L’échelle du racisme

«Je suis raciste» : cette phrase exhibe le racisme de qui la prononce.

«Je n’étais pas raciste avant de connaître des xxxxxx [mettez la catégorie ethnique de votre choix ici]» : cette phrase exhibe le racisme de qui la prononce (je suis maintenant raciste), mais laisse entendre que ce racisme est motivé par une connaissance directe de ceux envers lesquels il s’exprime (je suis raciste à cause des autres; c’est leur faute).

Tous les racistes ne sont pas égaux. Il y en a de pires que d’autres.

Poème du jour

Soit le poème suivant, de Patrice Desbiens, dans le Quotidien du poète (2016) :

Cacasse

On a l’embarras
du choix ou
le choix de
l’embarras

On bardasse
on débarrasse

On brasse
une tempête dans
une tasse
tandis que
tout casse
et que

les carcasses
s’entassent
et
cacassent (p. 55)

Une antimétabole : «On a l’embarras / du choix ou / le choix de / l’embarras.» Des québécismes : cacasser (caqueter), bardasser (secouer). Des rimes en -asse. L’Oreille tendue est contente.

(Merci à @ljodoin pour le tuyau.)

Référence

Desbiens, Patrice, le Quotidien du poète, Sudbury, Éditions Prise de parole, Sudbury, 2016, 56 p.