Le zeugme du dimanche matin, et une annonce

Kiki de Montparnasse, Kiki : souvenirs, 1999, couverture

Le zeugme

«On l’avait obligé à quitter ma mère, après avoir vécu six ans avec elle, pour épouser une femme qui avait mille francs et un cochon» (p. 66).

Kiki de Montparnasse, Kiki : souvenirs, introductions d’Ernest Hemingway et de Foujita, avant-propos et notes de Billy Klüver et Julie Martin, traductions de Dominique Lablanche, Paris, Hazan, 1999, 270 p.

L’annonce

@zeugme est désormais sur Twitter. Qui l’aime le suive.

Les zeugmes de Twitter, et du dimanche matin

@OlivierQuelier : «Par chance, un peu plus loin, dans le chapô d’un article sur Cotillard, un joli zeugme : “[elle] perd ses deux jambes, et ses illusions”.»

@bailly : «Petit a, tu composes le gouvernement, et petit b, le numéro de téléphone des futurs ministres. Zeugme du jour.»

@LaLangelliere : «Liberté, de Paul Éluard et de circonstance : http://www.poetica.fr/poeme-279/liberte-paul-eluard/

@AudreyPariss : «Check out Two Feet Stand Up from MMOTHS : http://t.opsp.in/1Cxu5 Brendan Canning en couleur et en moustache!!»

@PimpetteDunoyer : «#ff à des filles pleine d’esprit et d’avenir (très mauvais zeugme) @caroline_gm @haselnut

@OursAvecNous : «Il y a longtemps que vous rêvez de vous faire raconter en audio et en Allemand du Astérix ? C’est par ici : http://www.youtube.com/watch?v=WGafN83tVaw

@GarpAvecArobase : «en vacances et en vitesse : coucou avec la main et à très vite, toutes & tous !» (via @ljodoin)

@desrosiers_j : «Proust zeugmant : “…du monsieur médiocrement habillé, lequel parut perdre à la fois toute contenance, une mâchoire, et beaucoup de sang”.»

@francisroyo : «Les zeugmes du dimanche matin / sont toujours à point et à l’heure. / http://oreilletendue.com/2012/04/22/les-zeugmes-du-dimanche-matin/

Repris par l’Oreille tendue, ce zeugme devient évidemment autoréflexif.

Les zeugmes du dimanche matin et de Frédéric Pommier

Frédéric Pommier, Paroles, paroles. Formules de nos politiques, 2012, couvertureJean-Pierre Chevènement «prend donc des mesures, puis, à l’issue de la réunion, il prend également la parole au cours d’une conférence de presse […]» (p. 37).

«Mais elle n’est pas revenue. Ni aux fondamentaux ni dans la cuisine» (p. 90).

«Que se passe-t-il ? Tout d’abord on prend un café. Ou un whisky. Ou une menthe à l’eau. Puis on prend le temps, on discute» (p. 93-94).

P.-S. — Stricto sensu, le premier texte et le troisième ne sont pas des zeugmes, mais leur esprit relève de celui de cette figure de rhétorique.

Frédéric Pommier, Paroles, paroles. Formules de nos politiques, Paris, Seuil et France inter, 2012, 202 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de Saint-Henri

Daniel Grenier, Malgré tout on rit à Saint-Henri, 2012, couverture«Marion ramassait les restes du souper en me zyeutant par moments et par endroits, jamais vraiment plus haut que mon cou» (p. 118).

«on est sortis de l’aéroport sous le soleil de l’autoroute, en nage, en trombe» (p. 130).

Daniel Grenier, Malgré tout on rit à Saint-Henri. Nouvelles, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 07, 2012, 253 p.