Les (non-)langues de Montréal

Trois couvertures de livres de Ricochet

Il y a plusieurs lustres, l’Oreille tendue a collaboré aux travaux du groupe de recherche Montréal imaginaire (bibliographie ici). Dans ce contexte, elle a lu beaucoup de romans anglomontréalais.

Cette expérience lui est revenue récemment, quand elle a lu trois romans republiés (malheureusement sans tout le soin éditorial nécessaire) par les éditions Véhicule Press, à l’enseigne de Ricochet Book. Il s’agit de romans policiers montréalais écrits en anglais et longtemps tombés dans l’oubli.

Que peut-on tirer de ces trois œuvres sur le plan de la représentation romanesque des langues de Montréal au début des années 1950 ?

The Mayor of Côte St. Paul (1950), de Ronald J. Cooke, fait se rencontrer deux jeunes Canadiens, Cherie Williams, de la Nouvelle-Écosse, et l’apprenti écrivain Dave Manley, du Manitoba. Sur la rue Saint-Laurent, ils peuvent entendre une variété de langues étrangères («A variety of foreign languages», p. 112) — mais pas de français. En effet, cette langue n’existe, sous la plume de Cooke, que par des noms de lieux (y compris le quartier «St. Henry», p. 41) et des marques commerciales so Frenchyl’Aimant perfume», p. 116; champagne «Vieux bleu, 1913», p. 122). Pareille absence étonne un brin.

The Body on Mount Royal (1953), de David Montrose, met notamment en scène un francophone, le policier Framboise (!). Chez Cooke, ce sont les Chinois qui parlent un anglais approximatif (p. 33, p. 59). Chez Montrose, c’est ce policier : «“T’at’s a new word,” Framboise said delightedly. He took out a small, dirty notebook and a greasy pencil stub and painfully wrote “yestermorning” on one of the pages. “Trying to himprove my Henglish,” he said in explanation» (p. 47). Il note un nouveau mot («yestermorning»), ce qui devrait le connoter positivement, mais il manque de hT’at’s» pour «That’s») ou il en a de trop («himprove» pour «improve»; «Henglish» pour «English»), ce qui le disqualifie linguistiquement.

En 1945, Hugh MacLennan publiait son célèbre roman Two Solitudes. Le constat est encore juste une décennie plus tard pour ces deux romans.

Blondes Are My Trouble (1954), de Douglas Sanderson, est plus intéressant sur le plan de la représentation des langues montréalaises. On y apprend que la maîtrise du français est indispensable à qui veut gravir les échelons de la prostitution jusqu’à ses plus hautes sphères (p. 47, p. 65), ne serait-ce que pour savoir ce qu’est un «maquereau» (p. 50). Cette maîtrise peut s’acquérir grâce à des enregistrements sonores : une phrase est dite en anglais, puis en français, avant que l’apprenti(e) ne la répète (p. 12, p. 61, p. 64-65, p. 187). Le bilinguisme n’est pas monnaie courante : «He [le capitaine Masson] still didn’t see how I could claim to speak both languages properly» (p. 9). Contrairement à ce qu’on voit partout, la partition linguistique montréalaise, entre anglophones et francophones, ne passerait pas par la rue Saint-Laurent, mais par la rue Bleury (p. 125-126). L’arsenal des jurons serait mieux garni en français qu’en anglais (p. 165).

Il est dit périodiquement du héros, Mike Garfin, qu’il passe du français à l’anglais, et vice versa (p. 11-12, p. 47, p. 60), mais aucune phrase en français n’est reproduite. Le traitement des disques pédagogiques n’en donne pas plus à entendre, ce qui paraît contre-productif : «I stood at the door listening and a guy said to her in English, “That’s a very pretty dress you’re wearing today.” He didn’t sound really interested. Another voice said in French : “That’s a very pretty dress you’re wearing today”» (p. 70). La dernière phrase serait donc en français ? Ces disques viennent de Paris, ainsi que l’atteste l’accent des collaborateurs (p. 70).

Continuons à tendre l’oreille : il se passait des choses dans le polar anglomontréalais des années 1950.

P.-S.—Le 22 novembre 1992, pour la table ronde «Montréal imaginaire» de la Eighth Biennial Conference de l’American Council for Québec Studies, à Montréal, l’Oreille faisait une intervention intitulée «La difficile cohabitation des langues dans le roman anglophone de Montréal». Ça ne la rajeunit pas.

P.-P.-S.—On ne peut rien vous cacher : l’Oreille a déjà cité The Body on Mount Royal, de ce côté, puis .

 

Références

Cooke, Ronald J., The Mayor of Côte St. Paul, Montréal, Véhicule Press, A Ricochet Book, 2015, 127 p. Édition originale : 1950. Introduction de Brian Busby.

Montrose, David, The Body on Mount Royal, Montréal, Véhicule Press, A Ricochet Book, 2016, 237 p. Édition originale : 1953. Introduction de Kevin Burton Smith. David Montrose est le pseudonyme de Charles Ross Graham.

Sanderson, Douglas, Blondes Are My Trouble, Montréal, Véhicule Press, A Ricochet Book, 2015, 199 p. Édition originale : 1954 sous le titre Darker Traffic et le pseudonyme de Martin Brett. Introduction de J.F. Norris.

Rouler à Montréal

David Montrose, The Body on Mount Royal, éd. de 2016, couverture

On dit parfois que la chaussée montréalaise laisse à désirer. Ce n’est pas d’hier, comme l’atteste ce passage du roman The Body on Mount Royal :

Five feet from the Morris, I took off the sod and landed behind the wheel. They were pounding behind me. The Morris started like a charm and I zoomed away before they could even get a hand on it. I gunned it in low, shifted up and gunned again, and was shifting into high when I hit the deepest pothole in the Province of Quebec. It jarred my teeth. I was afraid a spring had gone, but the Morris travelled on (p. 153).

Sur la rue Décarie, le narrateur croit que sa petite voiture, une Morris, va lui permettre de semer les vilains qui le poursuivent. Ce ne sera pas le cas : «le nid-de-poule le plus profond du Québec» aura raison d’elle.

Ce polar date de 1953.

 

Référence

Montrose, David, The Body on Mount Royal, Montréal, Véhicule Press, A Ricochet Book, 2016, 237 p. Édition originale : 1953. Introduction de Kevin Burton Smith. David Montrose est le pseudonyme de Charles Ross Graham.

Sur, pas dans

William S. Messier, le Miraculé, 2024, couverture

Soit les deux phrases suivantes, tirées du récit récent de William S. Messier, le Miraculé :

«Bernard a dit au moins quatre fois Checke la bass en jouant du drum de dash sur du Midnight Oil […]» (p. 17);

«Il n’a pas joué de drum de dash» (p. 73).

Entre ces deux phrases, ceci, qui les explique :

«je l’imagine jouer du drum sur le tableau de bord» (p. 38).

On l’aura compris : en matière de batterie («drum») automobile et de tableau de bord («dash»), il ne faut pas confondre fesser (taper) sur le dash et fesser dans le dash.

 

Référence

Messier, William S., le Miraculé. Récit, Montréal, Le Quartanier, série «QR», 187, 2024, 162 p.

Les zeugmes du dimanche matin de Tyler Kepner

Tyler Kepner, K, 2020, couverture

«Tom Ricketts owns the Cubs, so he got the curse-breaking curveball. [Mike] Montgomery got a ring, a memory, and the certainty that his job is the best there is» (p. 73).

«He [Roy Halladay] left behind a wife, two sons, and a legacy as a dedicated cratfsman who strove constantly to improve» (p. 256).

«The cutter lends itself to such excitement. It is meant to be thrown aggressively, and to act out the verb in its name. It aims to inflict damage, to take something whole and chop it up : the wood in the hitter’s hands, yes, but also his confidence» (p. 260).

Tyler Kepner, K. A History of Baseball in Ten Pitches, New York, Anchor Books, 2020, xiv/302 p. Édition originale : 2019.

 

(Une définition du zeugme ? Par .)