Parlons sport

Laurent Turcot, Sports et loisirs, 2016, couverture

Demain, le 28 novembre, à 17 h 30, à la librairie Gallimard de Montréal, Laurent Turcot lancera son plus récent ouvrage :

Turcot, Laurent, Sports et loisirs. Une histoire des origines à nos jours, Paris, Gallimard, coll. «Folio inédit histoire», 257, 2016, 680 p. ISBN : 978-2-07-079378-5.

L’Oreille tendue dira quelques mots pour l’occasion.

Réservation : oegrot@gallimardmontreal.com

Autopromotion 269

Annales Jean-Jacques Rousseau, 52, couverture

En juin 2012, à l’invitation de son ami Michel Porret, l’Oreille tendue participait à Genève au colloque «Amis et ennemis de Jean-Jacques Rousseau : du XVIIIe siècle à aujourd’hui». (Ses notes de voyage sont ici.)

Les Actes du colloque viennent de paraître : Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, tome cinquante-deuxième, 2014 (2016), 369 p. ISBN : 978-2-600-04734-0; ISSN : 0259-6563. Publication de la librairie Droz.

Table des matières

«Introduction», p. 7-16. (Contient le «Discours de synthèse de M. Michel Porret, prononcé le samedi 16 juin 2012», p. 11-16.)

«Avis au lecteur», p. 17.

Crogiez Labarthe, Michèle, «Rousseau et Malesherbes. Une amitié à l’Antique», p. 23-36.

Leborgne, Érik, «Le portrait de Grimm en faux-ami. À la lumière des “Dialogues”», p. 37-50.

Paillard, Christophe, «Ami de Voltaire et Rousseau. Paul Moultou, compagnon de combat et collaborateur intellectuel», p. 51-70.

«Discussion. Contemporains de Rousseau», p. 71-77.

Kopanev, Nicolas A., «Rousseau et Marc-Michel Rey. Reflets pétersbourgeois», p. 79-87.

Dornier, Carole, «“Nous avons plus de goûts communs que je n’avois cru.” Rousseau et Duclos, philosophes dissidents», p. 89-109.

«Discussion», p. 111-115.

Gilli, Marita, «Georg Forster contre Rousseau. La sévère critique de l’âge d’or par un homme de science, voyageur autour du monde», p. 117-136.

Melançon, Benoît, «Secourir le philosophe. Ménilmontant, 24 octobre 1776», p. 137-154.

Mostefai, Ourida, «Füssli, juge de la conduite et des ouvrages de Rousseau», p. 155-166.

«Discussion. Contemporains de Rousseau», p. 167-174.

Trousson, Raymond, «François-Louis d’Escherny disciple de Jean-Jacques Rousseau», p. 175-184.

Breguet, Marie, «Roucher, dernier ami de Rousseau ?», p. 185-209.

Iverson, John R., «Les “Confessions” de Jean-Jacques Rousseau et “Les Confessions d’Emmanuel Figaro” (1786)», p. 211-225.

«Discussion. Contemporains de Rousseau», p. 227-236.

Védrine, Mireille, «Deux habitants des Charmettes défenseurs de Rousseau. George-Marie Raymond (1769-1839), Marius Mars-Vallett (1869-1957)», p. 237-248.

Bungener, Patrick, «La place de Rousseau dans la tradition botanique genevoise», p. 249-269.

Soëtard, Michel, «“Ne rencontrant que des adorateurs idolâtres, des interprètes imbéciles ou des antagonistes acharnés…”», p. 271-283.

«Discussion. Contemporains de Rousseau», p. 285-289.

Bernardi, Bruno, «Rousseau et le républicanisme. Bien entendu mal entendu», p. 291-309.

Lê Phong, Thuyêt, «Admirateurs de J.-J. Rousseau au Vietnam. Écrivains révolutionnaires du début du XXe siècle», p. 311-327.

Paulet-Grandguillot, Emmanuelle, «Rousseau, un adversaire politique respecté. Simonde de Simondi, Benjamin Constant et la souveraineté du peuple», p. 329-349.

«Discussion. Contemporains de Rousseau», p. 351-356.

«Chronique. Actualités et activités de la Société Jean-Jacques Rousseau», p. 357-366.

Journal hexagonal, la suite

La première partie du périple de l’Oreille tendue a été parisienne et normande. La seconde — pas la deuxième, malheureusement — sera strictement parisienne.

19 novembre 2016

Place Saint-Sulpice

Neige sur la Lutèce d’antan.

Foire de Noël, place Saint-Sulpice, novembre 2016

Quais de la Seine, rive gauche

Notre-Dame est un des monuments de l’architecture religieuse française.

Notre-Dame, vue des Quais de la rive gauche

Quais de la Seine, rive gauche

Premier article d’une liste de vœux pour Paris. Faire disparaître la tour Montparnasse, pas la gare. (L’Oreille tendue sait qu’elle se répète.)

Quais de Seine, rive droite

C’est aussi cela la mondialisation.

Vivre dans une tente, Paris, rive droite, novembre 2016

Quais de Seine, rive droite

Voir passer un bus qui vous emmène gratuitement de Paris chez Ikea. Avoir une pensée pour Nicolas Dickner.

Rue Jacques-Cœur

Si l’Oreille tendue comprend bien, on fabrique des grilled cheese à Paris. Est-ce à dire qu’ils sont urbains ?

The Grilled Cheese Factory, Paris, novembre 2016

Rue Castex

Un demi-Castex-et-Surer.

Hôtel Castex, Paris, novembre 2016

Devant le Bazar de l’hôtel de ville

Un mendiant sollicite les passants à distance : sa sébile cartonnée est accrochée au bout d’une canne à pêche. Pour le dire en bourdieusien : voilà quelqu’un qui a parfaitement assimilé la logique de la distinction. Il mendie, mais pas comme tout le monde. On peut imaginer qu’il espère sortir du lot et tirer une plus-value de sa singularité. Cela reste à démontrer. (L’Oreille a le vague sentiment que ce mendiant est là depuis quelques années. La mémoire n’est plus ce qu’elle était.)

À l’hôtel

Lisant à distance un journal montréalais, l’Oreille tendue, qui a consacré une partie de sa thèse de doctorat aux lettres de Diderot à Sophie Volland, découvre qu’Alexandre Jardin recommande la lecture de ces lettres. Que doit-elle désormais penser d’elle-même ?

20 novembre 2016

Tour Eiffel

L’art de l’égoportrait.

Autoportrait à la Tour Eiffel

Musée du Quai de Branly-Jacques Chirac

Un peu par hasard, l’Oreille visite l’exposition The Color Line. Les artistes africains-américains et la ségrégation. Objectif de l’entreprise ?

Quel rôle a joué l’art dans la quête d’égalité et d’affirmation de l’identité noire dans l’Amérique de la Ségrégation ? L’exposition rend hommage aux artistes et penseurs africains-américains qui ont contribué, durant près d’un siècle et demi de luttes, à estomper cette «ligne de couleur» discriminatoire.

L’Oreille, qui s’attendait à y trouver ses amis Jackie Robinson — c’est du baseball — et Ella Fitzgerald — c’est du jazz —, n’a pas été déçue. Le premier est photographié en compagnie de Branch Rickey. De la seconde, on peut voir un portrait, par Beauford Delaney (1968), que l’Oreille ne connaissait pas.

Portrait d’Ella Fitzgerald par Beauford Delaney (1968)

Il y avait bien plus important et bouleversant, notamment des images de lynchage.

Puis, juste avant de sortir, un exemplaire de la traduction française de Between the World and Me (2015) de Ta-Nehisi Coates, livre qu’admire l’Oreille tendue.

Rue de la Gaieté

Donner quelques pièces à la famille de quatre personnes qui dort sur le trottoir et mesurer l’inanité de ce geste.

21 novembre 2016

Avenue du Maine

Cave à cigares, avenue du Maine, Paris, novembre 2016

L’Oreille aurait attendu un bar à cigares.

Grand Palais

Exposition Hergé, Grand Palais, Paris, novembre 2016

Vue tout à l’heure la riche exposition Hergé. Il y a le bédéiste, évidemment, mais aussi l’amateur d’art contemporain et, surtout — découverte pour l’Oreille —, l’illustrateur publicitaire. En plus, le père de Tintin aimait Ella Fitzgerald.

P.-S. — Un mur est fait des éditions de Tintin dans d’autres langues que le français. Heureusement, l’album «en québécois» ne paraît y être. Heureusement.

Rue du Vieux-Colombier

L’Oreille découvre l’expression à l’ouest : «Être à l’ouest, déphasé, complètement désorienté, déboussolé», dit le Petit Robert (édition numérique de 2014). En son premier sens («déphasé»), elle pourrait évoquer le champ gauche prisé au Québec.

22 novembre 2016

L’Oreille ne croit pas en l’idée d’une subversion en art. Encore moins quand la subversion est publicisée par la Monnaie de Paris.

Monnaie de Paris, novembre 2016

Références

Coates, Ta-Nehisi, Between the World and Me, New York, Spiegel & Grau, 2015, 152 p. Ill.

Melançon, Benoît, Diderot épistolier. Contribution à une poétique de la lettre familière au XVIIIe siècle, Montréal, Fides, 1996, viii/501 p. Préface de Roland Mortier. URL : <http://www.archive.org/details/diderotpistoli00melauoft>; <http://hdl.handle.net/1866/11382>.

Doublé épistolaire amoureux du samedi après-midi

Campagne postale en faveur des facteurs canadiens

Profitant de la parution des lettres de François Mitterrand à Anne Pingeot, Fabien Deglise, dans le Devoir du jour, publie un texte sur la lettre d’amour (p. F1-F2). Il a interrogé l’Oreille tendue, parmi d’autres, sur l’avenir (ou son absence) de cette forme.

S’agissant toujours d’épistolaire, @PhDidi1713 transmet cette citation de Marisha Pessl à l’Oreille (merci).

Ces lettres auraient charmé toute nouvelle élève ordinaire. Au bout d’un ou deux jours de résistance verbeuse, telle une vierge naïve du dix-huitième siècle, la fille se serait glissée sur la pointe des pieds dans le sombre Scratch en mordant d’excitation sa lèvre inférieure cerise pour y attendre Charles, l’aristocrate en perruque qui l’aurait conduite (jupe-culotte retroussée) à sa perte.

[…]

Papa avait un jour dit que les lettres manuscrites (désormais assimilables au triton crêté sur la liste des espèces menacées) étaient l’un des rares objets qui recèlent de la magie en ce monde : «Même l’idiot ou le faible, ceux dont on ne supporte à peine la présence, sont tolérables dans une lettre, et peuvent même y devenir modérément amusants.»

Pourtant, ces lettres me semblaient étranges et peu sincères, trop «Madame de Merteuil au vicomte de Valmont, Château de…», exagérément «Paris, 4 août 17…» (p. 123-124)

Alors, «espèce menacée» ou pas ?

Références

Mitterrand, François, Lettres à Anne. 1962-1995, Paris, Gallimard, coll. «Blanche», 2016, 1280 p.

Pessl, Marisha, la Physique des catastrophes, traduit de l’anglais par, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 4835, 2009, 832 p. Traduction de Laetitia Devaux.