Réponses du mercredi matin

Logo de la revue Circula

Vous vous demandez pourquoi, dans l’édition française de 1997 de la Conjugaison pour tous (le Bescherelle), il y a des verbes dits «québécois» qui vous étonnent (affarmir, xaminer) ? Vous ne comprenez pas comment le français québécois de Sous les vents de Neptune (2004) de Fred Vargas peut être aussi bizarre ? L’accent de Marion Cotillard dans Rock’n’roll, le film de Guillaume Canet (2017), ne vous convainc pas ?

Allez lire, de Nadine Vincent, «Qu’est-ce que la lexicographie parasite ? Typologie d’une pratique qui influence la représentation du français québécois» (Circula. Revue d’idéologies linguistiques, 11, printemps 2020, p. 106-124). Vous y verrez que tout est affaire de sources. Quand on ne choisit pas les bonnes, ça peut causer toutes sortes d’incohérences.

En une formule : «pour reproduire le français du Québec, les Français pointés du doigt se sont parfois basés sur des sources québécoises inadéquates» (p. 108).

En quelque synonymes : «clichés» (p. 115), «inexactitudes» (p. 115), «stéréotypes» (p. 122), «idées préconçues» (p. 122).

À lire.

P.-S.—Cela ne peut probablement pas expliquer tout ce qui se trouve ici dans la rubrique «Ma cabane au Canada».

Histoire de machines

Publicité pour Volkswagen, la Presse+, mai 2017

Le fabricant automobile Dodge semble vraiment croire que ses camions peuvent avoir des «compétences».

Dans une autre publicité télévisuelle, un couple parle de ses voitures comme d’enfants : «Elles végètent pas toute la journée au centre d’achats.»

La Presse+ d’hier présentait «un véhicule de loisirs à forte personnalité».

S’il faut en croire le discours publicitaire et médiatique, nos voitures sont des personnes. Traitons-les avec bienveillance : on ne sait jamais.

Couches de produit laitier

 

Avant ce tweet de @Gdeleur, l’Oreille tendue ne s’était jamais interrogée sur l’expression (en) beurrer épais. Depuis, elle l’a fait.

Le dictionnaire numérique Usito donne la définition suivante de ce québécisme : «(expression) En beurrer épais ou (emploi intr.) beurrer épais : exagérer, en faire trop. / Surenchérir.»

Exemples récents : «C’est pas parce qu’il y a été qu’il a pas le droit d’en beurrer épais» (Esprit de corps, p. 274); «C’pas comme du fake, d’la frime / C’pas comme des pipes à créatine / J’en beurre rarement trop épais / Ne mousse jamais les faits / J’extrapole pas je relate / Pas d’extra pas d’glutamate / Me livre à vous à livre ouvert» («Sans extra», J’ai bu, p. 112).

À votre service.

P.-S.—Ne pas confondre avec la phrase «N’en beurre pas, épais».

 

Références

Québec Redneck Bluegrass Project, J’ai bu, Spectacles Bonzaï et Québec Redneck Bluegrass Project, 2020, 239 p. Ill. Avec un cédérom audio.

Vaillancourt, Jean-François, Esprit de corps. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 149, 2020, 302 p.

Le zeugme du dimanche matin et de William S. Messier

Williiam S. Messier, Épique, 2010, couverture

«La Brome-Missisquoi Electric Co. a acheté les trois quarts des terres depuis que plus rien n’y pousse sauf de la glaise et beaucoup d’amertume.»

William S. Messier, Épique. Roman, Montréal, Marchand de feuilles, 2010, 273 p., p. 50.

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 6 janvier 2021.

Divergences transatlantiques 059

Définition du mot «nareux», Twitter, 8 janvier 2021

En 2021, le Petit Robert intègre le terme nareux : «Qui se montre difficile quant à la propreté de la nourriture et des couverts; qui éprouve facilement du dégoût.» Précision sur Twitter : «L’adjectif et nom nareux [est] employé dans le quart nord-est de la France ainsi que dans une bonne partie de la Belgique wallonne.» Il s’agit donc d’un régionalisme.

Sauf erreur de la part de l’Oreille tendue, le mot n’est pas employé au Québec.

On y utiliserait plutôt dédaigneux, que définit ainsi le dictionnaire numérique Usito : «Qui a tendance à éprouver du dégoût, de la répugnance.» Cette définition est accompagnée d’une remarque — «Cet emploi est sorti de l’usage en France» — et d’un exemple, tiré de l’œuvre de Gilbert LaRocque : «Jacqueline mange du bout des dents, son sourire artificiel accroché dans la face, elle porte des verres de contact depuis peu et ça la fait énormément cligner des yeux, on dirait qu’elle m’adresse des signaux en morse, et ça vient faire sa dédaigneuse chez nous !» (1972)

Synonyme : avoir le dédain de. Exemple : «Des sources conjugales proches de l’Oreille tendue ont le dédain des cretons