Et si…

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu, 2018, couvertureLisant Gens du milieu de Charles-Philippe Laperrière (2018), l’Oreille tendue avait eu a la puce à l’oreille devant la phrase suivante :

Depuis plusieurs mois, Connor agit en tant que second intervenant dans la réadaptation d’une masse croissante de clients, parmi quoi S. Dorion (p. 140).

Ce «parmi quoi» évoquait, pour elle, un romancier admiré.

Puis, quelques plages plus loin, elle lit une allusion directe à un roman lui aussi admiré, du même auteur :

Au moment du décès, sur la table de nuit, à côté du vaporisateur de naxolone intact, se trouvaient un verre d’eau, de l’aspirine, des lunettes à monture de corne, le roman Cherokee de Jean Echenoz où était glissée la photo d’un garçon de douze ans aux cheveux bouclés, aux traits tout fins, et quatre euros cinquante centimes (p. 165).

Tout s’explique.

 

[Complément du 10 juin 2018]

Charles-Philippe Laperrière est en entrevue dans la Presse+ du jour. Remarque de l’intervieweuse, Chantal Guy : «Il y a du Michon et du Echenoz chez Laperrière, qui avoue avoir voulu être en dialogue avec ces écrivains qu’il admire […].» Merci.

 

Référence

Laperrière, Charles-Philippe, Gens du milieu. Légendes vivantes, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 121, 2018, 178 p., p. 175.

L’oreille (dure) de Philippe Delerm

Philippe Delerm, Et vous avez eu beau temps ?, 2018, couverture

Pages 133-135 de Et vous avez eu beau temps ? La perfidie ordinaire des petites phrases de Philippe Delerm (2018) : chapitre «Ils n’articulent plus, maintenant !»

Que cache cette «petite phrase», s’agissant de ceux qu’on imagine être «les jeunes» ? «Ils n’articulent plus, leur diction est ambiguë, traduit un manque de consistance et de rigueur. Ils ne sont pas assez forts, pas assez nets. Ils ont été élevés dans du coton — par qui ? —, ne connaissent pas grand-chose aux difficultés de l’existence» (p. 133).

Comment y réagir ? «Si cela était vrai, ce serait oublier que, dès l’Antiquité, des contempteurs ont décrété : “Le niveau baisse !” Et si, depuis, le niveau n’avait cessé de fléchir, nous en serions au six centième sous-sol. Allons, il n’est pas si honteux de se l’avouer, cela semble encore plus vrai que tout le reste, et ne vaut pas que pour maintenant : avec le temps, on devient dur d’oreille !» (p. 134-135)

Source : Delerm, Philippe, Et vous avez eu beau temps ? La perfidie ordinaire des petites phrases, Paris, Éditions du Seuil, 2018, 176 p.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture