L’oreille tendue de… Alice Guéricolas-Gagné

Alice Guéricolas-Gagné, Saint-Jambe, 2018, couverture«Lorsque nous tendons l’oreille, seuls dans la nuit, nous cherchons en réalité l’air qui nous manque et pour lequel nous sortons constamment dans les rues, effrayés à l’idée de perdre une seule des nuances que revêt le ciel à la brunante.»

Alice Guéricolas-Gagné, Saint-Jambe, Montréal, VLB éditeur, 2018, 168 p., p. 10.

HC en CH

Quatre personnalités politiques avec le chandail des Canadiens

L’Oreille tendue a déjà eu l’occasion de montrer quelques pièces de sa collection (inutile) de chanteurs / musiciens portant le chandail des Canadiens de Montréal — c’est du hockey. Ils ne sont bien sûr pas les seuls.

C’est aussi le cas de l’ancienne mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, d’un premier ministre de Chine, Li Keqiang, et, cette semaine à Montréal, des Clinton, Bill et Hillary.

Les politiques aussi voient les avantages de revêtir la sainte flanelle.

Autopromotion 390

Karine Cellard et Vincent Lambert (édit.), Espaces critiques, 2018, couvertureUn collectif vient de paraître, auquel l’Oreille tendue a prêté sa plume (au sujet de Gilles Marcotte et de la critique cinématographique). Ci-dessous : référence et table des matières.

Cellard, Karine et Vincent Lambert (édit.), Espaces critiques. Écrire sur la littérature et les autres arts au Québec (1920-1960), Québec, Presses de l’Université Laval, 2018, 394 p. ISBN : 978-2-7637-3816-1.

Cellard, Karine et Vincent Lambert, «Introduction», p. 1-11.

Gill, Louis-Serge, «Écrire sur les lettres au Québec, 1920-1929 : les leçons de Maurice Hébert, Victor Barbeau et Jean-Charles Harvey», p. 15-33.

Huston, Lorne, «L’orthodoxie à l’épreuve du temps : la critique dramatique chez Samuel Morgan-Powell (1913-1953)», p. 35-49.

Guay, Hervé et Marie-Noëlle Lavertu, «Henri Letondal et la querelle des bons et des mauvais amateurs», p. 51-67.

Bouliane, Sandria P., «“Le jazz devant ses juges” : critique du jazz dans la presse montréalaise de l’entre-deux-guerres», p. 69-95.

Bernier, Stéphanie et Pierre Hébert, «La correspondance comme lieu de reconnaissance initiale : Louis Dantin et les écrivaines des années 1930», p. 96-119.

Cellard, Karine, «De l’individu à la personne : la transformation de la subjectivité critique, de la Crise à l’après-guerre», p. 121-149.

Saint-Jacques, Denis, «La critique littéraire au tournant des années 1940. Les œuvres au-devant de la critique», p. 153-164.

Guay, Élyse, «Réception critique de la littérature canadienne-française à l’étranger : Lettres françaises et le réseau transaméricain des revues francophones», p. 165-181.

Giguère, Andrée-Anne, «Les écrivains de La Relève à la rencontre de Georges Bernanos», p. 183-203.

Facal, Cécile, «Robert Élie, critique d’art : ouvrir la voie au réel», p. 205-223.

Dubois, Sophie, «Prisme d’yeux en regard de Refus global : essai de réception comparée», p. 225-237.

Livernois, Jonathan, «Le non-silence autour de trois essais philosophiques d’Hermas Bastien et de Jacques Lavigne (1935-1953)», p. 241-257.

Jubinville, Yves, «Claude Gauvreau, critique dramatique. À la recherche de l’authenticité», p. 259-271.

Warren, Jean-Philippe, «Maurice Blain : la critique comme langage de l’âme», p. 273-290.

Raby, Claudia, «L’humanisme révolté de Jeanne Lapointe», p. 291-310.

Melançon, Benoît, «Gilles Marcotte va aux vues», p. 311-323.

Lambert, Vincent, «La réanimation de l’âme collective : autour de quelques enquêtes du Devoir», p. 325-355.

Popovic, Pierre, «Les prémices de la sociocritique au Québec : Jean-Charles Falardeau et Gilles Marcotte», p. 357-371.

Lacroix, Michel, «Postface. Dérives du sujet : exploration de la parole critique dans les revues, 1930-1960», p. 373-386.

«Bibliographie générale sur la critique», p. 387-394.

Accouplements 126

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Ce tweet, d’hier :

Cette citation de Julia Deck, déjà évoquée en 2015 :

«L’entreprise Biron gagne beaucoup d’argent, elle occupe un immeuble de huit étages rue de Ponthieu, à deux pas des Champs-Élysées. Dans le hall, des hôtesses d’accueil souples et collantes comme les lanières en plastique des anciens rideaux de cuisine font patienter les visiteurs avec des trivialités équivoques» (p. 16-17).

Référence

Deck, Julia, Viviane Élisabeth Fauville, Paris, Éditions de Minuit, coll. «Double», 99, 2014 (2012), 166 p.

Humeur du moment ?

Philippe Girard, la Grande Noirceur, 2014, p. 61Le Petit Robert (édition numérique de 2014) connaît le sens «régional (Canada)» de marabout : «De mauvaise humeur, désagréable. => boudeur, bougon, irritable.»

Les exemples ne manquent pas, qui confirment la définition du Robert.

Chez Bernard Arcand : «Les faits donnent incontestablement raison aux marabouts et à tous ceux qui se lamentent» (p. 21).

Chez Éric Dupont : «Ce dernier, un homme autrement assez doux, ne frappait pas par conviction, mais parce que sa femme l’avait, par ses hurlements, tiré d’un sommeil profond dont il était sorti marabout, impatient et irrité» (p. 151-152).

Chez David Goudreault : «Reynald était marabout. La journée allait être longue» (p. 112).

Chez Érika Soucy : «Ah, y va pas pire… Hier, y’était un peu marabout là, mais…» (p. 130).

 

Illustration tirée de la Grande Noirceur, de Philippe Girard (p. 61).

 

Références

Arcand, Bernard, Abolissons l’hiver ! Livre (très) pratique, Montréal, Boréal, 1999, 112 p.

Dupont, Éric, la Fiancée américaine, Montréal, Marchand de feuilles, 2015 (2012), 877 p.

Girard, Philippe, la Grande Noirceur, Mécanique générale, 2014, 87 p.

Goudreault, David, la Bête à sa mère, Montréal, Stanké, 2015, 231 p.

Soucy, Erika, les Murailles, Montréal, VLB éditeur, 2016, 150 p.