Archives pour la catégorie Non classé

Le caractère et la saveur

Le Québec raffole de l’expression à saveur (voir, entre autres entrées de ce blogue, ici). Elle est tellement populaire qu’on en vient à s’étonner quand elle n’est pas utilisée : «Le Festival international du film sur l’art propose cette année une importante sélection d’œuvres à caractère social ou politique» (le Devoir, 14-15 mars 2015, p. E3).

C’est la rançon de la gloire.

Conte de saison

Avenue Marlowe, 25 décembre 2014

C’était le matin de Noël. Le vent avait soufflé fort sur Notre-Dame-de-Grâce. Une avenue de ce quartier montréalais était devenue impraticable : de nombreuses branches arrachées recouvraient la chaussée.

Dans un de ces élans de générosité que l’on dit si rares dans les grandes villes, des voisins se sont alors rassemblés, venus de quatre maisons, pour nettoyer la rue et les trottoirs.

En quelques minutes, on pouvait de nouveau circuler librement. Les branches de toutes tailles avaient été regroupées en un tas bien impressionnant. Les quatre voisins se congratulèrent avant de rentrer chez eux.

Ce tas bouchait complètement une allée et empêchait un cinquième voisin de prendre sa voiture. Voilà de quoi rendre grâce et chanter l’esprit de Noël.

Chronique musicale

Quand l’Oreille tendue était petite, cela s’appelait de la musique folklorique. Il était aussi question de folk (ce n’était pas seulement de la musique folklorique, mais c’était aussi cela).

Puis elle a appris que c’était devenu de la musique traditionnelle, du (de la ?) trad, celle-ci prenant plusieurs formes : «Trad, néo-trad, trash-trad et trad trad» (le Devoir, 29 décembre 2003).

Elle en découvre aujourd’hui une nouvelle : «Maître des instruments scandinaves, le musicien J.-F. Bélanger lance ces jours-ci Les vents orfèvres, un superbe disque de trad de chambre» (@louiscornellier).

 

[Complément du 9 octobre 2014]

Merci à @revi_redac d’élargir la culture musicale de l’Oreille en lui faisant découvrir l’électrotrad.

Affiche d’un spectacle d’électrotrad