Accouplements 174

Pierre Popovic et Érik Vigneault (édit.), les Dérèglements de l’art, 2000, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Un juge québécois vient d’interdire aux comédiens de fumer sur scène. Réaction de l’homme de théâtre Serge Denoncourt dans la Presse+ du 14 novembre : «On n’accepte plus la cigarette. Mais l’alcool, l’héroïne, le suicide, le meurtre, l’avortement sur scène ? Ces actions sont-elles plus acceptables ?»

Lisant dans cette phrase le mot «avortement», l’Oreille tendue a repensé à un article de son collègue, et néanmoins ami, Yvan Leclerc. Dans «En marge du naturalisme» (2000), il étudie «le “théâtre réaliste” de Frédéric de Chirac» (1869-1906), notamment la pièce l’Avortement (1891).

Deux extraits :

Selon les indications du manuscrit, Marceline, fille publique, grosse des œuvres de son souteneur, après des hésitations, finit par consentir à se faire avorter. Elle ôte «sa camisole et son jupon de dessous», se jette sur un lit, prête à subir les manœuvres de la mère Mathieu. Celle-ci s’approche du lit et, après avoir ceint un tablier blanc, opère la patiente, qui pousse des gémissements par intervalle. Un langage significatif accompagne les gestes de l’avorteuse : […] «Elle pose un bol plein d’alcool sur la table et s’essuie les mains rouges de sang après son tablier» (256).

«La sage-femme sortait en effet de dessous les rideaux du lit avec les mains rouges de sang, qu’elle essuyait sur son tablier.» C’est ici que bascule la représentation, entendue au double sens de performance d’un soir (ce fut un acte unique, sans répétition ni reprise) et d’essence théâtrale. À la vue de ce sang, les spectateurs ont violemment protesté. Alors que dans la scène de possession [le Gueux], ils criaient plutôt pour encourager les acteurs, dans la scène d’avortement, ils n’ont pas supporté la vue du sang qu’ils savaient pourtant n’être pas réel. Chirac s’est fait traiter d’assassin et on a dû baisser le rideau (p. 258-259).

Tout, sur scène, n’est pas représentable, hier comme aujourd’hui.

 

Référence

Leclerc, Yvan, «En marge du naturalisme : le “théâtre réaliste” de Frédéric de Chirac», dans Pierre Popovic et Érik Vigneault (édit.), les Dérèglements de l’art. Formes et procédures de l’illégitimité culturelle en France (1715-1914), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2000, p. 247-263.

Du pétard

Paul Verchères, Meurtre au hockey, [1953], couverture

En 2001, Shaka les chantait :

Méchants pétards, méchants pétards, méchants pétards
Méchants pétards, méchants pétards, méchants pétards

En 1972, Trevanian parlait de «beau pétard» (p. 11).

Dans les deux cas, il s’agissait de louanger la plastique de personnes du sexe.

L’expression est plus ancienne encore. On la trouve en 1953 chez Paul Verchères :

Le grand vieux se pencha vers son compagnon et lui dit assez haut, pour que les filles l’entendent :
— Deux beaux pétards, hein Aristide (p. 25).

Ce sera tout pour l’instant.

P.S.—Il a été question du contact des langues chez Trevanian ici et de la langue de puck chez Verchères .

 

Références

Shaka, «Méchants pétards», disque audionumérique, étiquette Guy Cloutier Communications, PGC-CD-132 DJ, 2001, 3 minutes 1 seconde.

Trevanian, The Main, New York, Harcourt Brace Jovanovitch, 1972. Réédition : New York, Jove, 1977, 332 p.

Verchères, Paul [pseudonyme d’Alexandre Huot ?], Meurtre au hockey, Montréal, Éditions Police journal, coll. «Les exploits policiers du Domino Noir», 300, [1953], 32 p.

Le zeugme du dimanche matin et d’Eugène Cloutier

Anne-Marie Cloutier, Eugène Cloutier, 2021, couverture

«Me voilà chez moi, dans la région de Québec, aux abords de ma ville, de mon enfance, de mon adolescence, de mes vingt ans.»

Eugène Cloutier, le Canada sans passeport. Regard libre sur un pays en quête de sa réalité, Montréal, HMH, 1967, tome 2, p. 293, cité dans Anne-Marie Cloutier, Eugène Cloutier. Un Canadien errant, Montréal, Carte blanche, 2021, p. 166.

Il faut savoir raison garder

Fenêtre encyclopédique, Montréal

Hier, dans le quotidien montréalais le Devoir, Christian Rioux tonnait contre l’inclusion du pronom iel dans le Dico en ligne Le Robert“Iels” sont “fou.olles” !»). Dire de la chronique de Christian Rioux qu’elle est confuse serait faire insulte à la confusion.

Relevons quelques «arguments» (à défaut de terme plus juste) du journaliste.

L’inclusion de iel dans le dictionnaire par une équipe de lexicographes relèverait du «marketing». Preuve à l’appui ? Aucune. En l’occurrence, cette inclusion n’a pas été annoncée par les équipes du Robert; pour le sens du marketing, on repassera.

Dans quel contexte cet ajout apparaît-il ? «Car il en va aujourd’hui des dictionnaires comme des “chars”. À chaque année, son modèle.» Les éditeurs du Petit Larousse apprécieront ce «aujourd’hui», eux qui commercialisent une nouvelle mouture de leur ouvrage depuis des décennies, sans que personne ait jamais pensé à le leur reprocher.

Quelles sont les conséquences de cette mise à jour annuelle ? «Une centaine [de mots nouveaux] chaque année et la boucle est bouclée. Quitte à ce que la plupart ne vivent que ce que vivent les fleurs.» Exemple ? Aucun.

Pourquoi faudrait-il se méfier de cela ? Les langues «n’évoluent que sur le temps long». En matière de lexique, c’est évidemment faux. On crée de nouveaux mots tous les jours, dont «néobolchevisme» (voir ci-dessous).

Le pronom aurait été ajouté au Robert «pour vendre du papier». Ça tombe mal : le mot n’est pas dans le Robert papier; il n’est que dans la version en ligne; or cette version est gratuite.

Rioux passe ensuite à sa «théorie» (à défaut de terme plus juste) des pronoms et des genres : «Logiquement, le nouveau pronom devrait donc désigner ceux qui se reconnaissent à la fois dans le masculin et le féminin. Mais, pour des raisons encore mystérieuses, qui tiennent surtout à ce réflexe de colonisé qui cherche à copier le neutre anglais, il désignerait dit-on ceux qui ne se reconnaissent ni dans l’un ni dans l’autre. Comprenne qui pourra.» Manifestement, le chroniqueur n’a pas la moindre idée du contexte dans lequel ce mot est apparu ni de son évolution. Pour s’informer, il aurait pu, par exemple, aller écouter ceci ou cela. (Au passage, on appréciera le «Logiquement» initial et le «colonisé», qui fleurent, bon, l’un et l’autre, le discours posé.)

C’est toute l’entreprise dictionnairique du Robert qui aurait sombré : «Contrairement à l’Académie française, Le Robert s’était pourtant toujours défini comme “un observatoire, pas un conservatoire”, disait son ancien rédacteur en chef Alain Rey. Le voilà qui se rallie à une conception prescriptrice du dictionnaire, pour ne pas dire carrément militante.» Qu’ont fait les lexicographes du Robert ? Ils ont observé l’apparition d’un nouveau pronom et ils l’ont consignée, notamment pour répondre aux demandes de leurs utilisateurs. C’est précisément la mission d’un dictionnaire descriptif. Nulle part dans la définition de iel par le Robert l’usage de ce pronom n’est prescrit. C’est une invention pure et simple de Christian Rioux.

Arrive ensuite l’argument d’autorité : le «linguiste Bernard Cerquiglini» est contre. Cela demande plusieurs remarques.

Bernard Cerquiglini est certes un linguiste, mais c’est aussi le conseiller scientifique d’une entreprise rivale de celle du Robert, le Petit Larousse; en bonne rigueur journalistique, cela aurait dû être précisé, non ?

Il est vrai que Bernard Cerquiglini est contre l’entrée de iel dans la nomenclature. Il convoque pour justifier son refus des arguments historiques. Il a ainsi déclaré à BFMTV que ce pronom ne correspond pas au «système de la langue» tel qu’il existe «depuis 2000 ans» (c’est ici). On aimerait bien savoir de quelle langue il s’agit, le français n’existant pas il y a 2000 ans.

On rappellera enfin que le Dictionnaire des francophones accueille iel depuis quelque temps déjà. «Les orientations techniques et scientifiques» de ce dictionnaire «sont déterminées par son conseil scientifique», dont fait partie que préside… Bernard Cerquiglini.

«L’usage de ce pronom factice étant inexistant, son introduction dans le dictionnaire ne saurait donc représenter qu’un choix purement politique», affirme ensuite le chroniqueur. Ça tombe mal : l’usage existe et on peut essayer, avec toute la prudence nécessaire, de le mesurer (voir ). On peut discuter pareilles statistiques et le Robert lui-même est prudent, qui refuse de s’avancer : il dit du pronom qu’il est «rare». Une chose est sûre : il n’est pas «inexistant».

À ce point du «raisonnement» (à défaut de terme plus juste), on quitte la linguistique, si tant est qu’il en ait jamais été question dans la chronique. Rioux parle alors de «néobolchevisme» (Robert Redecker), de «déconstruction», de «relativisme postmoderne», de «marxisme inversé», de «gauche universitaire», avant d’évoquer la lutte des classes et «l’écriture dite “inclusive”» (dont il n’a manifestement aucune connaissance informée, cette écriture se pratiquant dans la francophonie depuis des décennies). Ça se termine par des «réflexions» (à défaut de terme plus juste) sur la façon de gérer la crise de la covid-19 dans les CHSLD du Québec. L’Oreille tendue rend les armes : elle serait bien incapable de répondre à pareil salmigondis.

Il est parfaitement légitime pour quiconque d’avoir une position sur les faits de langue; on s’étonne d’avoir à le dire. En revanche, avoir une position informée et nuancée, ce ne serait pas plus mal.

P.-S.—À la radio, lundi dernier, l’Oreille a présenté quelques éléments de réflexion sur iel. Elle s’excuse par avance : elle n’a pas prononcé une seule fois le mot «néobolchevisme».