’elle permet d’exprimer.

[…]

C’est qu’un langage clair abat les cloisons. Il suscite le beau risque de la démocratie, car il offre la possibilité d’un contrôle sur les choses.

La véritable écologie du langage est là : autoriser le traitement direct par le citoyen de tout ce qui le touche.»

Jean-Marie Klinkenberg, «Le conseil, la langue et le citoyen», la Revue générale, 12, 1993, p. 13-21, p. 18 et 21.

P.Q.

L’histoire de la littérature raffole des périphrases. Bossuet est «L’aigle de Meaux», Voltaire, «Le patriarche de Ferney», George Sand, «La bonne dame de Nohant».

Existe-t-il des périphrases québécoises (P.Q.) ? Bien sûr, avec la même contrainte qu’ailleurs : il faut minimiser le risque de confusion. «Le poète de Natashquan» (Gilles Vigneault), oui; pas «Le poète de Montréal». «L’athlète de Ripon» (Stéphane Richer), d’accord; «L’athlète de Québec», non.

Il y a des «p’tits gars», souvent d’anciens premiers ministres, au fédéral comme au provincial : les «p’tits gars» de Shawinigan (Jean Chrétien), de Baie-Comeau (Brian Mulroney), de Chandler (René Lévesque). Il y a «Le père de la loi 101» (Camille Laurin), qu’on ne confondra pas avec «Le père de Youppi» (Roger D. Landry). Il fut même un temps où «Le prince des annonceurs» (Roger Baulu) pouvait interviewer «Le prince des lépreux» (le cardinal Paul-Émile Léger).

Certaines P.Q. peuvent désigner deux personnes, ce qui nuit à leur efficacité. «Le beu de Matane» («Le bœuf de Matane») est aussi bien l’ex-ministre Marc-Yvan Côté que l’ex-hockeyeur Alain Côté.

Inversement, il est des cas où une seule a droit à plusieurs P.Q. : Céline Dion est «La p’tite fille de Charlemagne», «La diva de Charlemagne», voire «La diva de la chanson».

On ne prête qu’aux riches.

 

[Complément du 27 mars 2012]

Thomas Mulcair vient d’être élu chef du Nouveau parti démocratique du Canada. Michel David, qui lui consacre un texte dans le Devoir d’aujourd’hui, l’appelle le «pitbull de Chomedey» (p. 3). Ouch.

 

[Complément du 27 avril 2015]

Si l’on en croit @PrintempsM (Les Printemps meurtriers de Knowlton / Festival international de littérature noire de langue française), Chrystine Brouillet serait «la reine du polar québécois». Merci de nous l’apprendre

 

[Complément du 21 décembre 2015]

Dans le Devoir du jour, sous la plume de Jean-François Nadeau : le «barde de l’île d’Orléans», Félix Leclerc (p. A3).