Archives mensuelles : septembre 2011

Des nouvelles du modèle (québécois)

Dans notre Dictionnaire québécois instantané (2004), il était longuement question du «modèle québécois», ce syntagme ô combien figé de la langue médiatique provinciale. Et aujourd’hui ?

C’était, selon l’Oreille tendue et son complice, la grande question du nouveau millénaire : «Exit le modèle québécois ?» (la Presse, 24 février 2003); «Un modèle à revoir ?» (la Presse, 14 juin 2003). Elle reste de mise : «Le modèle québécois tient-il encore la route ?» (la Presse, 27 novembre 2004, p. A33); «Allégé ou pas, le modèle québécois ?» (la Presse, 11 novembre 2010, cahier Affaires, p. 8); «Et si le modèle québécois était relégué aux oubliettes ?» (le Devoir, 1er et 2 mai 2010, p. I1). Il est vrai que ce modèle n’est pas sans risque : «Le modèle québécois rendrait les petits agressifs et anxieux» (la Presse, 2 février 2006, p. A1).

Plusieurs ne l’aimaient pas / plus. Les gens d’affaires : «Les manufacturiers du Québec souhaitent une révision du modèle québécois» (la Presse, 4 mai 2001). Le gouvernement libéral élu en avril 2003 : «Charest annonce un tout nouveau modèle québécois» (la Presse, 30 avril 2003); «Les libéraux réviseront le modèle québécois» (le Devoir, 17-18 mai 2003). La liste s’est allongée et des menaces planeraient sur lui : «Pour en finir avec le modèle québécois» (la Presse, 23 octobre 2010, cahier Plus, p. 8); «Le modèle québécois est menacé, estime le Bloc» (la Presse, 29 janvier 2010, p. A8). On monte même «À l’assaut du modèle québécois» (le Devoir, 31 mars 2010, p. A1).

L’expression continue à s’appliquer à toutes sortes de domaines. Marijuana : «Mari : Cauchon refuse le modèle québécois» (la Presse, 4 juin 2003). Culture : «En culture, le modèle québécois ne convient plus» (le Devoir, 28 février 2003). Théâtre : «Théâtre : remise en question du “modèle québécois”» (le Devoir, 29 janvier 2003). Commerce : Le commerce électronique. Y a-t-il un modèle québécois ? (Jean-Paul Lafrance et Pierre Brouillard, 2002). Gestion des immigrants : «Le modèle québécois d’intégration culturelle est à préserver» (le Devoir, 17 mai 2004, p. A7). Sport : «Constat d’échec pour le modèle sportif québécois» (la Presse, 21 décembre 2007, p. A16). Équitation : «le modèle québécois en matière d’initiation au cheval et à l’équitation» (la Presse, 29 mai 2004, p. A15). École : «le modèle québécois d’enseignement de la lecture» (la Presse, 1er septembre 2004, p. A19). Politique : Justice, démocratie et prospérité. L’avenir du modèle québécois (Michel Venne, 2003).

Existerait aussi en ontarien et en canadien, mais ça se discute. À Ottawa : «On ne se rend pas toujours compte qu’il existe un modèle canadien» (la Presse, 30 décembre 2000); «Un modèle canadien ?» (la Presse, 16 septembre 2002); «Le modèle canadien de Kymlicka» (le Devoir, 19-20 juillet 2003); «LE modèle canadien» (la Presse, 10 novembre 2007, cahier Plus, p. 4); «Le ministre français de la Réforme de l’État vient s’inspirer du modèle canadien» (le Devoir, 30-31 octobre 2004, p. A8); «Harper vante le “modèle canadien”» (la Presse, 22 septembre 2011, cahier Affaires, p. 6). À Toronto : «Le Québec s’intéresse au modèle ontarien» (la Presse, 10 novembre 2004, p. A3); «Le modèle ontarien ?» (la Presse, 21 mai 2004, p. A19); «Le modèle ontarien» (le Devoir, 19 mars 2007, p. A3); «Budget ontarien. L’autre modèle» (le Devoir, 29 mars 2010, p. A8).

S’exportait (a beau mentir qui vient de loin) : «Le “modèle québécois” intrigue le Maghreb» (le Devoir, 22 mai 2002); «Claude Blanchet vend le modèle québécois aux Brésiliens» (la Presse, 25 novembre 2003); «Le modèle québécois inspire le Mexique» (le Devoir, 29 novembre 2003). Ça ne se dément pas : «Ségolène Royal s’intéresse au modèle québécois» (la Presse, 18 septembre 2007, p. A24); «La Belgique tentée par le modèle québécois» (la Presse, 22 octobre 2009, p. A20); «Webtélé. Le modèle québécois plaît aux Français» (la Presse, 29 septembre 2010, cahier Arts et spectacles, p. 5). Le mot d’ordre est même lancé : «Salaires et inégalités : exportons le modèle québécois» (Métro, 18 août 2011); «Exporter le modèle québécois» (le Devoir, 5-6 février 2005, p. G4).

Quand le Québec ne suffit plus, on regarde ailleurs : «le modèle allemand» (la Presse, 4 septembre 2009, p. A14, et Predazzi et Vannuccini, p. 236); «Le modèle britannique qui inspire Ottawa a déjà du plomb dans l’aile» (le Devoir, 12 août 209, p. A3); «Grosse semaine pour… Le modèle irlandais» (la Presse, 11 décembre 2004, cahier Actuel, p. 3); «La fin du modèle néerlandais» (la Presse, 19 juin 2005, cahier Plus, p. 5); «Le modèle suédois» (la Presse, 25 janvier 2011, cahier Arts et spectacles», p. 2). Pour la Belgique, tout le monde n’est pas d’accord : «Le modèle belge» (le Devoir, 19-20 juin 2010, p. E3); «Le modèle belge ? Non merci !» (la Presse, 26 octobre 2004, p. A21).

Le «modèle (québécois)» est-il devenu un modèle ? Une chose est sûre : moins on le définit, plus on peut l’utiliser à toutes les sauces.

P.S.—Un synonyme ? Bien sûr : «Appliquer la recette québécoise» (la Presse, 10 juin 2005, cahier Affaires, p. 5).

Références

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Predazzi, Francesca et Vanna Vannuccini, Petit voyage dans l’âme allemande, traduction de Nathalie Bauer, Paris, Grasset, 2007 (2004), 239 p.

C’est mathématique

On peut choisir un facteur de deux : «La peur en soi n’est rien, dit-il, c’est la peur d’avoir peur qu’il faut éviter. C’est cette peur au carré […] qui vous anéantirait» (Jean Échenoz, cité dans le Petit Robert, édition numérique de 2010).

On peut choisir un facteur de trois : «Poche au cube» (la Presse, 5 avril 2007, cahier Arts et spectacles, p. 9).

On peut faire encore plus fort : «On me traita bestiole sibylle au polygone» (le Cri du sablier, p. 12).

Des chiffres et des lettres, bref.

Référence

Delaume, Chloé, le Cri du sablier, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 3914, 2003 (2001), 126 p.

L’ivresse du pouvoir

Ce fut d’abord un subjonctif rétabli dans une publicité de Nissan.

Ce fut ensuite «quitter» (enfin) remplacé par «partir», à l’Université de Montréal.

C’est maintenant une énumération dont on a corrigé les temps verbaux. (C’était à cette antenne le 19 septembre : les promoteurs du projet immobilier Southam Lofts venaient de publier dans le Devoir une publicité dans laquelle une énumération était mal construite. La Presse du 24 septembre accueille la même publicité dans son cahier «Mon toit», page 4, mais corrigée.)

Ces trois corrections — avec lesquelles elle n’a peut-être rien à voir — risquent néanmoins de monter à la tête de l’Oreille.

Crissement riche

Un ministre (très) provincial permet à l’Oreille tendue de revenir sur un juron bien québécois : crisse ou, mieux, criss. Norman MacMillan, pas plus tard que jeudi dernier, le 22 septembre, a traité une collègue de l’opposition, Sylvie Roy, en pleine chambre des députés, de «grosse crisse» (le Devoir, 24-25 septembre 2011, p. A4). «Crisse», donc.

Son origine religieuse («Christ») est transparente, comme c’est le cas de beaucoup de jurons autochtones : tabarnak, câlice, ostie, sacrament, ciboère, etc. Ses emplois sont nombreux.

«Criss» est tout bonnement une interjection, comme «zut» ou «merde», encore que beaucoup plus satisfaisante que celles-là. C’est ce qu’a bien vu François Blais dans un passage de son roman Vie d’Anne-Sophie Bonenfant (2009) : «Criss de tabarnak d’hostie de calice de ciboire d’étole de viarge, oussé kié le sacramant de calice de morceau de casse-tête du tabarnak !» (p. 124). Un autre exemple, plus récent ? Sur Twitter, hier soir, s’agissant d’une communicatrice québécoise en vue, Catherine Voyer-Léger écrivait :«Criss qu’elle est dramatico-tragédienne…» On remarquera au passage que «criss» se construit aussi bien avec «de» qu’avec «que».

Le mot peut devenir un verbe. Le cowboy de «Saskatchewan», une chanson des Trois accords (2003), se désole que sa femme l’ait «crissé là / Pour un gars d’Regina». Cet usage est particulièrement attesté dans le domaine sportif : «Pis i s’en va t’la t’la crisser dans’l net» (Vincent Vallières, «1986», 2003). Dans les deux cas, il faut se débarrasser de quelque chose (un mari, la rondelle), non sans violence.

Il entre dans la composition d’un adverbe, comme l’a noté Simon Boudreault dans la pièce Sauce brune (2010) : «Y aiment crissement ça, tabarnak. Si j’fais pas ça, stie d’tabarnak, quessé m’as faire, crisse ? C’est mon ostie d’job d’être la tabarnaque de chef-cook, câlisse. On sert à d’quoi, icitte, crisse de tabarnak. On pourrait pas m’laisser tranquille une crisse de fois d’estie d’tabarnak ? Ça s’pourrait tu ça, câlisse de crisse ?» (p. 81). Ô bonheur de la concaténation !

L’exemple (à ne pas suivre en toutes circonstances) de l’Assemblée nationale le disait déjà : «criss» est aussi un substantif épicène. Norman MacMillan parlait d’une «grosse crisse»; le tandem Jacamon-Matz, dans la bande dessinée le Tueur (2010), évoquait plutôt «les ‘tits criss» (p. 39). Vous êtes «en criss» ? C’est que vous êtes «en colère».

Lancer à quelqu’un «Mon criss» peut être le signe d’une mésentente profonde (pour le dire poliment). Étrangement, cette expression peut aussi avoir valeur d’hypocoristique («Qui exprime une intention affectueuse, caressante», explique le Petit Robert, édition numérique de 2010). Il est vrai que, dans ce cas, on entendra plus volontiers quelque chose comme «Mon p’tit criss» ou «Ma p’tite criss».

«Criss» et ses dérivés, c’est bien. En construction complexe, ce n’est pas plus mal. Si «s’en contre-crisser» est attesté, «décrisser», lui, est banal. On le lit par exemple dans «A», un poème du recueil comment serrer la main de ce mort-là (2007) de François Hébert (p. 60) :

come on dégrise ou ben décrisse pour l’amour

qu’a te disait

Desbiens

Patrice

dans un alexandrin gagné au Super 7

Il ne faudrait pas se priver de pareille richesse lexicale, tout en choisissant avec soin où et dans quel contexte utiliser ce mot.

P.S.—Ce n’est pas la première fois que l’Oreille tendue se penche sur ce juron, auquel elle avoue pourtant préférer «tabarnak» (tous les goûts sont dans la nature) : voir, par exemple, ici ou .

[Complément du 22 mars 2012]

Beaucoup d’étudiants québécois sont actuellement en grève contre une augmentation annoncée des droits de scolarité à l’université. Cette semaine, ils ont inscrit leur mécontentement sur la façade d’un édifice gouvernemental.

Leur utilisation de «crisser» ne pose aucun problème. L’absence de l’adverbe de négation dans «on en a rien», elle, si.

Références

Blais, François, Vie d’Anne-Sophie Bonenfant, Québec, L’instant même, 2009, 241 p.

Boudreault, Simon, Sauce brune, Montréal, Dramaturges éditeurs, 2010, 137 p.

Hébert, François, comment serrer la main de ce mort-là, Montréal, l’Hexagone, coll. «L’appel des mots», 2007, 72 p.

Les trois accords, «Saskatchewan», Gros mammouth album turbo, 2003.

Le Tueur. Volume 8. L’ordre naturel des choses, Casterman, coll. «Ligne rouge», 2010, 56 p. Dessins de Luc Jacamon. Scénario de Matz.

Vallières, Vincent, «1986», Chacun dans son espace, 2003.