Est-ce bien nécessaire ?

Parmi les jurons québécois, il en est de forts et il en est de faibles. Dans la première catégorie, on place aujourd’hui — même si leur statut a varié dans le temps — tabarnak ou crisse. Dans la seconde, on peut penser à maudit.

Soit les quatre exemples suivants, tirés de chansons portant à des degrés divers sur le hockey, dans différents emplois grammaticaux.

«Parce que not’seule révolution
C’était celle de Maurice Richard au Forum
Dins’années cinquante
En ce temps-là j’te dis mon chum
Qu’on chantait maudit faut qu’ça change» (Claude Gauthier, 1976).

«J’aguis l’hivere
Maudit hivere
Les dents serrées, les mains gercées, les batteries à terre
J’aguis l’hiver
Maudit hivere
Chez nous l’hiver, c’comme le hockey
Y a des finales jusqu’au mois d’mai» (Dominique Michel, 1979).

«Ça pas d’maudit bon sens
Avec les femmes faudrait pouvoir scorer
Comme on score au hockey» (Robert Charlebois, 1981).

«Ma mère faisait cuire du jambon
Maudit qu’le hockey sentait bon
Quand y avait un but
[Choriste : Y avait un but]
On criait comme des perdus» (Christine Corneau, 1988).

On aurait pu croire que, contrairement aux jurons plus osés, un juron aussi insipide que celui-là aurait pu se passer de formes édulcorées; il n’en est rien.

Comme l’avait noté François Bon en 2009, mautadine existe : «De Renée-Claude Brazeau : Mautadine qu’elle donne envie d’écrire “pouet pouet” partout» (p. 5).

On voit aussi mautadit, comme sur cette photo prise à Montréal le 10 décembre 2011 :

«En mautadit !», publicité, Montréal, 2011

Question grave : est-il bien nécessaire d’euphémiser maudit ?

 

Références

Bon, François, Une Amérique lentement dessinée à la main, texte pour le cours de création littéraire FRA 1710B de l’Université de Montral le 18 novembre 2009, à partir de la Sentimenthèque de Patrick Chamoiseau, 2009, 38 p.

Charlebois, Robert, «Moi Tarzan, toi Jane», dans Heureux en amour ?, 1981, disque étiquette Conception.

Corneau, Christine, «La soirée du hockey», dans En personne, 1988, disque audionumérique, 1988, étiquette Analekta, SNP-9801 Sonophile.

Gauthier, Claude, «La valse à mon oncle», dans les Beaux Instants. Live à l’Outremont, 1976, disque 33 tours, étiquette PE 7500 Presqu’île; réédition, 1993, disque audionumérique, étiquette Transit, Interdisc distribution TRCD-9104 Transit.

Michel, Dominique, «Hiver maudit : j’hais l’hiver», 1979, disque 45 tours, étiquette ENG 4201 Disques Énergie; repris dans 28 Chansons souvenirs, 2006, disque audionumérique, étiquette Disques Mérite.

Sacre fusion

Pierre Vadeboncoeur, croquis

L’autre jour, causant juron, l’Oreille tendue saluait la richesse de crisse.

La lecture récente d’un recueil (posthume) de croquis de l’essayiste québécois Pierre Vadeboncoeur lui donne l’occasion d’ajouter un mot aux constructions dans lesquelles entre crisse.

On le trouve dans le titre d’un des croquis de Vadeboncoeur : «Qui-dame déconcrissée» (p. 41).

Qui est déconcrissé ne se porte pas bien, est défait, déconstruit. Léandre Bergeron (1980, p. 170) lui connaît deux synonymes : «Découragé. Déprimé.»

Si l’adjectif est attesté, le mot peut aussi être un verbe, encore que sous une forme parfois légèrement différente. On voit en effet aussi décocrisser, sans n, par exemple dans la chanson «Engagement» de Robert Charlebois (1968) : «Ça s’décocrisse» et «Ça m’décocrisse». Bergeron signale l’adjectif décocrissé dans son supplément de 1981 (p. 89), mais pas le verbe.

Encore une fois et toujours : on ne prête qu’aux riches.

 

[Complément du 20 mai 2015]

Un substantif avec ça ? Hervé Bouchard propose «déconchrission» (2014, p. 180 et 181).

 

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise précédé de la Charte de la langue québécoise. Supplément 1981, Montréal, VLB éditeur, 1981, 168 p.

Bouchard, Hervé, Parents et amis sont invités à y assister. Drame en quatre tableaux avec six récits au centre, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 14, 2014, 238 p.

Charlebois, Robert, «Engagement», Robert Charlebois-Louise Forestier, 1968, disque 33 tours, étiquettes Gamma GS-120 et Barclay 920.068 (Europe); repris dans l’Histoire de Robert Charlebois, 1977, disque 33 tours, étiquette Gamma GS-601, dans Collection souvenir, 1990, disque audionumérique, étiquette DMI 2-61190, dans Robert Charlebois-Louise Forestier, 1991 (1968), disque audionumérique, étiquette G277 et dans Québec love. La collection, disque audionumérique, 1993, étiquette Gamma GCD-501.

Vadeboncoeur, Pierre, Petite comédie humaine. Croquis, Montréal, Del Busso éditeur, 2011, 191 p. Ill. Présentés par Réjean Beaudoin.

Tout mêler

L’Oreille tendue n’est pas insensible à l’alternance codique (le «code-switching»), que deux langues se mêlent ou qu’il s’agisse de deux variétés de la même langue. En outre, elle aime les jurons.

Le tweet suivant, en date du 30 novembre, de @MelAbdelmoumen, ne pouvait donc que retenir son attention : «Comment on sait qu’on est devenue une (im)migrante digne de ce nom ? Même seule, on sacre 1/2 québécois 1/2 français (“tabarnac, fait chier !”).» De même, l’échange qui s’ensuivit entre @Lectodome — «ou “putain câliss !” ça m’arrive parfois… faut croire que les films français m’ont profondément aliéné…» — et l’auteure du premier tweet — «C’est quand l’un de nous 2 sortira un “tabarchiotte !”, “merdarnac” ou “enwèye donc te faire foutre” qu’on devra s’inquiéter !»

Des variétés linguistique en contact, ou la langue vivante.

Quinze chansons pour sacrer

Les Québécois aiment chanter et sacrer, voire chanter en sacrant et sacrer en chantant. Cela n’a pas échappé aux non-autochtones. Démonstration.

Câlisse / câlisser / câline : Plume Latraverse, «Chez Dieu» (1970); Offenbach, «Câline de blues» (1972); Arseniq33, «Boîte à malle» (2005)

Calvaire : Offenbach, «Moody calvaire moody» (1972); La chicane, «Calvaire» (1998)

Crisse / crisser : Robert Charlebois, «Engagement» (1968); Robert Charlebois, «Lindbergh» (1968); Les trois accords, «Saskatchewan» (2003); Vincent Vallières, «1986» (2003); Les Dales Hawerchuk, «Dale Hawerchuk» (2005)

Ostie : Les Dales Hawerchuk, «Dale Hawerchuk» (2005); Gaële, «L’accent d’icitte» (2010)

Sacrament : Robert Charlebois, «Engagement» (1968)

Tabarnak / tabernacle / tabarnan : Offenbach, «Solange tabarnac» (1973); Lynda Lemay, «Les maudits Français» (2000); Java, «Mots dits français» (2009); Gaële, «L’accent d’icitte» (2010); Alecka, «Choukran» (2011)

La liste de ces chansons-jurons n’est évidemment pas exhaustive. Lecteur, des suggestions ?

 

[Complément du 30 mars 2012]

Lisa LeBlanc, «Câlisse-moi là», 2012

Marc Hamilton, «Tapis magique», 1972 : «C’t’une gang de sacraments !», s’agissant de la police (merci à @_scorm)

 

[Complément du 9 juillet 2013]

Jean-Pierre Ferland, «Pissou», 1992 : «Câlice de calvaire, on prend nos grands airs.

 

[Complément du 15 avril 2014]

Laurent Paquin a voulu simplifier la tâche à tout le monde : une seule chanson, beaucoup de sacres. (Merci à @offqc, qui donne le texte de la chanson.)

Le solitaire

Il y a les jurons qui donnent des verbes : tabarnak enfante tabarnaker. Il y a ceux à qui nous devons des adverbes : de crisse naît crissement. Il y a encore ceux qui se démultiplient : décâlisser donne de l’expansion à câlisse.

Et il y a le pauvre sacrament. Ce sacrement acclimaté est une interjection (Sacrament !), il indique le courroux (Mon sacrament ! ou Être en sacrament), il a besoin de de (Un sacrament de niochon) ou de que (Sacrament que t’es moron). Ni verbe, ni adverbe, ni préfixe pour lui.

Il a pourtant ses lettres de noblesse. Qu’on pense seulement au légendaire «Sacrament, Ginette» du joueur de hockey Pierre Lambert dans la première des innombrables incarnations de la série télévisée Lance et compte de Réjean Tremblay. Ici même, on a donné des exemples de son utilisation chez William S. Messier et chez François Blais. Robert Charlebois le chante dans «Engagement» (1968). Il se trouve évidemment dans la bouche des personnages de Sauce brune (2010) de Simon Boudreault.

Cela ne suffit pas à rompre la solitude morphologique de sacrament. Sur ce plan, il est aussi mal loti que calvaire.

P.-S. — Ephrem Desjardins (p. 128) le note : le mot existe en version euphémisée (sacramouille) et en version combinée (saint-sacrament).

 

[Complément du 29 novembre 2011]

Un lecteur du Devoir en a ce matin contre la Société des alcools du Québec (SAQ). Son juron ? «SAQrament !» (p. A6).

 

Référence

Desjardins, Ephrem, Petit lexique de mots québécois à l’usage des Français (et autres francophones d’Europe) en vacances au Québec, Montréal, Éditions Vox Populi internationales, 2002, 155 p.