À tu et à toi 001

Paradoxe scolaire québécois…

Dans certaines écoles, le vouvoiement des enseignants redeviendrait la norme, après plusieurs années de tutoiement généralisé. À la maternelle, le fils cadet de l’Oreille tendue doit vouvoyer sa maîtresse. (Excellente chose.)

Quand il sort de classe pour aller au service de garde, les éducateurs s’adressent collectivement à son groupe à la deuxième personne du singulier : Là, le groupe, tu prends ton cerceau.

On pourrait être troublé à moins.

Laissez-les mourir

Selon la plupart des sources consultées, qu’elles soient médicales ou philosophiques, tout le monde devrait mourir un jour. Pourquoi ne pas le dire ?

Certains, comme s’ils avaient manqué de courant, s’éteindraient. C’était le cas cette semaine d’un documentariste : «Le cinéaste canadien Allan King s’éteint» (la Presse, 16 juin 2009, cahier Arts et spectacles, p. 4).

D’autres disparaîtraient. Ils le font surtout selon les auteurs de rétrospectives de fin d’année : «Les disparus de 2008.»

La plupart décéderaient. Voilà le mot le plus souvent utilisé désormais pour désigner la passage de vie à trépas.

Que les journaux se laissent aller à ce type d’euphémisme passe encore — même si certaines formules étonnent un brin. Le Devoir du 5 octobre 2004 parlait de «L’ultime décès de Janet Leigh» (p. A1 et A8). Elle a eu droit à combien ? (Le sous-titre de l’article expliquait l’affaire : «Déjà assassinée sous la douche en 1960 dans Psycho, l’actrice s’éteint [!] définitivement à 77 ans.»)

Quand il s’agit de romanciers, c’est plus ennuyeux. Un des personnages de Klonk contre Klonk de François Gravel serait ainsi «décédé» (p. 94). Il n’aurait pas pu être mort, tout simplement ?

Cela étant, il y a des cas (rares) où décéder s’impose. Le groupe Loco Locass en donne l’exemple parfait : «Fa’que décide ou décède», chante-t-il dans la pièce «Résistance» de l’album Amour oral (2004).

C’est l’exception qui confirme la règle.

Référence

Gravel, François, Klonk contre Klonk, Montréal, Québec/Amérique Jeunesse, 2004, 126 p.

Ne quittez pas

Chacun choisit ses batailles, celles qu’il aimerait gagner et celles qu’il est sûr de perdre. Parmi les batailles perdues d’avance de l’Oreille tendue, il y a celle du verbe quitter.

Pour des raisons obscures, probablement liées à l’inconscient linguistique des Québécois francophones, plus personne ne semble vouloir partir; quitter, employé absolument, le remplace un peu partout. Un seul exemple de ce barbarisme, entre mille : «“Je quitte à regret”», titrait le Devoir le 25 février 2006 (p. A25).

D’où un sentiment (bien temporaire) de satisfaction, hier, devant un commentaire d’usager lu à la Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal. «Faute !» pouvait-on lire sur une affichette qui comportait les mots «quitter pour l’été».

Université de Montréal, 17 juin 2009
Université de Montréal, 17 juin 2009

Y aurait-il de l’espoir ?

Ordinaire ?

Qu’une chose ou une autre puisse être ordinaire — moche, déplaisante, ennuyeuse —, cela, au Québec, va de soi. Il peut même arriver qu’une chose soit assez ordinaire, ce qui, malgré les apparences, est pire. C’est du moins ce que pense le défenseur François Beauchemin des Ducks d’Anaheim — c’est du hockey —, qui n’a pas reçu de proposition de contrat pour la prochaine saison des dirigeants de son équipe : «J’ai trouvé ça assez ordinaire de leur part» (la Presse, 21 mai 2009, cahier Sports, p. 2). Ni très ni peu : assez.

 

[Complément du 28 mars 2017]

Titre dans la section des sports de la Presse+ du jour : «Nathan Beaulieu. “J’ai été assez ordinaire…”»

Oui 001

Il y a toutes sortes de façons de dire oui au Québec. La compagnie Coke l’a bien compris. Sur les autobus de Montréal, on voit actuellement une publicité annonçant le Coke Zéro : «Tout le goût du Coca-Cola, zéro calorie.» Ce texte est suivi d’un astérisque, et l’astérisque introduit une note, qui tient en un mot : «sérieux». C’est un oui meilleur qu’un oui. Sérieux.