Accouplements 13

Maurice Richard en première page de Photo journal (21-28 octobre 2014)

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Paul Gérin-Lajoie occupe les médias ces jours-ci. Celui qui, au début des années 1960, a convaincu les membres du gouvernement libéral de Jean Lesage de créer un ministère de l’Éducation du Québec et de lui confier ce ministère était à la télévision vendredi dernier (série «Grands reportages personnalités» de RDI) et en première page du Devoir hier, pile-poil pour son 95e anniversaire. Dans les deux cas, il rappelait la lutte qu’il a dû mener pour que le gouvernement du Québec devienne maître d’œuvre de ses politiques en éducation.

La loi qui créait le ministère de l’Éducation et le Conseil supérieur de l’éducation était la loi 100 (on disait le bill 100). Elle a donné lieu à des masses d’écrits, dont le livre Un bill 60 du tonnerre (1964).

Sous la signature d’Éloi de Grandmont, Louis-Martin Tard et Normand Hudon, ce petit livre engagé en faveur de la création du ministère est un collage de citations et d’illustrations. (À la fin du livre, on peut lire une entrevue de Gérin-Lajoie.)

On y trouve notamment un court texte attribué au hockeyeur Maurice Richard, dans lequel il dit regretter de ne pas avoir fréquenté suffisamment l’école, cela à côté d’une manchette de journal reprenant le même propos (Photo journal, 21-28 octobre 1964). Normand Hudon oblige, il y a aussi une caricature du Rocket (et sa signature).

Normand Hudon, dans Un bill 60 du tonnerre, 1964

Paul Gérin-Lajoie et Maurice Richard, même combat. Cela peut étonner.

Référence

Grandmont, Éloi de, Louis-Martin Tard et Normand Hudon, Un bill 60 du tonnerre, Montréal, Leméac, 1964, [128 p.] Ill.

Autopromotion 165

Revue Épistolaire, 40, 2014, couverture

En 1991, l’Oreille tendue collaborait pour la première fois à ce qui s’appelait alors le Bulletin de l’AIRE. Cette publication de l’Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire s’intitule désormais Épistolaire (ISSN : 0993-1929). Son quarantième numéro a paru à la fin de 2014. L’Oreille y collabore toujours, notamment par sa chronique «Le cabinet des curiosités épistolaires».

Table des matières

Haroche-Bouzinac, Geneviève, «Avant-propos», p. 5.

Obitz-Lumbroso, Bénédicte (édit.), «40 !», p. 7-23. Textes de Cécile Dauphin, Jean-Marc Hovasse, Yvan Leclerc, Mireille Bossis, Mireille Kerven-Gérard, Isabelle Landy, Antony McKenna et Benoît Melançon.

Buffat, Marc, Geneviève Cammagre et Odile Richard-Pauchet, «Avant-propos [au dossier «Diderot en correspondance»]», p. 27-28.

Chamayou, Anne, «Regrets sur un vieux fauteuil : le discours du repos dans la correspondance complète de Diderot», p. 33-45.

Buffat, Marc, «Ville et campagne dans la correspondance de Diderot», p. 47-58.

Weltman-Aron, Brigitte, «Le rapport au temps dans la correspondance de Diderot», p. 59-67.

Fink, Béatrice, «“Quoi ? Ne plus manger et me taire ?” : démonter le comestible dans la correspondance de Diderot», p. 69-74.

Langbour, Nadège, «“L’histoire des maladies” dans la correspondance de Diderot : les enjeux de l’exhibition du corps souffrant», p. 75-83.

Cussac, Hélène, «Les lettres de Diderot à Sophie Volland à l’épreuve de la sympathie», p. 85-98.

Alvarez, Cécile, «“Seigneur Michel” dans les lettres à Falconet», p. 101-111.

Palus, Berenika, «“La palette du poète” selon Diderot épistolier», p. 113-121.

Haroche-Bouzinac, Geneviève, «Forme et fonction de l’anecdote dans la correspondance de Diderot, essai de typologie», p. 123-132.

Vucelj, Nermin, «L’esthétique dans la correspondance de Diderot», p. 133-142.

Charrier-Vozel, Marianne, «Diderot : lettres de conseil aux comédiennes Riccoboni et Jodin», p. 143-154.

Richard-Pauchet, Odile, «Diderot et les dames Volland lecteurs de Richardson : échanges de vues, vers une poétique (du roman) épistolaire», p. 155-167.

Bergamasco, Lucia, «Affectivité amicale, ou conjugale, un ressort pour l’épistolarité politique [avant-propos au dossier «Épistolaire politique : un laboratoire d’idées ?»]», p. 171.

Serme, Jean-Marc, «“I Shall Withold Nothing” : la correspondance politique et militaire d’Andrew Jackson et James Monroe, 1814-1819», p. 173-183.

Quanquin, Hélène, «William Garrison par ses enfants. Une correspondance familiale politique», p. 185-193.

Allorant, Pierre, «Une si belle ordonnance : l’épistolarité politique au sein d’une famille de médecins français de Bonaparte à Clémenceau», p. 195-206.

Badier, Walter, «La correspondance d’Alexandre Ribot en Amérique (1886-1887) : entre impressions de voyage et réflexions politiques», p. 207-216.

McKenna, Antony, «Étudier l’épistolaire : le cas de Pierre Bayle», p. 219-228.

Cousson, Agnès (édit.), «Bibliographie de l’épistolaire», p. 229-256. Contributions de Benoît Grévin, Luciana Furbetta, Clémence Revest, Mawy Bouchard, Andrzej Rabsztyn, Nathalie Gibert et Benoît Melançon.

Melançon, Benoît, «Le cabinet des curiosités épistolaires», p. 257-259. [Sur le paradoxe de l’épistolarité contemporaine]

Charrier-Vozel, Marianne, «Vie de l’épistolaire», p. 261-268.

«Comptes rendus», p. 271-317.

Divergences transatlantiques 036

Un lecteur de l’Oreille tendue croise, l’autre jour, la camionnette d’un exterminateur. Comment celui-ci présente-t-il ses activités? «Gestion parasitaire.» La camionnette se trouvant devant un établissement de santé, ce lecteur se demande si le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette, n’y était pas à l’œuvre, lui qui considère qu’il y a trop de gestionnaires dans ce type d’établissement.

Pour sa part, l’Oreille a un faible pour l’expression «Lutte raisonnée contre les nuisibles», découverte quai des Grands-Augustins à Paris. Elle ne sait cependant pas ce que Gaétan Barrette classerait dans la catégorie des «nuisibles» ni ce qui est «raisonné» pour lui.

En fait, elle aime mieux ne pas le savoir.

Le zeugme du dimanche matin et de @machinaecrire

«Les mises en garde contre les frites, il faut prendre ça avec un grain de sel. Et de la mayonnaise.»

Nicolas Guay, l’Insoutenable Gravité de l’être (ou ne pas être), 2015 (deuxième édition), p. 21.

P.S.—Vous voulez en savoir plus sur ce recueil ? Cliquez ici.

Citation pleine de bon sens du samedi matin

«Parler, c’est à la fois parler à l’autre, parler de soi et parler du monde. Plus exactement, c’est parler de soi, à travers l’autre, en parlant du monde. Il n’y a donc pas d’acte de langage qui ne passe par la construction d’une image de soi. Dès l’instant que l’on parle, apparaît, transparaît, émerge de soi, une partie de ce que l’on est à travers ce que l’on dit.»

Patrick Charaudeau, la Conquête du pouvoir. Opinion, persuasion, valeur. Les discours d’une nouvelle donne politique, Paris, L’Harmattan, coll. «Langue & parole», 2013, p. 105.