Les zeugmes du dimanche matin et de Raymond Queneau

Raymond Queneau, En passant, éd. de 2000, couverture

Première scène

Irène
Je voudrais que tu m’écoutes. J’ai quelque chose de grave à te dire.

Joachim
Ici ?

Irène
Ici.

Joachim
Ici ? Entre la valise, la mendigote et le courant d’air ?

Irène
Oui.

(p. 13-14)

Deuxième scène

Étienne
Je voudrais que tu m’écoutes. J’ai quelque chose de grave à te dire.

Sabine
Ici ?

Étienne
Ici.

Sabine
Ici ? Entre la valise, la mendigote et le courant d’air ?

Étienne
Oui.

(p. 43-44)

Raymond Queneau, En passant. Un plus un acte pour précéder un drame, Paris, Gallimard jeunesse, coll. «Folio Junior théâtre», 1045, 2000 (1980), 105 p. Petit carnet de mise en scène de Françoise Valon. Postface de Michel Lécureur.

L’oreille tendue de… Jean-François Vilar

Jean-François Vilar, les Exagérés, 1989, couverture

«Je lui parlai distraitement du musée Grévin, des cires, de mon attachement irraisonné à la figure de la princesse de Lamballe et à quelques autres départs d’itinéraires possibles. Il tendit l’oreille, toujours prêt à capter une idée récupérable.»

Jean-François Vilar, les Exagérés, Paris, Seuil, coll. «Fiction & cie», 1989, 351 p., p. 69.

P.-S.—En sa jeunesse, l’Oreille tendue a rendu compte de ce roman pour le magazine Spirale; c’est ici.

Autopromotion 446

Décor de scène avec intérieur de bibliothèque, gravure anonyme, deuxième moitié du XVIIIe siècle

La 387e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 44 939 titres.

Illustration : Décor de scène avec intérieur de bibliothèque, gravure anonyme, deuxième moitié du XVIIIe siècle, Rijksmuseum, Amsterdam