Explication de texte du mardi matin

Jean-Philippe Baril Guérard, Royal, 2018, couverture

Soit la phrase suivante, tirée de Royal, de Jean-Philippe Baril Guérard (2018) :

Mon mec est en train de me domper. Ce savant mélange de québécois et de français que seule une Stanislasienne utiliserait (p. 153).

La phrase n’est peut-être pas compréhensible pour tous les lecteurs de l’Oreille tendue. Essayons d’y voir plus clair.

La Stanilasienne est une (ex)élève du Collège Stanislas de Montréal. Cet établissement offre «l’enseignement de programmes et l’emploi de méthodes pédagogiques conformes aux directives du ministère français de l’Éducation nationale, en les adaptant au contexte québécois et aux préalables nécessaires à l’admission dans les universités québécoises» (dixit «Stan» lui-même). On pourrait notamment y acquérir un «accent faussement français» (p. 29).

Le «québécois» serait une langue différente du «français». Ce n’est évidemment pas vrai : au Québec, on parle français, pas québécois.

Le «savant mélange» ferait se rencontrer du français réputé hexagonal («mec» : compagnon, conjoint) et un anglicisme du cru («domper», to dump : jeter, se débarrasser de, laisser tomber, abandonner).

Bref, c’est le récit, banal encore que montréalais, d’une rupture amoureuse en cours.

Référence

Baril Guérard, Jean-Philippe, Royal, Montréal, Éditions de Ta Mère, 2018, 287 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de David Goudreault

David Goudreault, Abattre la bête, 2017, couverture«Après un dernier joint enrichi de poudrasse en leur compagnie, j’ai payé l’artiste, remercié le complice devenu désuet et entamé ma street life. Je n’avais plus un dollar en poche, mais j’avais du style, de la drogue et la liberté. C’est plus que le bonheur en demande» (p. 59).

«Elle devait avoir quarante-neuf ans, mais en paraissait soixante-trois. On vieillit vite dans le milieu de la prostitution, c’est un métier physique, exigeant et documenté» (p. 86).

«Bébette avait quatre amphétamines et un corps sculptural» (p. 111).

«Elle avait ramassé ses dreads, ses espoirs d’un monde meilleur et s’était installée dans la métropole» (p. 113).

«Ma lèvre et mon amertume enflaient à vue d’œil» (p. 150).

«Un héros du dimanche approchait au pas de course, sa clique derrière lui. Plus de temps à perdre, je me suis enfermé dans la voiture avec mon chihuahua, une sacoche, un sac-banane et une forte dose d’adrénaline» (p. 159).

«Tout le monde hurlait et courait dans tous les sens, sauf le valet coincé sous ma voiture. Il hurlait, mais ne courait nulle part. Sans m’éterniser davantage, j’ai ramassé mon chien, mon gun et mon courage» (p. 180).

«Aussi surpris que moi, un laborantin est apparu au bas de l’escalier. Je me suis rué sur lui et lui ai placé le canon de mon arme dans le front. Quoi de neuf docteur ? Il a échappé son flegme et ses dossiers sur le sol» (p. 197).

David Goudreault, Abattre la bête, Montréal, Stanké, 2017, 234 p.

L’oreille tendue de… Michel Tremblay

Michel Tremblay, L’homme qui entendait siffler une bouilloire, Montréal, 2001, couverture

«Il se rappela, par exemple, que chaque fois qu’il écoutait de musique, depuis quelques années — trop fort c’est vrai, ses amis le lui disaient depuis des lustres —, sa tête était un peu tournée vers la gauche quand il rouvrait les yeux. Pour tendre l’oreille droite ? Pour compenser une perte, à gauche, qui brouillait de plus en plus l’image stéréophonique ?»

Michel Tremblay, L’homme qui entendait siffler une bouilloire, Montréal et Arles, Leméac et Actes Sud, 2001, 179 p., p. 51.

Autopromotion 428

Le Petit Larousse 2020, couverture

Aujourd’hui, vers 13 h 30, l’Oreille tendue sera à l’émission Là-haut sur la colline d’Antoine Robitaille, sur Qub radio, pour parler de langue et de politique. Au menu : couronnement, les nouveaux mots de la politique selon le Petit Larousse 2020, le politiquement correct.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici. (Il y a aussi été question de faire en sorte que, ce chancre.)