Fil de presse 031

Quelques ouvrages récents sur la langue ? Bien sûr.

Beaudoin-Bégin, Anne-Marie, la Langue racontée. S’approprier l’histoire du français, Montréal, Somme toute, coll. «Identité». 2019, 150 p. Ill. Préface de Laurent Turcot. Postface de Valérie Lessard.

Cahiers de lexicologie, 114, 2019, 299 p. Dossier «Les phrases préfabriquées : sens, fonctions, usages».

Cobast, Éric, les 100 mots de l’éloquence, Paris, Presses universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 4181, 2019, 128 p.

Colignon, Jean-Pierre, Dictionnaire orthotypographique moderne, Paris, EFE – CFPJ Editions, 2019.

Delord, Robert, Mordicus. Ne perdons pas notre latin !, Paris, Les Belles Lettres, 2019, 260 p.

European Journal of Language Policy, 11, 1, avril 2019. URL : <https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/toc/ejlp/11/1>.

Gallagher, John, Learning Languages in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 2019, 288 p. Ill.

Gilbert, Muriel, Au bonheur des fautes. Confessions d’une dompteuse de mots, Paris, Seuil, coll. «Points», 4934, 2019 (2017), 255 p.

Grutman, Rainier, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, coll. «Bibliothèques francophones», 5, série «Littérature québécoise», 1, 2019 (nouvelle édition), 359 p.

H-France Salon, 11, 14, 2019. Dossier «Legitimizing “iel” ? Language and Trans communities in Francophone and Anglophone Spaces», sous la direction de Vinay Swamy et Louisa Mackenzie. URL : <https://h-france.net/h-france-salon-volume-11-2019/#1114>.

James, La sémantique c’est élastique, Paris, Delcourt, coll. «Pataquès», 2019, 109 p. Bande dessinée.

Joly, Frédéric, la Langue confisquée. Lire Victor Klemperer, Paris, Premier parallèle, 2019, 280 p.

Journal of French Language Studies. Études de linguistique française, 29, 2, juillet 2019. Dossier «Langues régionales : Models and Methods». URL : <https://www.cambridge.org/core/journals/journal-of-french-language-studies/latest-issue>.

Lamonde, Diane, Français québécois. La politisation du débat, Montréal, Del Busso éditeur, 2019, 236 p.

Langage et société, 167, 2019, 246 p. Dossier «Discours numériques natifs. Des relations sociolangagières connectées». URL : <https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2019-2.htm?contenu=sommaire>.

Langue française, 202, 2019, 124 p. Dossier «Français d’Afrique. En Afrique. Hors d’Afrique», sous la direction de Guri Bordal et Cécile van den Avenne. URL : <https://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2019-2.htm>.

Lecolle, Michelle, les Noms collectifs humains en français. Enjeux sémantiques, lexicaux et discursifs, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, coll. «La lexiocothèque», 2019, 312 p.

McCulloch, Gretchen, Because Internet. Understanding the New Rules of Language, Riverhead Books (Penguin), 2019, 326 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2019 (2004), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Roussel, Alaim, la Vie secrète des mots et des choses, Paris, Maurice Nadeau, 2019, 208 p.

Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses, 34, 1, 2019. Dossier «Hommage à Olivier Soutet : autour de la concession», sous la direction de Christiane Marque-Pucheu et Álvaro Arroyo. URL : <https://revistas.ucm.es/index.php/THEL/issue/view/3482>.

Tipa. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, 35, 2019. Dossier «Emo-langages : vers une approche transversale des langages dans leurs dynamiques émotionnelles et créatives», sous la direction de Françoise Berdal-Masuy et Jacqueline Pairon. URL : <https://journals.openedition.org/tipa/2876>.

Van de Haar, Alisa, The Golden Mean of Languages. Forging Dutch and French in the Early Modern Low Countries (1540-1620), Brill, coll. «Brill’s Studies in Intellectual History», 305, 2019, xiv/426 p. Ill.

Watson, Cecelia, Semicolon. The Past, Present, and Future of a Misunderstood Mark, Ecco, 2019, 224 p.

Autopromotion 441

Microphone bleu de Qub radio

Aujourd’hui, vers 13 h 30, l’Oreille tendue sera à l’émission Là-haut sur la colline d’Antoine Robitaille, sur Qub radio, pour parler de langue et de politique. Au menu : les Français et les anglicismes; les mots de l’immigration; une bande dessinée sur la langue.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

 

La vidéo évoquée en ondes :

 

Quelques liens :

Arbour, Louise, «Immigrants illégaux, un terme à proscrire», le Devoir, 14 août 2017.

Boutet, Josiane, le Pouvoir des mots. Nouvelle édition, Paris, La Dispute, 2016, 256 p.

«Défense de la langue française : 100 signatures pour refuser la dictature du tout-anglais», le Parisien, 16 juin 2019.

James, La sémantique c’est élastique, Paris, Delcourt, coll. «Pataquès», 2019, 109 p.

James, La sémantique c’est élastique, 2019, couverture

Le devoir d’intervenir

Michel Porret, Sur la ligne de mire, 2019, couverture

«Mettons vite à l’œuvre la vérité et la justice des Lumières.»

Michel Porret est professeur à l’Unité d’histoire moderne du Département d’histoire générale de l’Université de Genève. L’Oreille tendue a publié un de ses ouvrages, Sur la scène du crime, dans la collection «Socius» qu’elle dirige aux Presses de l’Université de Montréal et, ensemble, ils ont dirigé un ouvrage collectif, Pucks en stock. En outre, ils sont amis. Tenez-en compte, ou pas, en lisant ce qui suit.

Sur la ligne de mire. Le présent crénelé, qui vient de paraître, rassemble des textes publiés, sauf trois exceptions, sur le blogue de Michel Porret hébergé par le quotidien genevois le Temps depuis l’automne 2015. Sous un titre emprunté à René Char, il a repris en cinq sections ces «textes d’humeur» (p. 17), la plupart liés à l’actualité sociopolitique ou éditoriale, mais aussi parfois nés de la question d’un ami («La cité des imprimés», p. 117-120, sur les librairies de Genève) ou d’un personnage croisé sur son chemin («Monsieur Affligé», p. 159-161). À une autre époque, on aurait dit que ces textes ont un point commun : l’engagement. Le monde oblige l’intellectuel à intervenir et Michel Porret ne s’en prive pas.

«Les dispositifs de l’effroi» sont ceux du terrorisme, de sa transformation dans le temps et de sa banalisation. «Détresse en stock» rappelle combien les raisons sont nombreuses de s’inquiéter aujourd’hui, de la situation des réfugiés à celle des enfants, «ces otages du mal» (p. 67). C’est l’historien du crime que l’on entend dans «La passion de punir». Dans «Le monde qui vient», Porret s’interroge sur l’avenir proche des sociétés occidentales et notamment sur les techniques nouvelles (télésurveillance, téléphone portable, etc.). Enfin, malgré le ton généralement sombre de l’ensemble, il offre des sources de «Réconfort».

Michel Porret est un spécialiste des Lumières. C’est dans les textes de cette époque qu’il va chercher les outils pour lutter contre «la banalité du mal» (p. 43), le «populisme pénal» (p. 88, p. 109), le «désastre carcéral» en Europe (p. 108), la «démagogie sécuritaire» (p. 109), le «mythe du “risque zéro”» (p. 125), les «processus prédateurs et autoritaires de normalisation mondialiste et consumériste qui épuisent la terre» (p. 153). S’il évoque à l’occasion Voltaire, Montesquieu ou Swift, on le voit revenir souvent à Beccaria, ce réformateur du droit auquel il a consacré un livre en 2003. Quand il réfléchit à l’utopie et aux dystopies, c’est en s’appuyant continuellement sur les textes du XVIIIe siècle.

Mais il n’y a pas que l’Ancien Régime dans la vie. Michel Porret s’intéresse aussi bien au dépôt du brevet pour le fil barbelé (en 1874) qu’à l’apparition du mot robot (en 1920), au cinéma qu’à la bande dessinée. (Recommandation de lecture pour les tintinophiles : «Tintin au pays du tintamarre. Bruits et silences de la ligne claire» [1995].) Il appelle aussi à la résistance et défend la cause des sciences humaines dans l’Université contemporaine et au-delà :

Les sciences humaines éduquent les individus dont le monde de demain aura besoin. Elles forgent aussi nos rêves fraternels pour un monde meilleur. Les valeurs de l’humanisme critique, comme fondement de l’enseignement, sont les ingrédients du bien social et de la modernité démocratique. L’école et l’université en restent les pivots essentiels, n’en déplaise aux fanatiques obscurantistes. Unies, elles fabriquent les savoirs pour la défense même de la démocratie. En affaiblissant l’éducation publique, on désarme l’État démocratique, à l’instar de la guerre totale qui brise l’esprit par l’anéantissement des bibliothèques et l’asservissement des intellectuels (p. 176).

Entendu, l’ami.

P.-S.—On ne se refait pas : la plus récente contribution de Michel Porret à son blogue, datée du 16 juin, est intitulée «Bianca Castafiore en grève avec les femmes ?» Il y est question de Tintin et de la grève féministe suisse de l’avant-veille.

Références

Porret, Michel, «Tintin au pays du tintamarre. Bruits et silences de la ligne claire», Équinoxe. Revue romande de sciences humaines, 14, automne 1995, p. 187-204. Ill.

Porret, Michel, Beccaria. Le droit de punir, Paris, Michalon, coll. «Le bien commun», 2003, 125 p.

Porret, Michel, Sur la scène du crime. Pratique pénale, enquête et expertises judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècle), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2008, 278 p. Ill.

Porret, Michel, Sur la ligne de mire. Le présent crénelé, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «Achevé d’imprimer», 2019, 191 p.

Pucks en stock. Bande dessinée et sport, ouvrage collectif dirigé par Benoît Melançon et Michel Porret, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, 270 p.

BDHQ, encore

lbert Chartier, Bouboule, éd. de 2019, couverture

L’Oreille tendue s’intéresse depuis longtemps à l’œuvre du bédéiste québécois Albert Chartier de même qu’à la représentation du hockey dans la bande dessinée.

Lisant Bouboule, la reproduction récente de la série publiée par Chartier dans le journal la Patrie en 1936-1937, elle a donc été sensible aux planches «Amateur de hockey» (24 janvier 1937, p. 16) et «Un as du hockey…!!!» (21 février 1937, p. 20).

La présence de ce sport n’étonne pas dans un album où il est question de baseball (p. 5), de lutte (p. 6), de culture physique (p. 6), de ski (p. 15, p. I), de bobsleigh (p. 17) et de natation (p. 22). Le ton n’étonne pas plus : Bouboule tombe d’avanies en déconfitures, de mésaventures en déconvenues. Dans «Amateur de hockey», il va au Forum (de Montréal) assister à un match des Canadiens (de Montréal) contre les Maroons (de Montréal), mais il n’arrive pas à voir quoi que ce soit, ce qui ne l’empêchera pas de recevoir une rondelle en plein visage. Dans «Un as du hockey…!!!», il essaie d’impressionner des enfants avec son jeu, mais il marque dans son propre but, avant de voir la glace (extérieure) s’effondrer sous son poids; il finira gardien de but («Vous n’avez qu’à boucher le filet pendant que nous jouerons !»). Deux vedettes contemporaines sont nommées, Howie Morenz (p. 16) et Aurèle Joliat (p. 20).

En 2016, l’Oreille a publié un texte sur «bande dessinée et hockey au Québec». Elle y insistait sur les deux principaux traits de la représentation en cases de ce sport : l’humour, la violence. Bouboule ne fera pas mentir cette hypothèse de lecture. On y traite avec humour la violence sur la glace.

P.-S.—Les textes de Bouboule sont signés par René-O. Boivin («ROB»), apprend-on dans le dossier final de Pierre Skilling (p. II).

P.-P.-S.—Le moment est arrivé : il existe dorénavant une rubrique «BDHQ» consacrée aux textes de l’Oreille sur la Bande Dessinée et le Hockey au Québec.

Références

Chartier, Albert, Bouboule, Montréal, Moelle Graphik, 2019, 27/v p. Archives et documentation : Rosaire Fontaine. Restauration des planches : Christian Quesnel et Julien Poitras. Dossier : Pierre Skilling. Postface : Jacques Samson.

Melançon, Benoît, «BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec», dans Benoît Melançon et Michel Porret (édit.), Pucks en stock. Bande dessinée et sport, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, p. 101-117.

Double titre du lundi

Enzo, Ça sent le swing !, 2019, couverture

Enzo vient de faire paraître la bande dessinée Ça sent le swing ! Il y est question de jazz manouche.

Un lecteur québécois notera dans ce titre autre chose que l’allusion à la musique (le swing). Sentir le swing, dans le français du Québec, signifie puer.

Il faudrait donc se boucher le nez, mais pas les oreilles.

P.-S.— C’est en ce deuxième sens que le substantif se retrouve dans la liste suivante, tirée de Téléthons de la Grande Surface de Marc-Antoine K. Phaneuf : «le rance, le swing, une tache de marde, une trace de break, la diarrhée» (p. 175).

Références

Enzo, Ça sent le swing ! Chroniques d’une tournée improvisée, Montréal, Éditions de la Bagnole, 2019, 56 p.

Phaneuf, Marc-Antoine K., Téléthons de la Grande Surface (inventaire catégorique). Listes, poésie, name-dropping, Montréal, Le Quartanier, 2008, 188 p.