L’oreille tendue de… Pierre Lemaitre

Pierre Lemaitre, le Grand Monde, 2022, couverture

«Jean se retint à la poignée de la fenêtre, sa vue se brouilla, son cœur s’affola, il se tourna très lentement, il croyait entendre le pas pressé des policiers dans l’escalier, Geneviève, l’oreille tendue vers le poste, se servait du café en répétant : “C’est un monde, quand même !…”»

Pierre Lemaitre, le Grand Monde. Roman, Paris, Calmann-Lévy, 2022. Édition numérique.

L’oreille tendue de… Francis Ponge

Plaque, rue Francis-Ponge, Paris

«Merci, mais pardonnez-moi. Je ne saurais parler de Céline dont je n’ai jamais rien entendu. Il suffit de parler un peu fort pour que je n’y entende goutte. Telle est l’infirmité dont je souffre, — enfin dont je me persuade que je devrais souffrir, lorsque je vois certains visages frémir à l’écoute de telles ou telles explosives, ou rayonner à celle de telles ou telles fanfares dont j’aimerais bien, je vous l’assure, percevoir quelque chose, mais j’ai beau tendre l’oreille… C’est désespérant ! Le murmure de la moindre source, le chant de la moindre carpe pour moi couvre tout.»

Francis Ponge, «Réponse à une enquête sur Céline» (1962), dans Œuvres complètes, édition publiée sous la direction de Bernard Beugnot, avec la collaboration de Gérard Farasse, Jean-Marie Gleize, Jacinthe Martel, Robert Melançon, Philippe Met et Bernard Veck, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 487, 2002, t. II, p. 1393.

Illustration : plaque de la rue Francis-Ponge à Paris, photo déposée sur Wikimedia Commons

Le niveau baisse ! (2021)

Nicolas Guay, Extension du domaine de tous les possibles, 2021, couverture

«Et le deuxième jour, Dieu considéra le monde et dit : “C’était bien mieux avant”.»

Source : Nicolas Guay, Extension du domaine de tous les possibles. Aphorismes et autres petites choses, Le machin à écrire, 2021. Édition numérique.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture

L’oreille tendue de… Pierre Nepveu

Pierre Nepveu, Géographies du pays proche, 2022, couverture

«Là où la politique n’est plus écoute, là où elle ne tend plus l’oreille aux complaintes humaines, à la douleur des corps et des esprits, aux drames des petites et grandes communautés, là où elle n’est plus que pouvoir et raison majoritaire, elle se condamne moralement elle-même.»

Pierre Nepveu, Géographies du pays proche. Poète et citoyen dans un Québec pluriel, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 2022, 249 p., p. 102.

L’oreille tendue de… André Belleau

Portrait d’André Belleau, 1963

«Dans la cellule adjacente, plus un bruit. Ils tendent l’oreille, tâchent de capter des bribes. La sonnerie les a fait sursauter. Enfin la caution qui s’annonce… Puis le déclic de l’appareil raccroché. Et le silence à nouveau.»

André Belleau, «Trois nouvelles», Écrits du Canada français, 16, 1963, p. 190-217, p. 211. [«Sous le pont de l’Est» (p. 191-202), «Ce jour-là à Deception Bay» (p. 203-210), «Liguori» (p. 211-217)]

Illustration : portrait d’André Belleau, le Devoir, 26 octobre 1963, p. 17.

P.-S.—André Belleau ? Par ici.