Autopromotion 479 (en quelque sorte)

Alphabet dactylologique de l’abbé de L’Épée

L’Oreille tendue professe et encadre à l’Université de Montréal.

Ce vendredi, le 17, à 16 h 30 et à Paris, une de ses étudiantes soutiendra sa thèse de doctorat.

Amann, Flora, «Sourds et muets entre savoir et fiction au tournant des Lumières», Montréal et Paris, Université de Montréal et Sorbonne-Université, thèse de doctorat en cotutelle, décembre 2019, 395 p. Directeurs : Michel Delon (Sorbonne-Université) et Benoît Melançon (Université de Montréal).

Jury :

Joël Castonguay-Bélanger (University of British Columbia), président du jury

Michel Delon (Sorbonne-Université), codirecteur

Stéphanie Genand (Université de Dijon), membre du jury

Benoît Melançon (Université de Montréal), codirecteur

Lieu :

Sorbonne-Université
Maison de la recherche
28, rue Serpente, salle D323
Paris 75006

Illustration : Alphabet dactylologique de l’abbé de L’Épée

Le zeugme du dimanche matin et de Courtilz de Sandras

Courtilz de Sandras, Mémoires de M. le marquis de Montbrun, éd. de 2004, couverture

«faites-lui votre cour, jouez avec lui, gagnez sa confiance, et son argent si vous pouvez, et enfin portez-le à s’en revenir ici»

Courtilz de Sandras, Mémoires de M. le marquis de Montbrun, texte de 1701, texte établi, annoté et indexé par Érik Leborgne, préface de René Démoris, Paris, Desjonquères, coll. «XVIIIe siècle», 2004, 250 p., p. 206.

Autopromotion 478

Catalogue des ouvrages du sr. de Fer jusqu’en l’Année 1705, frontispice anonyme

La 407e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 47 316 titres.

Illustration : Catalogue des ouvrages du sr. de Fer jusqu’en l’Année 1705, frontispice anonyme, Rijksmuseum, Amsterdam

Classiques ou médiatiques ?

Sophie Divry, la Cote 400, 2010, couverture

L’Oreille tendue s’apprête, dès mercredi, à donner un nouveau cours (pour elle). Il y sera notamment question des classiques, d’où cette citation de la Cote 400 de Sophie Divry (2010) :

Il n’y a que deux côtés à une barricade. Moi j’ai choisi mon camp, camarade. Je soutiens le lecteur esseulé, déprimé, misérable face au prestige écrasant de l’Armée des Livres. Vous ne l’avez pas vu parce que je suis discrète, mais je suis avec vous, je l’ai toujours été. Du côté des piétons, des boulistes et des habitués. Avec vous, mes cotes 900 et 910. Certaines ont fait le choix inverse, là-haut, les duchesses, en cote 200, en cote 800. Ce sont mes ennemies de classe. Méfie-toi, ma fille, méfie-toi ! Je les vois, ces bibliothécaires de police, comment elles parlent aux lecteurs. Elles les assomment avec leur «Il faut lire !» Elles décident de ce qui est «bien écrit» et de ce qui ne l’est pas, des vraies statues du Commandeur des Lettres françaises. Elles clament que tout le monde doit accéder à la Littérature, mais elles érigent un bloc, un monument écrasant — les Classiques — auquel il faut concéder des sacrifices, de la chair fraîche, du sang. Avec elles, on n’est jamais en règle, jamais. De vrais flics de la bonne conscience culturelle. Quand vous entrez, mal assuré, vous avez peur d’être interpellé : «Hep, vous ! Oui, vous. Vos classiques, s’il vous plaît. Montrez-moi ça. Hum, il y a du retard, beaucoup de retard. De grosses lacunes. Cela fait combien de temps que vous n’avez pas ouvert Balzac ? Mmmh. Et vous faites quoi dans la vie ? Vous travaillez beaucoup ? Alors, vous n’avez pas d’excuses. Moi, à votre place, j’aurais honte. C’est quoi ce livre dans votre sac ? Montrez, montrez-moi… Ah oui, intéressant. Divertissant. Facile. Médiatique. Mal écrit. Nul ! Et vous comptez rester longtemps dans cet état culturel ? Il faut vous reprendre en main. Je vous prescris une pléiade d’auteurs classiques du XVIIIe siècle pendant dix mois. Ah, il faut ce qu’il faut. Vous reviendrez me voir ensuite. Non, laissez ce livre ici, s’il vous plaît. Et que je ne vous y reprenne plus. Allez, circulez…» Quelle brutalité. Moi, jamais je ne me permettrais ça (p. 56-57).

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 27 décembre 2010.

 

Référence

Divry, Sophie, la Cote 400, Montréal, Les Allusifs, 2010, 64 p.