De Guy Lafleur

[Entrée mise à jour. 28 décembre 2010 : ajout de la vidéo de l’album de Guy Lafleur datant de 1979. 29 décembre 2011 : ajout de l’excellent portrait de Lafleur par Roy MacGregor en 1978. 22 avril 2013 : Guy Lafleur entre au musée. 2 janvier 2014 : deux livres publiés à la fin de 2013. 1er avril 2015 : Lafleur au théâtre.]

Le Devoir de ce matin publie un texte de l’Oreille tendue sur un joueur de hockey qui est aussi une icône culturelle, «De Guy Lafleur considéré comme un des beaux-arts» (p. E1). Le texte est disponible ici.

Un complément filmo-vidéo-icono-musico-bibliographique, même partiel, s’impose bien évidemment. Les non-fans peuvent passer leur chemin.

Filmo

Baillargeon, Paule et Frédérique Collin, la Cuisine rouge, long métrage de fiction, 1979. On peut voir un extrait du film, consacré à Lafleur, sur le site de Télé-Québec.

Vidéo

On peut (ré)entendre Robert Charlebois chanter «Champion» (1987), sur des paroles de Luc Plamondon et une musique de Jean Roussel, grâce (?) à YouTube.

On y trouve aussi «Bleu, blanc, rouge» (1981) de Michel Como, avec la participation de Tierry Dubé-Bédard et Éric Dubrofsky.

Une pièce de l’album de 1979 de Guy Lafleur y est aussi audible.

Icono

Le tableau «Le démon blond» de Benoît Desfossés est visible sur le site Web de l’artiste.

Les œuvres de Serge Lemoyne sont reproduites dans plusieurs ouvrages, par exemple le catalogue d’exposition rédigé par Marcel Saint-Pierre, Serge Lemoyne, préface d’Andrée Laliberté-Bourque, prologue de Normand Thériault, Québec, Musée du Québec, 1988, 236 p. Ill.

En avril 2013, le musée Grévin de Montréal ouvre ses portes. Guy Lafleur y est.

Guy Lafleur entre au musée Grévin de Montréal

Source : The Gazette, 17 avril 2013

Musico (par ordre chronologique)

Thiffault, Oscar, «La toune à Ti-Guy Lafleur», 1978

Lafleur, Guy, Lafleur !, 1979

Michel, Dominique, «Hiver maudit : j’hais l’hiver», 1979

Bouchard, Pierre Pinceau, «Tou toune», 1979

École Saint-François d’Assise, 4e année, «Le hockey, c’est la santé», 1979

Como, Michel, avec la participation de Tierry Dubé-Bédard et Éric Dubrofsky, «Bleu, blanc, rouge», 1981. La version anglaise s’intitule «Red, White, Blue».

Charlebois, Robert, «Champion», 1987

Boucher, Daniel, «Boules à mites», 1999

Wry Eel, «The Flower», 2000

Pullfinger, «One Timer», 2000

Les Mecs comiques, «Le hockey est malade», 2001

Les Cowboys fringants, «Le plombier», 2001

Brazeau, André, «Ti-Guy», 2002

Alain-François, «C’est pour quand la coupe Stanley ?», 2007

Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», 2008

Khan, Steve, Anthony Jackson et Dennis Chambers, «Guy Lafleur», 2008

Dompierre, François, «Les Glorieux», 2008

Loco Locass, «Le but», 2009

Biblio

April, Jean-Pierre, «Le fantôme du Forum», Imagine…, 7 (vol. 2, no 3), mars 1981, p. 29-47. Repris dans les Années-lumière. Dix nouvelles de science-fiction réunies et présentées par Jean-Marc Gouanvic, Montréal, VLB éditeur, 1983, p. 31-53 et dans Jean-Pierre April, Chocs baroques. Anthologie de nouvelles de science-fiction, introduction de Michel Lord, Montréal, BQ, coll. «Littérature», 1991, p. 161-184.

Bazzo, Marie-France, «Marc Tardif, ailier gauche et pédagogue», dans Marc Robitaille (édit.), Une enfance bleu-blanc-rouge, Montréal, Les 400 coups, 2000, p. 77-81.

Beaulieu, Victor-Lévy, «Un gars ordinaire, qui vise le sommet», Perspectives, 14 octobre 1972, p. 22, 24 et 27. Supplément au quotidien la Presse.

Brown, Kenneth, Life After Hockey, Toronto, Playwrights Union of Canada, 1985, 36 p. Texte polycopié. Repris, sous le titre «Alma’s Night Out», dans David Gowdey, Riding on the Roar of the Crowd. A Hockey Anthology, Toronto, Macmillan, 1989, p. 303-318.

Bujold, Michel-Wilbrod, les Hockeyeurs assassinés. Essai sur l’histoire du hockey 1870-2002, Montréal, Guérin, 1997, vi/150 p. Ill.

Germain, Georges-Hébert, Guy Lafleur. L’ombre et la lumière, Montréal, Art global / Libre Expression, 1990, 406 p. Ill. Traduction anglaise : Overtime. The Legend of Guy Lafleur, Markham, Viking, 1990, et Toronto, Penguin Books, 1992, 455 p.

Hébert, François, «La Bible de Thurso», Liberté, 152 (26, 2), avril 1984, p. 14-23. Repris dans Jean-Pierre Augustin et Claude Sorbets (édit.), la Culture du sport au Québec, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine et Centre d’études canadiennes, coll. «Publications de la MSHA», 220, 1996, p. 207-213. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1032063/30741ac.pdf>.

Kemeid, Olivier, Moi, dans les ruines rouges du siècle, Montréal, Leméac, coll. «Théâtre», 2013, 109 p. Idée originale : Sasha Samar et Olivier Kemeid. Voir la scène intitulée «11. Le démon blond» (p. 49-54).

Kinsella, William Patrick, «Truth», dans The Fencepost Chronicles, Don Mills, Totem Press, 1986, p. 1-12. Repris dans Doug Beardsley (édit.), The Rocket, the Flower, the Hammer and Me, Winlaw, Polestar Book Publishers, 1988, p. 25-37 et dans Doug Beardsley (édit.), Our Game. An All-Star Collection of Hockey Fiction, Victoria, Polestar Book Publishers, 1997, p. 153-160.

MacGregor, Roy, «A Flower for all Seasons : Guy Lafleur», Maclean’s, 16 octobre 1978. Repris dans Wayne Gretzky’s Ghost and Other Tales from a Lifetime in Hockey, Toronto, Random House Canada, 2011, p. 53-63.

MacGregor, Roy, Une dangereuse patinoire, Montréal, Boréal, coll. «Carcajous», 7, 2002 (1998), 151 p. Traduction de Marie-Josée Brière.

Norris, Ken, «Guy Lafleur and Me», dans In the House of No, Kingston, Quarry Press, 1991. Repris dans Kevin Brooks et Sean Brooks (édit.), Thru the Smoky End Boards. Canadian Poetry about Sports and Games, Vancouver, Polestar Book Publishers, 1996, p. 55.

Ouin, Christine et Louise Pratte, Guy Lafleur, Saint-Bruno-de-Montarville, Éditions Goélette, Minibios, 2010, 71 p. Ill. Voir les remarques de l’Oreille tendue sur cette courte biographie .

Pelletier, Pierre-Yvon, Guy Lafleur, la légende. L’album photo du démon blond, Montréal, Editions de l’Homme, 2013, 206 p. Ill.

Pozier, Bernard, «Génétique I» et «Postérité», dans Les poètes chanteront ce but, Trois-Rivières, Écrits des Forges, coll. «Radar», 60, 1991, 84 p., p. 30 et p. 70. Réédition : Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2004, 102 p.

Richler, Mordecai, «The Fall of the Montreal Canadiens», dans Home Sweet Home. My Canadian Album, New York, Alfred A. Knopf, 1984, p. 182-209. Repris dans Dispatches from the Sporting Life, Foreword by Noah Richler, Toronto, Vintage Canada, 2003 (2002), p. 241-274.

Tremblay, Yves, Guy Lafleur. L’homme qui a soulevé nos passions, Brossard, Un monde différent, 2013, 208 p. Ill. Préface de Guy Lafleur. L’Oreille tendue a parlé de ce livre ici.

Le triomphe des études littéraires

L’entraîneur des Canadiens de Montréal, Jacques Martin, n’était pas content après une défaite de son équipe contre les Flyers de Philadelphie.

Ce qu’il a fait ? «Il a convié le Canadien à une réunion d’équipe à 10 h 30, suivie d’une courte séance de patinage sans rondelle, puis d’un entraînement intensif» (la Presse, 24 novembre 2010, cahier Sports, p. 2).

Commentaire du journaliste qui rapporte les faits ? «Le sous-texte était clair.»

Voilà que le vocabulaire de la critique littéraire («sous-texte») se retrouve sous la plume des journalistes sportifs. Victoire ! crie-t-on dans les départements universitaires de lettres.

Mêlée politique

Hier, à la radio de Radio-Canada, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, disait se trouver sur la «ligne de départ» électorale. Il est vrai qu’elle aime avoir recours au vocabulaire sportif pour causer politique. Elle ne recule jamais devant les trois périodes et autres quatre quarts (elle ne pense pas gâteau).

Elle n’est pas la seule.

Le plan de match a la cote, lui qui devrait faire plus musclé que le programme : «Un bar ouvert plutôt qu’un plan de match serré» (le Devoir, 16-17 avril 2005, p. B3); «Les faiblesses d’un plan de match. Le désintérêt affiché jusqu’à récemment par le gouvernement Harper à l’égard de l’ONU n’est pas passé inaperçu parmi les pays membres» (le Devoir, 16-17 octobre 2010, p. B1).

Pour obtenir du succès avec un plan de match, il faut que ses concepteurs désignent un porteur de ballon : «Porteur de ballon recherché» (la Presse, 9 octobre 2005, p. A12). Ce joueur, dont on espère qu’il sera majeur, a de plus grandes responsabilités que les autres. Il ne doit pas, pour reprendre une bien étrange image d’un ministre du gouvernement du Québec, «échapper la rondelle». (Il est vrai que ce ministre échappe toutes les rondelles linguistiques qui lui passent entre les mains.)

À défaut d’un porteur de ballon, il faut compter sur quelqu’un qui puisse aller au bâton : «Les radiodiffuseurs n’iront pas au bâton pour CHOI-FM» (le Devoir, 20 juillet 2004).

Pourtant, quoi que fassent ces joueurs, ils risquent d’être critiqués par des gens qui se tiennent à l’extérieur de l’aire de jeu : «Impatients d’accéder à l’indépendance de leur pays, quelques gérants d’estrade ruent dans les brancards avec des stratégies et des tactiques brouillonnes» (le Devoir, 1er novembre 2010, p. A9). Le gérant d’estrade, on l’aura compris, est un genre de belle-mère.

Cela ne devrait empêcher personne de donner son 110 % : «Tout juste s’il ne nous dit pas qu’il a donné son 110 %, qu’il travaillait fort dans les coins et que la puck roulait pas pour lui» (Voir, 29 mars 2001).

 

[Complément du 3 décembre 2010]

À l’instant, à la radio de Radio-Canada, un représentant politique : «Nous ne voulons pas rester sur les lignes de touche.»

Leçon d’histoire

Le Québec n’a pas de bataille de Marignan, de prise de la Bastille, de guerre de 1870. Il a sa Révolution tranquille.

On la trouve évidemment dans les manuels d’histoire comme dans les débats publics. En 2010, on la commémore : dans les journaux, à Bibliothèque et Archives nationales du Québec, sur les ondes.

Révolution tranquille est aussi devenue une expression figée.

Dans le Devoir d’hier, page B4 : «Toyota Prius rechargeable : la révolution tranquille.» Le même journal, la même édition, la page d’à côté : «Transport collectif et biogaz. Manquerons-nous l’autre révolution tranquille ?»

Un autre signe de la popularité de l’expression ? On s’amuse dorénavant à jouer avec elle. Cela donne, par exemple, la «Révolution tranquillisante» (la Presse, 13 avril 2010, p. A18).

Elle a de beaux jours devant elle.

Note explicative plus longue que le billet qu’elle complète.

Révolution tranquille ? Au sens strict, il s’agit de la courte période (1960-1966) pendant laquelle le gouvernement québécois, alors dirigé par le premier ministre Jean Lesage, aurait spectaculairement rompu avec la Grande Noirceur incarnée par un de ses prédécesseurs, Maurice Duplessis. Dans les faits, elle est devenue la pierre d’assise du discours identitaire des Québécois francophones depuis cinquante ans. Il y aurait un avant et après, même quand on essaie, ainsi que le fait Michel Beaulieu en 1978, de proposer une lecture historique nuancée : «L’année 1960 a été marquée au Québec de deux événements d’une importance capitale : cette année-là, en effet, a vu le début de la Révolution tranquille (mais je ne suis pas de ceux qui condamnent irrémédiablement Maurice Duplessis aux poubelles de l’Histoire) et la retraite de Maurice Richard» (p. 34). Où le hockey rejoint la politique.

 

[Complément du 3 avril 2016]

Dans la Presse+ du jour, sous le titre «Les révolutions tranquilles», Jean-Philippe Warren démontre que l’expression Révolution tranquille n’est pas propre au Québec.

 

[Commentaire du 22 décembre 2016]

Sur la place de la Révolution tranquille dans l’historiographie québécoise, l’Oreille tendue recommande la lecture de Marie-Andrée Bergeron et Vincent Lambert, «Au-delà des faits : la Grande Noirceur et la Révolution tranquille en tant que mythistoires. Entretien avec Alexandre Turgeon», article électronique, HistoireEngagée, 21 septembre 2016. URL : <http://histoireengagee.ca/?p=5807>.

 

[Complément du 26 septembre 2017]

Depuis quelque temps, François Legault, le chef de la Coalition Avenir Québec, appelle ses troupes à se lancer dans une «nouvelle Révolution tranquille». Dans le Journal de Montréal du jour, l’ami Antoine Robitaille lui rappelle à juste titre qu’il faut manier avec prudence les mythes historiques.

 

Références

Beaulieu, Michel, «Guy Lafleur pense et compte», la Nouvelle Barre du jour, 62, janvier 1978, p. 30-40.

Bergeron, Marie-Andrée et Vincent Lambert, «Au-delà des faits : la Grande Noirceur et la Révolution tranquille en tant que mythistoires. Entretien avec Alexandre Turgeon», article électronique, HistoireEngagée, 21 septembre 2016. URL : <http://histoireengagee.ca/?p=5807>.