N’achetons pas local

Gilles Guilbault, joué par Michel Forget, dans Lance et compte

Soit la phrase suivante, tirée de la Presse+ : «La majorité achète ces bonnes paroles.» Pourtant, il n’y avait pas de «bonnes paroles» à vendre.

D’où vient alors ce «achète» ? Directement de l’anglais : «The majority buys that argument» (traduction volontairement très libre).

Par quoi le remplacer ? Accepte, fait siennes, etc.

P.-S.—Les amateurs de séries télévisées québécoises se souviendront évidemment du Gilles Guilbault de Lance et compte : «J’achète pas ça.»

Ça y était presque

Exposition «Riopelle. À la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones», Montréal, 2021, détail d’une explication

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente actuellement une somptueuse exposition, «Riopelle. À la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones». Elle vaut le détour.

Les salles sont grandes, ce qui est indispensable pour des œuvres souvent de grande dimension. La cohérence thématique est forte : l’Oreille tendue connaissait certaines séries, dont «Icebergs» (1977), mais elle a découvert avec bonheur, entre autres choses, «Jeux de ficelles» (1971-1972). Les explications sont claires — sauf la toute dernière. Comme il se doit, elle porte sur un sujet qui fâche, l’appropriation culturelle.

Pour l’essentiel, les concepteurs de l’exposition avaient réussi jusque-là à éviter le jargon, mais pas ici. Les visiteurs ont droit à un «dialogiques» qui fleure bon son Bakhtine. Le mot «postcoloniales» est mis entre guillemets, sans être défini. On ne s’en étonne pas, vu la confusion sémantique autour du terme, mais on peut néanmoins le déplorer.

Et les «objets» ont une «agentivité». Cela pose deux problèmes. Il n’est pas sûr, d’une part, que tous les visiteurs du MBAM soient familiers des plus récents développements en matière de concepts socioculturels; pourquoi utiliser pareil mot dans le contexte d’une exposition grand public ? D’autre part, si l’agentivité est la «Faculté, pour un agent, d’agir et d’influencer les évènements et les êtres» (Office québécois de la langue française, 2017), il est difficile de voir quel sens pourrait avoir ceci : «les communautés autochtones […] redonnent leur agentivité à ces objets». L’agentivité des «communautés autochtones» ? Oui. L’«agentivité» des «objets» ? Que nenni.

Un peu plus et ces «objets» se voudraient dotés d’«agentivité».

Autopromotion 545

Benoît Melançon, «Parlons local», la Presse+, 7 janvier 2021, illustration

Récemment, l’Oreille s’est tendue devant des publicités télévisuelles québécoises. Elle n’a pas aimé ce qu’elle a entendu. C’est dans la Presse+ du jour.

P.-S.—Vous trouvez que cela ressemble à une montée de lait ? Vous n’avez pas complètement tort.

 

[Complément du 8 janvier 2021]

On peut entendre l’Oreille discuter de ce texte (et d’autres questions concernant la langue au Québec) à l’émission de radio Que la Mauricie se lève. C’est ici.

 

[Complément du 14 janvier 2021]

Rebelote aujourd’hui, mais à l’émission Plus on est de fous, plus on lit !, de la radio de Radio-Canada. C’est .

Un dimanche après-midi devant le poste

Pub de Tremfya : «Chérie, est-ce qu’on a des assiettes à quelque part ?» «À quelque part» ? Non, jamais : «quelque part» suffit.

Pub de Sonnet : «Vous avez de l’eau dans la cave.» On est toujours le feu de plancher de quelqu’un.

Les Steelers de Pittsburgh — c’est du football américain — jouent mal ? «La chaîne a débarqué.» (Malheureusement, leur chaîne a rembarqué.)

La société Audible annonce un livre audio. Ce n’est pas étonnant. Karine Vanasse, qui fait la publicité, ne prononce pas Audible à l’anglais, mais à la française. Ça, c’est étonnant.

Pub du gouvernement du Québec : «Mais comment le Père Noël facteur va faire pour m’amener mes cadeaux ?» Apporter mes cadeaux, non ?

Pub de Loto-Québec, donc du gouvernement du Québec : «Les câbles, c’est moi qui les a.» Non : «les ai».

Pub de poulet : «Bon, ben, coudonc. On soupe.»