Accouplements 95

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Entre les deux, le cœur de l’Oreille tendue balance.

Nikolaus Harnoncourt : «Je suis un pessimiste qui espère !» (Diapason, 10 juin 2013)

Michel Serres : «J’admets volontiers éprouver une méfiance instinctive à l’égard des pessimistes. Je sais bien que le catastrophisme est vendeur, mais, voyez-vous, j’ai des enfants, des petits-enfants et des étudiants. Cela explique sans doute que je pratique un optimisme de combat» (le Point, 14 juin 2012).

 

[Complément]

On attribue la phrase suivante à Gramsci : «Il faut allier le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté.» Et de trois.

Divergences transatlantiques 050

L’Oreille tendue ne l’avait jamais noté : il y a (au moins) deux sortes de bullshit.

Il y a la québécoise : la bullshit, toujours au féminin, affectueusement appelée bull («C’est de la bull»).

Il y a la française, au masculin — parfois ? toujours ? : le bullshit. C’est du moins ce que laissent croire les trois exemples suivants (et récents).

Le Monde, 9 août 2017 : «bullshit» au masculin

Wikipédia définit «le bullshit» (au masculin, donc) ici.

P.-S.—Bullshit a évidemment donné le verbe bullshiter, que l’on trouve, par exemple, dans la Nuit des morts-vivants de François Blais (2011) : «plutôt que de la bullshiter j’essayai de lui changer les idées» (p. 100).

Référence

Blais, François, la Nuit des morts-vivants, Québec, L’instant même, 2011, 171 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Roy Pinker

Roy Pinker, Faire sensation, 2017, couverture

«Admirablement documenté, [le roman de Philip Roth The Plot Against America] mêle habilement la fiction politique avec les souvenirs personnels de l’écrivain dans son Newark natal, une petite ville où vit une communauté juive soudée et démocrate.»

Roy Pinker, Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, Marseille, Agone, coll. «Contre-feux», 2017, 232 p. Ill.

Le niveau baisse ! (2017)

Lettres à Flaubert, 2017, couverture«Comme vous le voyez, cher Gustave Flaubert, en ce début de XXIe siècle, nous devons faire front. Notre langue se détraque, s’appauvrit, se gonfle d’anglicismes, perd ses repères… Les bourgeois qui se piquaient encore de votre temps de la bien parler et l’écrire se rendent aujourd’hui au théâtre en chandail : leur langage cadre avec leur débraillé. Ils ont pu élire en 2007 un président de la République qui était parfaitement incapable d’utiliser un ne dans la forme négative, à moins qu’il ne se fût échiné à parler “comme tout le monde”. Ce n’est pas dans ses discours qu’on ira cueillir du passé simple.

Vanter la préexcellence du français sur l’anglais ou toute autre langue vivante tiendrait d’un chauvinisme qui n’est plus de saison. Mais élever une digue et des étais contre l’inondation et le délabrement du français est une question de survie pour quiconque a appris à respirer dans la poussiéreuse mais suave odeur des librairies et des bibliothèques.»

Michel Winock, «Ah ! mon Dieu ! mon Dieu ! dans quel siècle…», dans Yvan Leclerc (édit.), Lettres à Flaubert, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, coll. «Lettres à…», 2017, p. 75-79, p. 79.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture