Vaut mieux pas

Soit l’expression suivante, tirée de la Presse+ du 8 octobre : «on devine que Jake Allen devait commencer à pomper l’huile». (Jake Allen ? C’est du hockey.)

Pomper l’huile, donc. En français populaire du Québec, avoir du mal, tirer la langue, y arriver difficilement.

Chez Pierre DesRuisseaux : «Haleter, être essoufflé, souffleter» (p. 181).

À votre service.

P.-S.—On ne confondra pas cette pompe avec une autre.

 

Référence

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Pourvu que ça dure

Adjectif à surveiller : durable.

On connaissait le développement durable. Il y maintenant des territoires durables, la finance durable, l’investissement durable, l’agriculture durable, l’ingénierie durable, voire la santé durable.

Tendons l’oreille.

 

[Complément du 26 octobre 2021]

N’oublions ni l’aréna durable, ni les industries durables.

Divergences transatlantiques 067

Il existe toutes sortes de façons de se faire bronzer. En France, on distingue, notamment, le bronzage intégral du bronzage agricole. L’agricole est caractérisé par la démarcation entre ce qui a vu le soleil et ce qui ne l’a pas vu. Lu sur un forum de WordReference.com : «C’est une expression familière qui veut dire que l’on est bronzé que sur les bras (jusqu’à l’épaule) et la nuque, mais pas sur le corps, à force de porter des débardeurs.»

Pour ce second type, on parle plus volontiers, dans le français populaire du Québec, d’avoir des manches d’habitant, l’habitant renvoyant au cultivateur, donc au domaine agricole.

À votre service.

P.-S.—Qui dit bronzer dit, bien sûr, griller.

 

[Complément du 19 octobre 2021]

Variante maskoutaine : «bronzé en habitant».

Variante saguenéenne : «griller en cultivateur».