La clinique des phrases (cc)

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

On a déjà eu l’occasion de le constater : en français, le féminin de certains noms peut avoir des connotations sexistes.

Prenons l’exemple du mot entraîneuse, dont il a été question dans les médias montréalais récemment. Au masculin : «Personne qui entraîne» (le Petit Robert, édition numérique de 2014). Au féminin : «Personne qui entraîne» (bis), mais aussi «Jeune femme employée dans les bars, les dancings pour engager les clients à danser […], à consommer» (ter), voire prostituée.

Soit ces deux tweets :

«Notre invitée @VirgiTremblay servait d’entraîneuse à la Canadienne @Bandreescu_ au tournoi d’Auckland en Nouvelle-Zélande.»

«Elle continue de suivre Bianca Andreescu dans son beau parcours en Océanie. Nous avons parlé en direct d’Australie à celle qui est devenue son entraîneure d’une semaine à Auckland la semaine passée.»

Entraîneuse, avec le risque des connotations évoquées ci-dessus ? Entraîneure, pour les éviter ?

Faisons plus simple :

«Notre invitée @VirgiTremblay a entraîné la Canadienne @Bandreescu_ au tournoi d’Auckland en Nouvelle-Zélande.»

«Elle continue de suivre Bianca Andreescu dans son beau parcours en Océanie. Nous avons parlé en direct d’Australie à celle qui l’a entraînée à Auckland la semaine passée.»

À votre service.

L’oreille tendue de… Jack Kerouac

Jack Kerouac, Maggie Cassidy, éd. de 2013, couverture«Tchak, tchak, la prof frappe deux coups de règle et se lève, imposante comme un chauffeur de bus, fait l’appel, écrit une note, quand arrive d’une autre classe M. Grass qui vient lui annoncer une nouvelle; tout le monde tend l’oreille pour entendre ce qu’ils se chuchotent, une boulette de papier narquoise vole dans le soleil éclatant, la journée commence.»

Jack Kerouac, Maggie Cassidy, traduction de Béatrice Gartenberg, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 5568, 2013, 269 p., p. 54.

Dans l’original : «Blam, blam, the old teacher bangs her ruler and stands, very matronly, like an old busdriver, surveying the class for absences and then she makes a note and a few quibblings then from next room walks in Mr. Grass for some special news and everybody bends an ear as they whisper up front, a spitball sails funnily in the bright nice sun, and on comes the day» (New York, Penguin Books, 1993, 194 p., p. 45).

Peurs québécoises

Le film de peur est un film film d’horreur : «Nous regardons un film de peur. Une jeune fille habite avec un tueur à gages. Elle prend sa douche et du sang se mêle à l’eau du jet qui s’écoule sur la porcelaine blanche» (Créatures du hasard, p. 68).

Qui part en peur, alors qu’il ne le devrait pas, se laisse emporter, exagère : «Et quand je disais qu’il nous en coûterait deux cent cinquante dollars par jour (hébergement inclus) pour subsister, je calculais trois repas par jour au restaurant, mais je me rends compte que je partais en peur» (Document 1, p. 146).

Si l’on en croit le Petit Robert (édition numérique de 2014), «Conter, raconter des peurs», c’est raconter «des histoires effrayantes, faire peur». Il n’est peut-être pas besoin d’aller jusque-là. Définition du Supplément 1981 du dictionnaire de Léandre Bergeron : «Se conter des peurs — Craindre sans raison. Imaginer des dangers inexistants» (p. 133). Chez Pierre DesRuisseaux : «Raconter des faussetés, tromper qqn, plaisanter» (p. 242). Exemple : «Ajoutons une autre notion, la notion de plaisir. Plaisir à se retrouver, à placoter, à se raconter des peurs, ça n’a jamais été un travail pénible, cette revue. Plaisir et amitié. Je pense que ça joue aussi. Comme qualité et comme considération» (Jean-Guy Pilon, «La 150e réunion», p. 35).

Pour bien souligner son étonnement devant une coïncidence, pour marquer que deux (grands) esprits se sont rencontrés, on pourra dire ça fait peur : «En même temps, Céline et Robert ont pensé inviter des éléphants au baptême; ça fait peur» (Dictionnaire québécois instantané, p. 162).

Voilà quelques peurs courantes au Québec, que ne connaissent pas tous les dictionnaires du français de référence.

P.-S.—Ce n’est pas la première fois que l’Oreille s’intéresse à partir en peur.

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise précédé de la Charte de la langue québécoise. Supplément 1981, Montréal, VLB éditeur, 1981, 168 p.

Blais, François, Document 1, Québec, L’instant même, 2012, 179 p.

Carballo, Lula, Créatures du hasard. Récit, Montréal, Cheval d’août, 2018, 144 p. Ill.

«La 150e réunion. Enregistrement d’une réunion de la revue Liberté où Jacques Folch-Ribas tenta de donner une dimension d’anniversaire à des conversations libres», Liberté, 95-96 (16, 5-6), septembre-décembre 1974, p. 5-43. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1031149/1492ac.pdf>.

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantané, 2004, couverture

Deux portraits maternels

Lula Carballo, Créatures du hasard, 2018, couverture, 2018, couverture

1. Portrait de mère en machine à sous

«À son retour, ma mère porte son masque de clown triste. Dans ses yeux, les rouleaux s’arrêtent sur des symboles dépareillés. La chance ne lui sourit jamais» (p. 41).

2. Portait de mère en monstre

«Ses chandails sont déformés par les pinces à linge qu’elle y accroche. Le panier à lessive posé à ses pieds, elle prend les pinces et les met dans sa bouche. Ma mère est un monstre sympathique avec des dents en bois» (p. 61).

Lula Carballo, Créatures du hasard. Récit, Montréal, Cheval d’août, 2018, 144 p. Ill.

Autopromotion 397

Ce soir, Télé-Québec présente à 20 h un documentaire réalisé par Yves Pelletier, sur une idée d’Hugues Bélanger, animé par Fabien Cloutier et produit par Richard Gohier (Zone3). Titre ? Mononcle.

L’Oreille tendue en est et elle s’appuie notamment sur ce texte.

Rediffusions le 10 janvier à 14 h et à 23 h, et le 13 janvier à 20 h.