Là (là)

Qu’est-ce que le français parlé au Québec au début du XXIe siècle ? Une variété régionale du français.

On y trouve des mots réputés archaïques selon les dictionnaires publiés en France (barrer la porte pour verrouiller la porte), des mots, inconnus ailleurs, pour désigner des réalités locales (poudrerie pour neige poussée par le vent pendant qu’elle tombe), des mots créés pour éviter d’avoir recours à d’autres venus de l’anglais (courriel pour e-mail), quelques mots amérindiens (achigan) ou anglais (aréna) entrés dans la langue courante. La féminisation des titres de fonctions y est recommandée (auteure). Il y a des accents québécois comme il y a des accents hexagonaux. Sur le plan de la syntaxe, rien de significatif ne distingue cette variété du français de la langue dite standard.

(Sur ces questions, surtout de vocabulaire, une lecture recommandée : le Vif Désir de durer. Illustration de la norme réelle du français québécois, de Marie-Éva de Villers, Montréal, Québec Amérique, 2005, 347 p. Ill.).

Et il y a des fréquences lexicales qui ne sont pas les mêmes des deux côtés de l’Atlantique.

Un seul exemple, décliné trois fois dans les médias hier : le mot , beaucoup plus souvent utilisé ici que… là, et dans toutes sortes de contextes.

Dans la Presse, une publicité pour Toyota : «La Corolla, là, là» (21 juillet 2009, p. A11). Ce «là là» est non seulement repérable comme élément de la langue courante pour tout Québécois francophone, il est aussi une allusion à un trait réputé propre aux habitants de la région du Saguenay. On l’entend notamment à satiété dans la bouche du maire de la ville de Saguenay, Jean Tremblay, ce qui lui a valu le surnom de Jean «là là» Tremblay.

Le matin, à la radio, une entrevue de Guy A. Lepage, au sujet de la troupe d’humoristes, aujourd’hui disparue, Rock et belles oreilles : il y méditait sur «ce métier-là». De quoi s’agit-il ? Pas besoin de le dire : n’importe quel artiste québécois sait désigner sa pratique par cette expression convenue. Plombier, garagiste, artisan : ce sont des métiers. Artiste : c’est «ce métier-là».

Toujours à la radio, en fin d’après-midi, une chronique de livres : en sept minutes, la chroniqueuse parle de «ce livre-là» (trois fois), de «cette ferme-là», de «cette façon-là», de «ce goût du monde-là» — et l’Oreille tendue en oublie.

On lui reprochera peut-être d’insister sur des cas particuliers. Néanmoins, elle croit que ces trois exemples-là sont clairs, là (là).

Insulte(s)

Un directeur de théâtre montréalais, associé au festival Juste pour rire, se montre grossier envers des internautes qui se sont plaints du fait qu’un de ses courriels publicitaires était écrit uniquement en anglais. Ce cas de «dérapage linguistique» a soulevé des vagues ces jours derniers; le Devoir résumait l’affaire vendredi dernier.

Hier, les Jeunes Patriotes du Québec appelaient à une manifestation pour dénoncer le signataire du courriel, sous le titre «Go Fuck Yourself». Extrait de leur invitation : «La situation du français à Montréal est précaire. La situation devient intenable et la population ne doit plus se taire. Nous devons exprimer haut et fort notre mécontentement sur toutes les tribunes et à chaque occasion qui se présente. […] Eric Amber, propriétaire du théâtre Sainte-Catherine a été trop loin. Celui-ci a insulter de manière très cavalière une troupe de théâtre demandant de la documentation en français […].»

«Insulter» au lieu d’«insulté» ? La faute est gênante. Est-ce pour cela qu’il n’y a eu qu’une trentaine de participants à la manifestation, selon le compte rendu du Devoir de ce matin ? Cela serait compréhensible.

Humour ?

Le festival Juste pour rire sévit actuellement à Montréal. Parmi les publicités de ses commanditaires, celle-ci, de la bière Labatt Bleue, pour sa zone BBQ : «Tu vas bouffer de rire. Viens-t’en à la Place Labatt Bleue.»

Deux choses à noter.

Encore une fois, l’inévitable tutoiement.

Surtout, cette substitution déconcertante — bouffer au lieu de pouffer —, qui rend le slogan difficile à interpréter, du moins à la première lecture. Pour qui devrait logiquement viser l’efficacité, c’est un drôle de choix.

Les enfants de la pub

Un lecteur du Devoir s’insurge contre l’emploi généralisé du tutoiement dans les publicités pour le nouveau vélo en libre-service de Montréal, le Bixi : «Change ta ville», «Pédale avec ta tête», «Change l’indice de smog», etc. Il considère que cela infantilise les utilisateurs potentiels de ces bicyclettes (14 juin 2009, p. C4). Il a raison.

En revanche, la publicité de l’Insectarium de Montréal, elle, a recours à juste titre au tutoiement : «Viens jouer dehors. Nouvel espace de découvertes. La Cour aux insectes.» Pourquoi ? Parce qu’elle s’adresse, elle, vraiment à des enfants, ceux qui iront courir dans la nouvelle aire de jeu du Jardin botanique.

Il est rassurant de savoir que quelqu’un, dans l’administration municipale, peut distinguer les vrais enfants des autres.

La ville, c’est urbain

L’urbain a la cote.

Un spa, c’est bien; un «spa urbain», c’est mieux. Vous songez à déménager à la campagne ? «Optez pour un naturel urbain» (Salaberry-de-Valleyfield, juillet 2005).

Mais il y a plus fort : le résolument urbain.

À Québec — qui, jusqu’à preuve du contraire, est une ville —, on peut fréquenter le Urba Resto Lounge. C’est, dit le Devoir de ce samedi, «un restaurant résolument urbain, aux allures branchées et décontractées» (3 juillet 2009, p. B7). Qu’y mange-t-on ? Une cuisine «dite urbaine d’inspiration internationale». Qu’y écoute-t-on ? De la musique «à saveur urbaine», voire «à saveur lounge et urbaine».

Peut-on être plus urbain que cela ? C’est résolument difficile à imaginer.

 

[Complément du 11 juillet 2009]

Déambulant hier soir rue Saint-Joseph, un lecteur québecquois de l’Oreille tendue est tombé sur la publicité suivante : «Votre boutique de chaussures urbaines bientôt ici». La ville, à Québec, ça marche.

 

[Complément du 18 juillet 2009]

Montréal n’est évidemment pas à l’abri de cette mode. Plaza Alexis-Nihon, au centre-ville, hier : «Totalement urbain.»

 

[Complément du 10 juin 2018]

«Hono Izakaya, un pub urbain à la japonaise», titre le Devoir de la fin de semaine. Dans l’article ainsi coiffé, on lit notamment ceci : «L’ambiance étonne. Pour ce resto d’une trentaine de places, les propriétaires ont voulu créer une ambiance urbaine et décontractée, voire minimaliste, avec un décor où dominent les planches nues, le mur de briques laissant deviner le tracé de l’ancien escalier et, bien sûr, l’espace bar où s’attablent amis et collègues le temps d’un verre ou deux.» Ce «pub urbain» à l’«ambiance urbaine et décontractée» se trouve dans la Vieille capitale.

Soyons rassurés : Québec reste une ville.