Archives pour la catégorie Non classé

Analyse de texte du mardi matin

(L’autre jour, l’Oreille tendue proposait une analyse d’une critique de restaurant. Aujourd’hui, ce sera une critique de livre. Elle a paru dans le Devoir des 28-29 mars 2015.)

Voilà un texte qui est marqué par une syntaxe particulière et un rythme volontairement saccadé. La signataire de l’article souhaite imposer un style généralement peu pratiqué, du moins avec autant d’affectation, en critique littéraire : morcelé, accumulatif, raboteux.

Commençons par quelques statistiques : l’article compte 16 paragraphes et 57 phrases (les citations de l’œuvre présentée par la critique n’ont pas été comptabilisées). Sur le plan syntaxique, ce qui frappe d’abord est que, de ces 57 phrases, 24 sont dépourvues de propositions principales. À cet égard, le cinquième et le neuvième paragraphe sont emblématiques :

Autre aspect notable : les incises, parenthèses, apartés constants. Qui s’avèrent pour la plupart savoureux. Savoureux de méchanceté. Ou d’incongruité, d’étrangeté. Quand on s’y attend le moins, comme un cheveu sur la soupe.

Impossible de ne pas remarquer aussi les nombreux recoupements thématiques entre les nouvelles. La mort qui revient à tout bout de champ. Les corps qui se déglinguent. L’identité incertaine. Mais aussi, de façon impromptue, l’amour des nombres, jusqu’à l’obsession. Et la présence des chiens.

Onze phrases, pas une proposition principale. (Ça y est : l’Oreille tendue se met à écrire comme son corpus.)

Au point-virgule, absent du texte, l’auteure préfère la multiplication des points et des deux-points. Dans de rares cas, les effets de rupture se donnent à lire non pas entre les phrases, mais à l’intérieur même de celles-ci : «Parfois on est dans la fantaisie pure, ça dérape, c’est délirant»; «soutenue, pour ne pas dire savante, puis, populaire soudain, ou carrément crue, quand il est question de sexe surtout» (l’Oreille aurait bien ajouté une virgule avant «surtout»; tous les goûts sont dans la nature).

La chroniqueuse aime aussi commencer ses phrases, généralement brèves, par un adverbe à valeur anaphorique (au premier paragraphe : «Parfois», «Parfois», «Souvent»). Elle apprécie fort les reprises immédiates de mots : «Mélange» / «Et mélange»; «nouvelles» / «Des nouvelles»; «Au-delà» / «au-delà»; «noir» / «Noir foncé»; «savoureux» / «Savoureux»; «improbable» / «improbable»; «chiens» / «chien»; «jours» / «jour» ; «Chacun» / «Chacun»; «un homme» / «Un homme amoureux». La dimension incantatoire — à défaut de meilleur terme — du texte passe par ces répétitions et (infimes) variations, cette concaténation récursive.

Mais qui parle dans cette chronique ? Il y a certes une lectrice qui cherche à montrer sa compétence. Elle rend compte d’un recueil de nouvelles qu’elle a apprécié, mais elle le met en relation avec trois ouvrages du même auteur et elle donne au passage quelques éléments de sa biographie («essayiste féru de science et professeur de littérature à l’UQAM» — sans dire ce qu’est «l’UQAM» —, «né en 1959»). Elle sait de quoi elle parle.

Il y a surtout quelqu’un qui a une volonté stylistique affichée. Dans ce type de prose, l’analyse — on pardonnera à l’Oreille cette exagération lexicale — est subordonnée à la monstration d’une technique. L’œuvre décrite importe moins que le je de la critique, masqué sous un on («on fraye», «on est», «on tombe», «On joue», «on s’y attend», «On pourrait», «On voyait», «On les prend») ou sous l’impératif («Disons», «Attendez»). Ce qui doit retenir l’attention est le rythme du texte, peut-être plus que son propos.

Cela pourrait s’appeler de la critique-spectacle.

Le caractère et la saveur

Le Québec raffole de l’expression à saveur (voir, entre autres entrées de ce blogue, ici). Elle est tellement populaire qu’on en vient à s’étonner quand elle n’est pas utilisée : «Le Festival international du film sur l’art propose cette année une importante sélection d’œuvres à caractère social ou politique» (le Devoir, 14-15 mars 2015, p. E3).

C’est la rançon de la gloire.

Conte de saison

Avenue Marlowe, 25 décembre 2014

C’était le matin de Noël. Le vent avait soufflé fort sur Notre-Dame-de-Grâce. Une avenue de ce quartier montréalais était devenue impraticable : de nombreuses branches arrachées recouvraient la chaussée.

Dans un de ces élans de générosité que l’on dit si rares dans les grandes villes, des voisins se sont alors rassemblés, venus de quatre maisons, pour nettoyer la rue et les trottoirs.

En quelques minutes, on pouvait de nouveau circuler librement. Les branches de toutes tailles avaient été regroupées en un tas bien impressionnant. Les quatre voisins se congratulèrent avant de rentrer chez eux.

Ce tas bouchait complètement une allée et empêchait un cinquième voisin de prendre sa voiture. Voilà de quoi rendre grâce et chanter l’esprit de Noël.