Mémoire(s) de puck

Jay Baruchel, Born into It, 2018, couverture

«This is ours; all are welcome, but this is ours.»

Il y a plusieurs livres dans Born into It. A Fan’s Life de Jay Baruchel (2018).

Il y a, en effet, la vie de Jay Baruchel, le fan des Canadiens de Montréal — c’est du hockey. Élevé à Montréal, revenu dans cette ville après quelques années à Oshawa (Ontario), vivant aujourd’hui à Toronto, le comédien, scénariste et réalisateur est, tel Obélix, tombé dans la potion magique quand il était petit : il ne peut pas s’imaginer autrement qu’en partisan de cette équipe, lui qui ne pratique aucun sport. Faisant le récit de sa vie (il est né en 1982), il témoigne régulièrement de son amour pour sa mère. Avec son père (criminel, alcoolique, drogué, mort d’une overdose à 49 ans), c’est plus compliqué. Il ne dore pas la pilule : «a mess like I am» (p. 174).

Il y a de longs passages sur le hockey comme religion : «My father was Jewish, my mother, Catholic, and I was raised a Habs fan» (p. 15-16). Le théologien Olivier Bauer, le spécialiste par excellence de la dimension religieuse du hockey montréalais, trouverait à boire et à manger dans Born into It.

Il y a une déclaration d’amour à Montréal, malgré tous ses défauts. C’est un anglophone dont l’univers culturel est anglo-saxon qui parle, mais il fait montre d’ouverture envers la nature particulière de cette ville. Ça ne fait pas son affaire, mais il comprend pourquoi l’entraîneur des Canadiens doit parler français (p. 112). Il revient sans cesse sur le référendum de 1995 : il était du camp du Non, ce qui ne le pousse pas pour autant à diaboliser ses adversaires. Il reconnaît sans mal le caractère «distinct» du Québec (p. 114).

Il y a des textes de fiction : de faux courriels adressés aux équipes honnies (les Bruins de Boston, les Maple Leafs de Toronto, les Nordiques de Québec) et une longue nouvelle, «Fans», assez réussie, mettant en scène les deux interlocuteurs d’une tribune téléphonique de sport, qui discutent, entre autres sujet, des joueurs David Desharnais et Scott Gomez («Scott Gomez is a strong name», p. 136).

Il y un récit de l’intérieur de la création du film Goon (2011) : Baruchel a coscénarisé le film, avant de coscénariser et de réaliser sa suite, Goon. Last of the Enforcers (2017); de plus, il a joué dans les deux films. Le chapitre «On Fighting» est à la fois ce récit et une réflexion sur les raisons qui font que Baruchel aime les bagarres au hockey. (L’Oreille tendue n’est pas d’accord, qui souhaite depuis longtemps que les bagarres soient abolies au hockey.) Il prend acte de leur disparition, mais il les regrette : «Hockey fighting is dead, and its place is in history» (p. 180).

Il y une (interminable) description d’une des plus tristement célèbres bagarres du hockey moderne, «La bataille du Vendredi saint», entre les Canadiens de Montréal et les Nordiques de Québec, le 20 avril 1984.

Bref, c’est un livre composite.

Qu’en est-il des positions de Baruchel sur le hockey ? Il n’aime ni le plafond salarial que toutes les équipes de la Ligue nationale de hockey doivent respecter (p. 214-215), ni le président de la LNH, Gary Bettman, à cause de sa volonté d’exporter le hockey dans le désert états-unien : «Gary Bettman loves sand» (p. 217). Il ne manque pas une occasion de citer le nom du gardien de but Patrick Roy et il a pleuré l’échange de P.K. Subban à l’équipe de Nashville («my whole world threw up», p. 106). S’agissant des Canadiens de Montréal — et c’est peut-être le point de vue le plus original du livre —, Baruchel est dans une position difficile : il idolâtre une équipe perdante. Elle a certes eu ses heures de gloire, mais, depuis 1986, elle n’a remporté le championnat de la LNH que deux fois, elle qui l’a dominée pendant plus de deux décennies auparavant. La mémoire des triomphes du passé est dure à porter : «I think we remember too much, and it’s driving us mad» (p. 240).

Être fan, cette activité compliquée, belle et laide à la fois, ne va pas de soi : «This is fandom, in all of its complicated, beautiful ugliness» (p. 241), affirme l’auteur à la fin de son livre. Fan, il l’est et le reste.

P.-S.—Oui, le livre est divisé en trois périodes, mais fortement déséquilibrées, l’essentiel du livre se trouvant dans la deuxième.

P.-P.-S.—Le clin d’œil de Patrick Roy en 1993 n’était pas destiné à Wayne Gretzky (p. 61), mais à Tomas Sandström.

Références

Baruchel, Jay, Born into It. A Fan’s Life, Toronto, Harper Avenue, 2018, 249 p.

Bauer, Olivier et Jean-Marc Barreau (édit.), la Religion du Canadien de Montréal, Montréal, Fides, 2008, 182 p. Ill.

Bauer, Olivier, Une théologie du Canadien de Montréal, Montréal, Bayard Canada, coll. «Religions et société», 2011, 214 p. Ill.

Humeur du moment ?

Philippe Girard, la Grande Noirceur, 2014, p. 61Le Petit Robert (édition numérique de 2014) connaît le sens «régional (Canada)» de marabout : «De mauvaise humeur, désagréable. => boudeur, bougon, irritable.»

Les exemples ne manquent pas, qui confirment la définition du Robert.

Chez Bernard Arcand : «Les faits donnent incontestablement raison aux marabouts et à tous ceux qui se lamentent» (p. 21).

Chez Éric Dupont : «Ce dernier, un homme autrement assez doux, ne frappait pas par conviction, mais parce que sa femme l’avait, par ses hurlements, tiré d’un sommeil profond dont il était sorti marabout, impatient et irrité» (p. 151-152).

Chez David Goudreault : «Reynald était marabout. La journée allait être longue» (p. 112).

Chez Érika Soucy : «Ah, y va pas pire… Hier, y’était un peu marabout là, mais…» (p. 130).

 

Illustration tirée de la Grande Noirceur, de Philippe Girard (p. 61).

 

Références

Arcand, Bernard, Abolissons l’hiver ! Livre (très) pratique, Montréal, Boréal, 1999, 112 p.

Dupont, Éric, la Fiancée américaine, Montréal, Marchand de feuilles, 2015 (2012), 877 p.

Girard, Philippe, la Grande Noirceur, Mécanique générale, 2014, 87 p.

Goudreault, David, la Bête à sa mère, Montréal, Stanké, 2015, 231 p.

Soucy, Erika, les Murailles, Montréal, VLB éditeur, 2016, 150 p.

À saveur imagée

À l’occasion (2009, 2010, 2011, 2013, 2014, 2015, 2017, 2017), l’Oreille tendue pratique un tri sélectif dans sa corbeille de à saveur, ce fléau québécois. Rerebelote, en images.

«À saveur médiévale», la Presse+, 28 décembre 2017

«À saveur sud-coréenne», la Presse+, 15 octobre 2018

«À saveur syndicale», la Presse+, 18 novembre 2018

Le Rocket en cases

Walt McDayter et Norman Drew, «The Giants. Maurice Richard», Calgary Herald, 6 septembre au 1er octobre 1966

En 2016, l’Oreille tendue publiait un article sur la bande dessinée et le hockey. Elle y abordait essentiellement la bande dessinée francophone.

Quelques années plus tôt, en visionnant le téléfilm Maurice Richard (1999) de Jean-Claude Lord et Pauline Payette, elle avait repéré des images d’une bande dessinée consacrée à Maurice Richard, «Les géants. Maurice Richard. La légende du Rocket». Elle n’avait jamais réussi à en trouver d’autres traces.

Le mystère est désormais partiellement résolu. Un lecteur de l’Oreille tendue, historien du hockey, vient de lui transmettre les 24 bandes (de trois cases) de «Maurice Richard» dans la série «The Giants». Elles ont été publiées, sous la signature de Walt McDayter et Norman Drew, dans le Calgary Herald du 6 septembre au 1er octobre 1966 (sauf les dimanches). On peut supposer qu’elles ont aussi aussi paru dans d’autres journaux.

Le déroulement de cette bande dessinée est chronologique, des premières tentatives de Richard pour joindre les rangs des Canadiens de Montréal, tentatives entravées par des blessures à répétition, jusqu’au moment où il accroche ses patins, en 1960. Plusieurs buts marqués durant sa carrière par le Rocket y sont : le premier (le 8 novembre 1942), celui marqué avec Earl Seibert sur les épaules, le 50e en cinquante matchs (le 18 mars 1945), celui du 8 avril 1952 — mais les bédéistes se trompent sur le résultat final du match (il aurait fallu 3-1 au lieu de 2-1) —, celui du 29 octobre 1952 pour égaler le record du plus grand nombre de buts dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey. Les événements de 1955 qui ont mené à l’émeute du 17 mars sont évoqués. La dernière case insiste sur la place de Maurice Richard dans l’histoire du hockey : «Hockey heroes will come and go, replacing his remaining records… but few men can hope to eclipse the legend of the fabulous Frenchman who in 1959 was introduced to Queen Elizabeth as… “Mr. Hockey”.» Les héros passeront et les records seront battus (par Gordie Howe et par Bobby Hull, par exemple); M. Hockey restera.

Pour l’essentiel, le dessin, qui s’inspire nettement de documents d’archives, est réaliste. L’univers dépeint est masculin (soixante-douze cases, quatre femmes). Les techniques de communication — télégramme, radio, presse écrite — sont celles des années 1940-1960. Une erreur de date à la dernière case d’une bande — «The following season, on Oct. 29, 1953 […]» — est corrigée à la première de la suivante — «In a game against Maple Leafs in Toronto, Oct. 29, 1952 […]». McDayter et Drew n’hésitent pas à dépeindre la violence de Richard, venue de son «fiery Gallic temper» : le 13 mars 1955, à Boston, «Enraged by a high-stick injury, Maurice Richard slashes Boston Bruins’ Hal Laycoe three times with a hockey stick.» Le tempérament gaulois («gallic») explique-t-il à lui seul le recours répété du hockeyeur à son bâton («three times with a hockey stick») ? On lit quelques mots en français, couleur locale oblige : «Eh bien», «ami», «Mais c’est impossible, monsieur Irvin», «Dieu merci», «J’y vais pas», «À bas Campbell», «Vive Richard !». Ils sont regroupés à deux moments du récit : au début de sa carrière, quand Richard ne parlait pas encore anglais; au moment de l’Émeute («the “Richard” Riot»). Ce n’est pas dans cette bande dessinée que l’on cherchera de la polémique : Maurice Richard est un géant canadien («Keep your eyes on this player, Canada !»).

Il ne reste plus à l’Oreille qu’à mettre la main sur la version française.

P.-S.— Pour préparer son article de 2016, l’Oreille a repris des propos déjà tenus ici, le 12 décembre 2011, le 23 décembre 2011, le 28 décembre 2011, le 19 juillet 2012, le 1er mai 2014 et le 12 juin 2014. Elle est revenue sur le sujet le 2 décembre 2014, le 23 janvier 2015, le 10 avril 2015, le 6 mai 2015, le 14 mai 2015, le 15 juin 2016, le 29 août 2016, le 28 décembre 2016 et le 23 octobre 2018.

Références

Maurice Richard. Histoire d’un Canadien / The Maurice Rocket Richard Story, docudrame de quatre heures en deux parties, 1999 : 1921; 1951. Réalisation : Jean-Claude Lord et Pauline Payette. Production : L’information essentielle.

McDayter, Walt et Norman Drew, «The Giants. Maurice Richard», Calgary Herald, 6 septembre au 1er octobre 1966.

Melançon, Benoît, «BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec», dans Benoît Melançon et Michel Porret (édit.), Pucks en stock. Bande dessinée et sport, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, p. 101-117.

Walt McDayter et Norman Drew, «The Giants. Maurice Richard», Calgary Herald, 6 septembre au 1er octobre 1966

Jean-Pierre Girerd (1931-2018)

Arsène et Girerd, les Enquêtes de Berri et Demontigny. On a volé la coupe Stanley, 1975, couverture

Caricaturiste au quotidien la Presse de 1968 à 1996, (Jean-Pierre) Girerd vient de mourir. Yves Boisvert lui rend hommage dans la Presse+ du jour.

Outre ses dessins d’humour liés à l’actualité, Girerd a signé les dessins d’une bande dessinée sur le hockey, On a volé la coupe Stanley, parue en 1975.

On y évoque, entre autres célébrités (péri)hockeyistiques, les joueurs Maurice Richard, Guy Lafleur et Guy Lapointe, de même que les commentateurs Lionel Duval, Gilles Tremblay et René Lecavalier.

P.-S.—L’impératif du verbe envoyer, au Québec, a droit à de nombreuses graphies. En 1981, Girerd proposait «enouaille».

P.-P.-S.—L’Oreille tendue aborde brièvement cet album dans un texte de 2016, «BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec».

Références

Arsène et Girerd, les Enquêtes de Berri et Demontigny. On a volé la coupe Stanley, Montréal, Éditions Mirabel, 1975, 48 p. Bande dessinée. Premier et unique épisode des «Enquêtes de Berri et Demontigny». Texte : Arsène. Dessin : Girerd.

Girerd, Son honneur, Montréal, La Presse, 1981, [s.p.].

Melançon, Benoît, «BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec», dans Benoît Melançon et Michel Porret (édit.), Pucks en stock. Bande dessinée et sport, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, p. 101-117.