Mamelles sans (presque de) puck

L’Oreille tendue — ce ne devrait être une surprise pour personne — s’intéresse à la culture du sport, plus particulièrement à la culture du hockey.

Elle a notamment travaillé sur la bande dessinée et ce sport. Elle vient même de publier un article sur le sujet.

Quand son collègue, et néanmoins ami, Michel Porret lui a indiqué l’existence de Lady Death, elle n’a fait ni une ni deux : elle a commandé cette bande dessinée états-unienne, sous-titrée «Sexy Sport Hockey», en Grande-Bretagne.

De fait, la couverture représente une personne du sexe, en patins, bâton de hockey à la main, rondelle à ses pieds, portant le numéro 00, son uniforme (façon de parler) évoquant abondamment la mort (le mot «death», deux fois; plusieurs crânes, accompagnés des os de circonstance).

Lady Death, janvier 2013. Issue 25 : «Sexy Sport Hockey».À l’intérieur, qu’en est-il du hockey ? Rien. On y voit des dames fort peu vêtues, mais adultes («All characters as depicted in this story are over the age of 18»), exhiber leurs seins et leurs fesses, toujours à la limite de la crevaison, dans des torrents d’hémoglobine. Si l’Oreille a compris l’histoire («To be continued»), la joueuse de hockey (façon de parler) de la couverture s’appellerait Hope et aurait un rôle capital dans cette histoire d’heroic fantasy, si tant est que Lady Death relève bel et bien de ce genre.

On pourrait être déçu à moins.

Références

Melançon, Benoît, «BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec», dans Benoît Melançon et Michel Porret (édit.), Pucks en stock. Bande dessinée et sport, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, p. 101-117.

Wolfer, Mike et Marc Borstel, Lady Death, Rantoul (IL), Boundless Comics, janvier 2013, s.p. Issue 25 : «Sexy Sport Hockey».

Autopromotion 244

Pucks en stock, 2016, couverture

Avec son collègue Michel Porret, l’Oreille tendue lance ces jours-ci un ouvrage consacré aux liens de la bande dessinée et du sport :

Pucks en stock. Bande dessinée et sport, ouvrage collectif dirigé par Benoît Melançon et Michel Porret, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, 270 p. Ill. ISBN : 978-2-8257-1041-8. (34 CHF / 30 euros)

Illustration de couverture : Mirjana Farkas, Durand et Durant aux sports d’hiver. Hommage à Hergé, technique mixte

Présentation

Publications périodiques (quotidien, hebdomadaire, mensuel), récits complets de multiples formats, albums souples et cartonnés : dans ces imprimés, la représentation du sport occupe depuis l’aube du XXe siècle nombre de créateurs en France, en Belgique, en Suisse, au Canada, aux États-Unis, au Japon. Cette représentation, d’abord destinée à la jeunesse, élargit rapidement son public, car c’est tout le monde social qu’elle met en cause : discours sur le corps (avec ou sans uniforme ?), réflexions éthiques (que faire du dopage ?), interrogations politiques (quel sport pour quel régime ?), etc. Pour la toute première fois dans le monde francophone, douze textes essaient de répondre à ces questions.

Table des matières

«Introduction. Ça c’est du sport !», p. 9-16
Benoît Melançon et Michel Porret

Panoramas

«Mens sana in corpore sano : les corps en mouvement de la bande dessinée», p. 19-37
Philippe Videlier

«Esthétique de la bande dessinée sportive japonaise», p. 39-60
Éric Bouchard

Thèmes

«Veille à ta garde Johnny ! L’imaginaire de la boxe dans la bande dessinée», p. 63-99
Michel Porret

«BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec», p. 101-117
Benoît Melançon

«Tenues sportives et costumes héroïques. Vêtements, performances et corps chez les sportifs et les super-héros», p. 119-138
Sylvain Rimbault

Auteurs et personnages

«Bécassine sportive ?», p. 141-157
Julie Gaucher

«Bicot et le sport. Une vision de l’Amérique de l’entre-deux-guerres offerte aux jeunes lecteurs français», p. 159-189
Denis Jallat

«Astérix gladiateur et Astérix aux Jeux olympiques. Description des pratiques antiques ou dénonciation des dérives du sport moderne ?», p. 191-207
Laurent Grün

«L’aventurier au ballon rond. Éric Castel, transitions et identités européennes», p. 209-226
Sébastien Farré

«Un esprit simple dans un corps sage et vice-versa. Images et discours sportifs chez Goossens», p. 227-246
Laurent Bozard

«Sport et cultures populaires dans l’œuvre d’Hervé Baru», p. 247-263
Vincent Marie

 

Débat

Michel Porret présentera l’ouvrage à Genève, chez Payot Rive gauche, le 2 juin, à 18 h, dans le cadre d’un débat animé par Sébastien Farré.

Débat, Bande dessinée et sport, Genève, 2 juin 2016

 

Complément bibliographique

Aceti, Monica, Jean-François Loudcher et Sébastien Laffage-Cosnier, «La débâcle de l’équipe suisse aux Jeux Olympiques d’Innsbruck (1964) croquée par Pellos dans le journal suisse romand la Semaine sportive», dans Michaël Attali (édit.), Sports et médias. Du XIXe siècle à nos jours, Biarritz, Atlantica et Paris, Musée national du sport, coll. «Sport, mémoire et société», 2010, p. 637-646.

Chante, Alain, «La fonction du sport et du sportif d’après la BD. Évolution dans le journal Tintin», Apollo BD, 2, septembre 1987, p. 3-12.

Fernández Truán, Juan Carlos et José Antonio Aquesolo Vegas, «E?volution du sport dans les bandes dessine?es en Espagne», dans Laurent Daniel (édit.), l’Art et le sport. Actes du XIIe colloque international du Comite? europe?en pour l’histoire des sports, Lorient 2007, Biarritz, Atlantica et Paris, Musée national du sport, coll. «Sport, mémoire et société», 2009, tome 1, p. 41-50.

Fournier, Bernard (édit.), Sport & BD, Paris, L’Équipe et Musée olympique de Lausanne, 2001, 96 p. Préface de Jérome Bureau.

Laffage-Cosnier, Sébastien, «Les archives de l’humour : de la jubilation au dégoût», STAPS. The International Journal of Sport Science and Physical Education, 35, 106, 2014, p. 100-101.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Christian Vivier et Jean-François Loudcher, «Le corps sportif dans la presse illustrée pour la jeunesse. L’exemple de la série dessinée Jean-Jacques Ardent Athlète dans le journal Junior (1938-1939)», le Temps des médias, 19, 2012, p. 187-204.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Christian Vivier et Michel Thiébaut, «Les Jeux olympiques célébrés par Bibi Fricotin, les Pieds Nickelés, Astérix et les Schtroumpfs», European Studies in Sports History, 7, 2014, p. 197-221.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Jean-François Loudcher et Christian Vivier, «La guerre et ses représentations dans la bande dessinée : la destinée du héros sportif chez Pellos dans le journal Junior (1938-1940)», Modern & Contemporary France, 20, 3, 2012, p. 287-305.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Jean-François Loudcher et Monica Aceti, «Un héros de bandes dessinées à la guerre : entre mythologies antiques et superpouvoirs sportifs», dans Luc Robène (dir.), le Sport et la guerre. XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 171-179.

Linari, Enzo (dir.), I fumetti e lo sport, Florence, Centro stampa Giunta Regione Toscana, coll. «Toscana Beni Culturali», 11, 2009, 123 p. Ill.

Loudcher, Jean-François, «Marcel Cerdan, la construction d’un mythe : analyse de sa représentation dans la bande dessinée de l’Équipe-Junior (1951) illustrée par Pellos et commentée par Robert Colombini», les Cahiers de l’INSEP, 46, 2000, p. 95-104.

Vivier, Christian, Sébastien Laffage-Cosnier et Michel Thiébaut, «Los Juegos olímpicos de Astérix y de los Pitufos : una nueva visión del deporte transmitida a juventud», dans Materiales para la historia del deporte. Suplemento Especial II. Congreso Internacional de Historia del Olimpismo. «Conrado Durántez», Séville, Universidad Pablo de Olavide de Sevilla et Asociacio?n Andaluza de Historia del Deporte, 2015, p. 46-62.

Vivier, Christian, Sébastien Laffage-Cosnier, Noemí García-Arjona, Teresa González Aja et Michel Thiébaut, «¿ Estaba dopado el pitufo debilucho ? Otra mirada sobre el atletismo olímpico de los años 80», Materiales para la historia del deporte, 12, octobre 2014, p. 41-51.

 

P.-S. — L’Oreille tendue est un brin marrie. C’est Michel Porret qui a trouvé le titre de l’ouvrage, et pas elle.

Tintin, Bruxelles, mars 2016

Des attentats terroristes ont frappé la Belgique ce matin. Hergé a été appelé à la rescousse, notamment sur Twitter.

Mon coeur est à Bruxelles

A photo posted by Joann Sfar (@joannsfar) on

André-Philippe Côté, la Presse+, 23 mars 2016 :

Caricature, André-Philippe Côté, la Presse+, 23 mars 2016

 

La Presse+, 25 mars 2016 :

Photo prise à Prague, la Presse+, 25 mars 2016

 

P.-S. — Ce site peut être utile.

P.-P.-S. — Plusieurs médias ont évoqué ces représentations tintinesques : le Devoir (ici et ), Radio-Canada, le Huffington Post France.

Maintenant

Claude-Henri Grignon et Albert Chartier, Séraphin illustré, 2010, p. 101

Ses graphies sont multiples et son usage courant au Québec. Justin Laramée, dans le collectif la Fête sauvage (2015), intitule un texte «Astheure» : «Astheure toujours / Nous dirons toujours Astheure / Et nous porterons le maintenant mains tenantes» (p. 30). Le poète François Hébert écrit «à c’tte heure» (p. 93), dans Toute l’œuvre incomplète (2010), mais pas seulement : «astheure, nous aimons ce mot» (p. 89); «Derechef, comme astheure, est un étourdissant adverbe» (p. 97). Le Dictionnaire de la langue québécoise de Léandre Bergeron a une entrée à «Astheure» et une à «Asthure» (1980, p. 51). C’est la première graphie qu’a retenue Jean-Claude Germain dans sa pièce Un pays dont la devise est je m’oublie, quand Louis Cyr s’adresse au hockeyeur Maurice Richard : «T’es Mau-ri-ce Ri-chard !… Ç’avait jamais été… pis ça sra jamais !… Çé !… Pis çé là astheure pour tout ltemps !» (1976, p. 136). Le dictionnaire en ligne Usito donne «astheure», «asteure» et «à c’t’heure».

L’expression n’est pas propre au français du Québec. Philippe Didion, dans ses Notules du 18 octobre 2015, emploie «asteure». Dès 1922, Joseph Dumais notait qu’elle existe en patois angevin («ast’ heure», p. 27). Le Belge Simenon, dans la Veuve Couderc (1942), écrit «à cette heure» (éd. de 2003, p. 1055).

Elle est ancienne, enfin. Elle est dans les Essais de Montaigne (III, 9), selon Mireille Huchon en 2002 («asture», p. 16). Jacques Chaurand, dans l’édition de 1987 de son Histoire de la langue française, la trouve en moyen français («asteure», p. 64).

Son sens ? Maintenant : «Astheure, les choses sont peut-être un peu plus claires.» Dans certaines constructions, le mot peut marquer l’exaspération : «Qu’est-ce qu’y a astheure ?» Son synonyme serait alors encore. Il peut former une conjonction de subordination : «Astheure que ce texte est écrit, passons à autre chose.»

P.-S. — Aux toutes premières lignes du roman Bonheur d’occasion (1945) de Gabrielle Roy, on lit : «À cette heure, Florentine s’était prise à guetter la venue du jeune homme qui, la veille, entre tant de propos railleurs, lui avait laissé entendre qu’il la trouvait jolie» (éd. de 1978, p. 11). Pierre Popovic a étudié cette tournure en 1999.

 

[Complément du 25 février 2016]

Trois réactions, sur Twitter, à ce texte.

@kwebek écrit que le mot est «Bien attesté aussi dans le Glossaire du parler français au Canada, qui en rappelle l’usage dans certaines régions de France». Ce Glossaire date de 1930.

@MichelFrancard signale l’existence d’asteûre en wallon.

@MFBernier rappelle qu’une chanson de Jean-Pierre Ferland s’intitule «À c’t’heure».

Puisqu’il est question de chanson, signalons celles-ci, qui toutes utilisent le mot astheure :

Oswald, «Les sports», 1960

Pierre Bertrand, «Hockey», 1978

Francine Raymond, «Tu peux t’en aller», 1993

Les Mecs comiques, «Le hockey est malade», 2001

Les Cowboys fringants, «Salut mon Ron», 2002

Oui, bien sûr, il s’agit uniquement de chansons qui portent sur le hockey, en tout ou en partie.

 

[Complément du 6 avril 2016]

Les Éditions du Boréal publient ces jours-ci des textes en français de Jack Kerouac sous le titre La vie est d’hommage. Leur éditeur, Jean-Christophe Cloutier, était interviewé dans le Devoir des 2 et 3 avril (p. F1-F2). Extrait :

Ayant étudié les révisions que Kerouac a faites dans ses manuscrits, le chercheur a pu constater son souci de corriger ses textes en supprimant certains anglicismes pour y insérer le bon mot en français. «Par exemple, il raye “la shoppe” et le remplace par “l’imprimerie”. Il peut choisir d’écrire “À cette heure” à un moment donné, et ensuite choisir une écriture phonétique changeante : “a s t heur”, “a s’t’heure” ou “astheure”» (p. F2).

 

Illustration : Albert Chartier, dans Claude-Henri Grignon et Albert Chartier, Séraphin illustré, préface de Pierre Grignon, dossier de Michel Viau, Montréal, Les 400 coups, 2010, 263 p., p. 101.

 

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Côté, Véronique et un collectif d’auteurs, la Fête sauvage, Montréal, Atelier 10, coll. «Pièces», 06, 2015, 125 p. Ill.

Chaurand, Jacques, Histoire de la langue française, Paris, Presses universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 167, 1987 (cinquième édition corrigée), 127 p.

Dumais, Joseph, le Parler de chez nous. Conférence donnée à l’Hôtel de ville de Québec, sous le patronage de la Société des arts, sciences et lettres, par M. Joseph Dumais. Professeur de diction française, directeur du Conservatoire de Québec, membre de la Société des auteurs canadiens et de la Société des arts, sciences et lettres, Québec, Chez l’auteur, 1922, ii/41 p. Préface d’Alphonse Désilets.

Germain, Jean-Claude, Un pays dont la devise est je m’oublie, Montréal, VLB éditeur, 1976, 138 p.

Hébert, François, Toute l’œuvre incomplète, Montréal, l’Hexagone, coll. «Écritures», 2010, 154 p.

Huchon, Mireille, Histoire de la langue française, Paris, le Livre de poche, coll. «Références. Inédit. Littérature», 542, 2002, 315 p. Ill.

Popovic, Pierre, «Le différend des cultures et des savoirs dans l’incipit de Bonheur d’occasion», dans Marie-Andrée Beaudet (édit.), Bonheur d’occasion au pluriel. Lectures et approches critiques, Québec, Nota bene, coll. «Séminaires», 10, 1999, p. 15-61.

Roy, Gabrielle, Bonheur d’occasion, Montréal, Stanké, coll. «10/10», 1978 (1945), 396 p.

Simenon, la Veuve Couderc, dans Romans. I, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, 1043-1169 et 1458-1471. Édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis.

Société du parler français au Canada, Glossaire du parler français au Canada : contenant les mots et locutions en usage dans le parler de la Province de Québec et qui ne sont pas admis dans le français d’école, la définition de leurs différents sens, avec des exemples; des notes sur leur provenance, la prononciation figurée des mots étudiés, Québec, Action sociale, 1930, xix/709 p. Réimpression : Québec, Presses de l’Université Laval, 1968.