Accouplements 173

Abbé Barruel, Journal ecclésiastique, 1792, extrait

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Abbé Barruel, Journal ecclésiastique, 1792.

«Traité historique et critique de l’élection des évêques, par le P*** de l’Oratoire; 2 vol. Chez Pichard, Dufresne, Lorme et Lallemant.

Je n’ai pas lu celui-ci, mais j’en ai entendu faire bien des éloges.»

Marcotte, Gilles, «Salles obscures. Action ! City of Bad Men, au Capitol», le Devoir, 19 décembre 1953, p. 7. Compte rendu de City of Bad Men de Harmon Jones, de Dream Wife de Sidney Sheldon, de Terror on a Train de Ted Tetzlaff et de Prisoners of the Casbah.

«Rivev aquero (Loews) : — Pas vu.»

P.-S.—Le titre du film que n’a pas vu Gilles Marcotte est vraisemblablement Ride, Vaquero !, de John Farrow.

P.-P.-S.—L’Oreille tendue a étudié la critique cinématographique de Gilles Marcotte ici.

Pure laine

«On a une liste d’attente de vingt-six
familles monoparentales québécoises pure laine.»
Danielle Phaneuf, la Folle de Warshaw, 2004

Les Québécois n’ont pas peur de mêler les métaphores : les natifs sont des pure laine, donc des Québécois de souche.

En 2004, dans le Dictionnaire québécois instantané, l’Oreille tendue coproposait la définition suivante de pure laine :

Autochtone national indigène de souche. […] 1. À l’origine, ne désignait que les nés natifs : «Qui croit encore qu’on peut enseigner à l’ensemble d’une génération de 12 à 17 ans, provenant d’horizons culturels multiples, dans un contexte social où les modèles sont éclatés, comme on le faisait il y a quarante ans, à une élite, dans un Québec pure laine francophone, catholique et traditionnel ?» (le Devoir, 15 mai 1999) 2. A récemment essaimé : «Je suis Outaouais pure laine, Franco-Ontarien de naissance, Écossais de 7e génération et Québécois d’adoption» (le Droit, 24 juin 2000); «La consolidation de Montréal entraînerait-elle l’uniformisation ? C’est ce que craignent bien des banlieusards, et c’est ce que je craindrais aussi, toute Montréalaise pure laine que je sois» (la Presse, 17 avril 1997); «Mais ma grand-mère, une anglo pure laine, tout comme ses frères et sœurs, ont tous et toutes épousé des francophones» (la Presse, 31 décembre 1999); «Des néo-Québécois presque pure laine» (la Presse, 24 janvier 2001); «Le McCord varlope les clichés entourant la communauté montréalaise pure laine des Écossais» (le Devoir, 18-19 octobre 2003); «Dans la grande région de Montréal, les 450 n’ont pas eu très bonne presse et l’auteur de ces lignes, 418 pure laine, y a probablement contribué et s’en excuse platement» (la Presse, 20 novembre 2003) (p. 175-176).

Plusieurs années plus tard, l’Oreille retrouve l’expression, mais dépaysée, dans le récent Mille secrets mille dangers, d’Alain Farah (2021) : «Même s’il fait chaud sur les berges du Nil, peut-on qualifier les vrais Égyptiens de pure laine ?» (p. 23) Question subsidiaire : peut-on les qualifier de souches ?

 

Références

Farah, Alain, Mille secrets mille dangers. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 161, 2021, 497 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2019, 234 p.

Phaneuf, Danielle, la Folle de Warshaw, Montréal, Marchand de feuilles, 2004, 193 p.

Benoît Melançon, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, 2019, couverture

Autopromotion 599

«Caractères et alphabets de langues mortes et vivantes», gravure de Goussier, deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XIX

La 488e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 56 984 titres.

Illustration : «Caractères et alphabets de langues mortes et vivantes», gravure de Goussier, deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XIX

Le zeugme du dimanche matin et de Julien Grégoire

Julien Grégoire, Jeux d’eau, 2021, couverture

«C’est un vendredi soir comme les autres à la maison, autant dire qu’il va patauger dans la canicule et le fond sonore d’un pseudo-party jusque tard dans la nuit.»

Julien Grégoire, Jeux d’eau. Roman, Montréal, Del Busso éditeur, 2021, 212 p., p. 12.