Procrastinez-vous ?

Il n’y a pas que les lexicographes à chasser la nouveauté linguistique. Cela peut aussi arriver aux personnages de roman. Prenez Marc Langevin, dans Vox populi (2016) de Patrick Nicol. Bien installé dans la matériathèque de son cégep sherbrookois, il a tendu l’oreille.

Les mots naissent et meurent comme les espèces animales et les métiers. […] Ces temps-ci, «procrastination» jouit d’une grande popularité. Il n’est pas commun qu’un mot si long connaisse un tel succès, mais c’est notable : le terme revient souvent, dans toutes sortes de contextes. Les employés du cégep l’emploient, et pas seulement les profs. Les étudiants conjuguent le verbe «procrastiner». Le concept jouit d’un grand engouement, comme si remettre à plus tard était à la fois une mode, un fléau et un bon sujet de conversation. Il y a eu des reportages là-dessus, et sur Internet, à tout bout de champ, le mot revient. C’est drôle comment tout le monde s’emballe pour une idée, la même idée, tout le monde en même temps. On ne sait jamais comment elles commencent, ces affaires-là, mais elles se répandent et bientôt chacun les dit comme si elles venaient de lui, et personnellement. Marc sourit (p. 18-20).

Il est cependant légitime de penser que ce ne sont pas des personnages fictifs qui ont inventé, à destination des gens pressés, précrastination (la Presse+, 30 avril 2016) ou, à destination des amateurs de café et de procrastination, le néologisme procraféiner. (Dans le même ordre d’idées, il existe un substantif anglais, mais sans la deuxième r : procaffeination.)

P.-S. — Il est vrai que procrastination est populaire dans les universités, notamment chez les thésards.

P.-P.-S. — Le verbe procrastiner n’est pas conjugué que dans les établissements d’enseignements québécois; voir ici.

Référence

Nicol, Patrick, Vox populi, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 98, 2016, 89 p.

Permanence de la lettre

L’Oreille tendue n’en est pas à une répétition près. Depuis plus de vingt ans au moins, elle raconte à qui veut bien l’entendre que la lettre n’est pas disparue avec l’apparition du numérique (courriel, puis réseaux sociaux). La lettre a cependant changé de fonction, ce qui a mis en relief ce qui la constitue et en fait la valeur.

Là où le numérique pourrait faire craindre une absence d’incarnation, l’écriture manuscrite adressée, au contraire, suppose une matérialité forte. Elle est d’autant plus forte qu’elle est l’objet d’un choix : dans l’arsenal des moyens de communication dont on dispose aujourd’hui, écrire à la main, c’est ne pas envoyer un courriel ou un texto, c’est ne pas tweeter et retweeter, c’est ne pas rameuter sa communauté Facebook. J’aurais pu m’adresser à toi à partir de mon ordinateur, de mon téléphone, de ma tablette. Je ne l’ai pas fait. Je voulais laisser une marque, ma marque.

Des exemples ? Les trois qui suivent signalent l’importance de l’école dans la permanence de l’épistolaire.

En 1993, une polyvalente de Laval, en banlieue de Montréal, a mis sur pied pour la quatrième année une «Semaine du mieux-vivre» durant laquelle les élèves étaient invités à écrire à leurs camarades et à leurs professeurs afin «de briser l’isolement qui conduit certains jeunes au suicide».

En 2011, six étudiants de Queen’s University (Kingston, Ontario) sont morts de causes diverses, dont le suicide, sur une courte période. La direction de l’établissement, en plus d’affecter des ressources psychologiques aux personnes touchées, a installé des tables où les étudiants étaient invités à partager par écrit leurs sentiments.

Au début des années 2000, rapporte Catherine Handfield dans la Presse+ d’hier, le Carrefour familial des Moulins (Terrebonne, Québec) a lancé le «Courrier Plume-images» : les enfants des écoles primaires de la région — ils ont de six à douze ans — peuvent y envoyer des lettres et s’y confier librement. Résultats ? «Plus de 4000» lettres manuscrites, souvent accompagnées de dessins, ont été reçues l’an dernier, auxquelles ont répondu 35 bénévoles — à la main, bien sûr.

Non, la lettre n’est pas près de disparaître.

Références

Blais-Poulin, Charles-Éric, «Entre le clavier et la plume», la Presse+, 13 août 2016. URL : <http://plus.lapresse.ca/screens/7c569f01-8feb-4704-a9b5-d0223ddc6fc9%7CfMfIQOjXNITZ.html>.

Handfield, Catherine, «À l’écoute des élèves, une lettre à la fois», la Presse+, 30 août 2016. URL : <http://plus.lapresse.ca/screens/81e10780-af1e-4bb7-8040-2d5e36da08d4%7C8_VN.EJ25cq4.html>.

Melançon, Benoît, «Des usages actuels de la lettre», Bulletin de l’AIRE (Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire, Paris), 12, décembre 1993, p. 25. URL : <http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/usages_actuels_aire_1993.html>.

Melançon, Benoît, Épistol@rités, Saint-Cyr sur Loire, publie.net, coll. «Washing Machine», 2013. Livre numérique. Recueil de trois textes : Sevigne@Internet. Remarques sur le courrier électronique et la lettre (1996), «Postface inédite : Quinze ans plus tard» (2011) et «Épistol@rités, d’aujourd’hui à hier» (2011). URL : <http://www.publie.net/fr/ebook/9782814506602/epistol@rites>.

Melançon, Benoît, «Le cabinet des curiosités épistolaires», Épistolaire. Revue de l’AIRE (Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire, Paris), 40, 2014, p. 257-259.

Epistol@rités, publie.net, 2013

Le niveau baisse ! (2010)

«Les facs s’attaquent aux fautes d’orthographe. C’est un constat unanime : trop d’étudiants sont fâchés avec l’orthographe et, plus globalement, avec le français. Une vingtaine d’universités proposent désormais des cours de rattrapage.»

Source : le Parisien, 2010, cité dans Claude Lelievre, «La “bataille de l’orthographe” à l’Université», 5 octobre 2010.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture

Le niveau baisse ! (2009)

«Les étudiants vont devoir renouer avec la dictée. Des milliers d’élèves de différents campus bénéficient cette année de cours d’orthographe. Une nécessité car les recruteurs apprécient peu les fautes des diplômés.»

Source : le Parisien, 28 septembre 2009, cité dans Claude Lelievre, «La “bataille de l’orthographe” à l’Université», 5 octobre 2010.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture