François Bon à Montréal

La chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques de Marcello Vitali-Rosati tient ces jours-ci son premier colloque, «Écrivains, personnages et profils : l’éditorialisation de l’auteur». Le 25, à 15 h 45, François Bon y interviendra, sous le titre «Qu’est-ce que le web change à l’auteur de littérature ?». (L’Oreille tendue le présentera.)

Le 26, à 13 h 30, autre intervention, à l’Université du Québec à Montréal (chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques de Bertrand Gervais) : «Le web est une histoire : sous le flux, les questions.»

François Bon a aussi filmé la ville.

 

 

 

Autopromotion 242

L’Oreille tendue aime se l’ouvrir.

Le 27 mai, elle participera à la table ronde «Ma source est plus fiable que la tienne : référencement du contenu rigoureux» dans le cadre du Congrès annuel de l’Association des communicateurs scientifiques du Québec. Le thème de ce congrès est «Combattre l’analphabétisme scientifique». Renseignements ici.

Le 16 juin, elle présentera une causerie, «Langue, rédaction et médias sociaux», devant les membres de la Société québécoise de la rédaction professionnelle. Renseignements .

Autopromotion (en quelque épistolaire sorte) 241

En 1991, l’Oreille tendue a commencé à collaborer au Bulletin de l’AIRE (Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire, Paris), devenue depuis Épistolaire. Revue de l’AIRE.

Elle y tient, depuis 1996, la chronique des «Curiosités épistolaires», dont elle a fait paraître un recueil en 2011.

Geneviève Haroche-Bouzinac dirige la revue. Elle la présente ici.

Référence

Melançon, Benoît, Écrire au pape et au Père Noël. Cabinet de curiosités épistolaires, Montréal, Del Busso éditeur, 2011, 165 p.

Autopromotion 240

L’Oreille tendue a été impliquée au cours des dernières années dans la reconnaissance de la recherche-création dans son université.

Elle en parlera aujourd’hui à la radio de Radio-Canada durant la deuxième heure de l’émission de culture scientifique les Années lumière.

La journaliste Myriam Fimbry s’est notamment inspirée de ce dossier pour préparer son reportage.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.