Archives mensuelles : juin 2012

Divergences transatlantiques 024

Les médias aiment souligner, une fois l’an, que les dictionnaires font entrer de nouveaux mots dans leur nomenclature.

Le Petit Larousse 2013 a retenu le belgicisme bobette (le féminin de bob) : «Conducteur acceptant de ne pas boire d’alcool afin d’être en mesure de reconduire ses compagnons.»

Le Petit Robert du même millésime ouvre ses colonnes aux bobettes québécoises : «Sous-vêtement masculin ou féminin qui couvre le bassin.»

Il est recommandé, dans la mesure du possible, de ne pas confondre.

Précisions démolinguistiques

Selon des sources filiales proches de l’Oreille tendue, on pourrait vedger dans la solitude, mais il faudrait être au moins deux pour chiller. (Attention : il serait aussi possible de vedger à plusieurs.)

Dans un cas comme dans l’autre, on glandouille — on fait le légume (vegetable, dans la langue de Julia Child), on relaxe (to chill) —, mais l’un se pratique seul, alors que l’autre, jamais.

Exercice

Quand Grand Corps Malade chante «j’ai chillé sur Sainte-Catherine» («À Montréal», 3ème temps, 2010), veut-il dire qu’il n’était pas seul ou commet-il une faute d’usage (il était seul, donc il ne pouvait pas chiller) ?

N.B. Chiller est un verbe, mais l’adjectif chill est attesté : «“Full Chill”…» (la Presse, 17 avril 2004, p. S5); «full pas chill» (le Devoir, 13 janvier 2004, p. B6). Son sens ? Bien, cool, gentil, planant : «Papa, ça dépend du contexte…» Ah ! le fossé des générations !

Non, tu n’es pas épicurien

Soit deux tweets :

Le premier, de Ianik Marcil : «Plus capable de lire que Machin ou Bidule sont “épicuriens”. Juste plus capable. LIRE : http://bit.ly/x4azJ3

Le deuxième, de Fabien Trecourt : «“J’aime bien manger, boire et faire la fête, je suis un épicurien” #laphrasequirendfou #contresens.»

Soit un exemple, parmi cent :

«Atmosphère : Animée, voire bruyante. Beaucoup de groupes d’amis, de représentants épicuriens de la génération Y» (la Presse, 21 avril 2012, cahier Gourmand, p. 8).

Soit une définition, qui confirme les tweets et contredit l’exemple, celle de l’épicurisme :

«Doctrine d’Épicure qui comporte une cosmologie matérialiste fondée sur la notion d’atome (physique), une théorie des sensations et une morale (reposant en partie sur une recherche raisonnée du plaisir)» (le Petit Robert, édition de 2010).

Bref, on ne confondra pas, dans la mesure du possible, passion des plaisirs et recherche raisonnée du plaisir.

 

[Complément du 23 juillet 2012]

Dans «Cuisiner sous le capot», le cahier Auto de la Presse se penche aujourd’hui sur la cuisson sur moteur ou «Carbecue», le barbecue de voiture (p. 12-13). Le reportage porte sur des collaborateurs du journal : «Notre équipe de journalistes qui couvre les faits divers passe un temps fou sur la route. Mais nos patrouilleurs sont deux épicuriens. Ils ont donc recours à la cuisson sous le capot, question de bien manger, peu importe où ils se trouvent» (p. 1). Les aventures gastronomiques de deux «épicuriens» sur la route, en quelque sorte.

 

[Complément du 19 décembre 2012]

Préparant hier soir une fondue au fromage, l’Oreille tendue, à son corps défendant, serait devenue épicurienne.

La fondue qui fait de vous un épicurien

[Complément du 18 mars 2013]

Le phénomène prend de l’expansion (géographique). Régis Labeaume, le maire de la Vieille Capitale, vient en effet de déclarer que «Québec est une ville d’épicuriens. […] On adore le vice ici !» (huffingtonpost.ca, via @IanikMarcil).

 

[Complément du 20 janvier 2014]

Dans le Devoir des 18-19 janvier 2014, Édouard Nasri répond à la question «YOLO : le carpe diem des temps modernes ?» (p. B6) Au passage, il en découd avec épicurien :

Un autre élément de la philosophie d’Épicure reprise par Horace dans son expression carpe diem, et loin de la caricature qu’en fait inconsciemment le sens commun (ne dit-on pas — à tort — du gourmand amateur de bonne bouffe qu’il est un épicurien ?), réside dans la modération.

Si le bonheur (défini comme l’accumulation de certains plaisirs) est le but ultime de l’existence et qu’il faut donc orienter nos actions vers celui-ci, cette quête doit impérativement être faite de façon modérée.

Cette nuance, bien que d’apparence superficielle, change pourtant tout. Le plaisir doit être recherché au quotidien (dans l’activité philosophique, les relations amicales, et ce qu’on appelle communément «les petits plaisirs de la vie»), mais il faut impérativement en jouir dans la modération, c’est-à-dire éviter tout excès.

Merci.

Réjean Ducharme, de force

Aux yeux de l’Oreille, Réjean Ducharme est, avec Mordecai Richler, un des deux plus grands romanciers du Québec.

Parmi ses œuvres, en 1973, l’Hiver de force. La preuve du succès de ce roman, du moins dans la langue ?

«L’hiver de force constitutionnel a assez duré» (Pauline Marois, le Devoir, 17 avril 2012, p. A9).

«Un hiver de force. L’état des médias un an après les soulèvements populaires dans les pays arabes» (le Devoir, 3 mai 2012, p. A1).

«L’histoire d’un père seul et ultra-protecteur avec sa fille dans un hiver de force qu’on envie presque en cette journée de chaleur accablante…» (le Devoir, 21 juin 2012, p. B7).

Quand «hiver» ne se suffit plus, quand «de force» lui est adjoint automatiquement, c’est le signe de la force d’une expression (devenue) figée, qu’elle ait un sens ou pas.

 

[Complément du 13 juillet 2012]

En 1966, Ducharme publie l’Avalée des avalés. En première page de la Presse aujourd’hui : «TMX, l’avaleur des avalés.»

 

[Complément du 13 janvier 2014]

Sur Twitter, aujourd’hui : «Il serait peut-être temps d’en finir avec l’hiver de force. #chroniquefd http://bit.ly/1eP1vqs» (@FabienDeglise).

 

[Complément du 17 janvier 2014]

Dans la Presse du 11 janvier 2014, en titre : «Hiver de force» (cahier Arts, p. 2).

 

[Complément du 26 septembre 2014]

«Devant la rigueur du climat, l’austérité du paysage, il est impossible de se fuir soi-même, vain d’espérer se distraire, s’oublier, se défiler. Dans cet hiver de force, il faudra bien que le protagoniste affronte ses démons, sonde ses limites, apprivoise ses qualités et ses défauts» (Christian Saint-Pierre, «Théâtre. Hiver de force», le Devoir, 25 septembre 2014, p. B7).

Dix-huitième article d’un dictionnaire personnel de rhétorique

Rime

Définition

«Disposition de sons identiques à la finale de mots placés à la fin de deux unités rythmiques; élément de versification, procédé poétique que constitue cette homophonie» (le Petit Robert, édition numérique de 2010).

Exemple

Source : Chers voisins, blogue, 21 juin 2012