Accouplements 62

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Compte rendu du livre d’Hélène Merlin-Kajman Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature (Paris, Gallimard, coll. «nrf essais», 2016, 336 p.), par Florent Coste, sur le site la Vie des idées.

Le livre d’Hélène Merlin-Kajman repose sur un constat aussi difficile à démentir qu’à établir, tant il va à l’encontre de l’habitus du professionnel de la littérature. Notre rapport à la littérature s’est petit à petit déréalisé sous l’effet d’une vulgate formaliste, qui conçoit la lecture comme une désillusion — prorogeant la suspicion platonicienne envers la mimesis. L’enseignement de la littérature s’est habitué à s’arracher à l’illusion référentielle, à dénicher à travers le tamis de la stylistique, de la rhétorique ou de l’intertextualité des effets de langage, à déjouer les tours que nous jouent des écrivains fondamentalement manipulateurs, à déniaiser les lectures naïves qui s’agrippent au référent des textes et qui croient sur parole des «êtres de papier». Forte de toutes ces théories du déniaisement, la lecture littéraire savante s’est piquée de ne pas tomber dans la lecture au premier degré, sans plus se préoccuper de ce qu’une œuvre nous fait. Une littérature à l’artificielle fraîcheur se voyait emballée dans une sorte de cellophane méthodologique.

Grégoire, Mélissa, l’Amour des maîtres, Montréal, Leméac, 2011, 245 p.

Aucun cours n’était aussi brillant, substantiel, provocant que celui de Julien Élie, aucun professeur ne lui arrivait à la cheville, sauf un peut-être qui semblait se passionner pour l’histoire littéraire mais dont l’enseignement, donné dans un grand amphithéâtre, avait quelque chose d’impersonnel (p. 102).

Le niveau baisse ! (2004)

«Les futurs enseignants maîtrisent mal le français.»

Source : la Presse, 23 octobre 2004.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Illustré.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture

Le niveau baisse ! (1929)

«Les élèves des lycées n’ont ni orthographe, ni vocabulaire exact et varié, ni connaissances grammaticales» (Paul Lemonnier, «La crise de la culture littéraire», 1929).

Source : Claude Lelievre, «La “bataille de l’orthographe” à l’Université», 5 octobre 2010.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Illustré.

Pour lancer la semaine

«Quand bien même les histoires dites,
et même les amours qui commencent ou finissent,
sont les mêmes, et même le désarroi»
François Bon, Daewoo

Un coorganisateur de colloque : «Pour embrayer.»

Un participant à un congrès : «On entame l’atelier Auto-diagnostic en médecine […]» (@MarieBeau).

Un site de la Sorbonne : «Débuter une recherche.»

Un premier ministre du Québec : «Vous avez démarré une tradition d’excellence spectaculaire dans le sport universitaire» (@Carabins).

Qu’est-ce qu’il vous a fait le verbe commencer ? Pourquoi tenez-vous à mettre quelque chose à sa place ? Hein ?

Référence

Bon, François, Daewoo. Roman, Saint-Cyr sur Loire, publie.net, coll. «Temps réel», 2011 (2004). Édition numérique.

«Débuter une recherche», dit la Sorbonne

 

Le niveau baisse ! (2000)

«Je suis obligée de constater que nos étudiants n’ont aucune connaissance de la grammaire française […].»

Source : Une professeure de Lettres modernes, en France, durant les années 2000, citée dans Isabelle Delcambre, «Entre normes et variations, le mémoire de master : un genre de discours universitaire», dans Catherine Gravet (édit.), Écriture scientifique, écriture sous contraintes ?, Mons, Université de Mons, Service de Communication écrite, coll. «Travaux et documents», 5, 2014, p. 79-95, p. 91.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Illustré.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture