Se tenir devant

Le Québec était déjà un leader (entrées du 27 décembre 2009 et du 16 décembre 2011), un chef de file (27 décembre 2009), un champion, une figure de proue, une référence ou un modèle planétaire (5 avril 2012).

Sur ce front, il y a du neuf : «Québec, pôle d’expertise mondial du modèle coopératif» (le Devoir, 6 mai 2014, p. B1).

On n’en espérait pas moins.

L’excellence a une province

«Un partenariat de classe mondiale», publicité, la Presse, 2012

Il ne faut jamais se contenter de peu. C’est pourquoi le Québec se présente volontiers en leader ou en chef de file.

On aime aussi dire qu’il fait partie des ligues majeures — «Les Studios Appolo dans les ligues majeures» (la Presse, 21 février 2012, cahier Arts, p. 6) — et qu’il est un champion — «Le Québec, champion canadien du fisc» (la Presse, 9 décembre 2010, cahier Affaires, p. 1). Bref, c’est une figure de proue : «Le Québec, figure de proue en recherche sur la douleur» (la Presse, 8 novembre 2010, encart publicitaire, p. 5).

Dans son édition des 31 mars-1er avril 2012, le Devoir publie un cahier spécial, «Année internationale des coopératives». On y ajoute deux superlatifs à cette série : «Le Québec est une référence» (p. I3); «La grande aventure coopérative au Québec est un modèle planétaire» (p. I5).

On n’en espérait pas moins.

 

[Complément du 5 avril 2012]

Première page de la Presse de ce matin : «Le Québec brille.» Certes.

En première place

Il est bon, périodiquement, de (se) rappeler que le Québec sait exceller.

Il regorge de capitales. La plus récente ?

«Québec, capitale des buveurs réguliers» (la Presse, 15 décembre 2011, cahier Affaires, p. A16).

Si le Québec est un leader, c’est qu’il s’impose à l’international.

«Pétrole. Gisement de classe mondiale à Anticosti» (le Devoir, 15 décembre 2011, p. A1 et A8).

«Cyclotourisme. Un circuit de calibre international au Québec» (la Presse, 17 août 2011, p. A7).

«Montréal est reconnu comme un leader mondial dans la normalisation logicielle» (le Devoir, 22-23 octobre 2011, p. H4).

«Transport vert. Hamad veut faire du Québec un leader mondial» (la Presse, 10 juin 2011, p. A6).

«Québec veut une filière “de classe mondiale”» (la Presse, 8 avril 2011, p. A9).

«Le Québec, champion mondial de l’union libre» (le Devoir, 13 septembre 2007, p. A1).

Que demander de plus ? Qu’il y ait moins d’analphabètes ? Il ne faut pas exagérer.

Du leader

Le Québec se rêve en une position, celle de leader. En quoi ? Cela importe peu.

Pour les écolos, les occasions ne manquent pas : «Hydro-Québec se veut un leader en développement durable» (le Devoir, 15 septembre 2004, p. D2); «Le Québec sera le leader nord-américain en matière de développement durable» (le Devoir, 27-28 novembre 2004, p. B4); «Le Québec, leader de l’éolien» (le Devoir, 5 octobre 2004, p. A1).

La culture n’est pas en reste : «le Québec est le leader dans le dossier de la diversité culturelle» (la Presse, 2 décembre 2003, cahier Arts et spectacles); «Le Québec veut se poser comme un leader de la diversité culturelle» (le Devoir, 1er décembre 2003, p. B8); «Le Québec, leader des mondes virtuels» (le Devoir, 19 novembre 2008, p. B1).

On trouve encore des exemples en économie : «Le Québec figure parmi les leaders économiques» (la Presse, 25 novembre 2004, cahier Affaires, p. 3).

Le leader se décline aussi en chef de file : «Un nouveau chef de file du véhicule récréatif est né au Québec» (la Presse, 10 mars 2004, p. A19, publicité); «Le Québec, chef de file de la voiture électrique ?» (la Presse, 4 octobre 2004, cahier Auto, p. 3); «Montréal veut rester un chef de file de la création numérique» (la Presse, 13 novembre 2007, p. A7).

Tout cela est bel et bon : que du positif.

On s’étonne donc, en lisant la Presse, de constater qu’il existerait des «leaders négatifs» (26 décembre 2009, cahier Sports, p. 8). Il est vrai qu’ils ne sont pas québécois : il s’agit de deux joueurs de hockey anglophones, les deux endossant les couleurs des Flyers de Philadelphie. Ouf.

 

[Complément du 1er décembre 2015]

«Le Canada, ce faux leader», titre le Devoir du jour (p. B1). Un «faux leader», est-ce la même chose qu’un «leader négatif» ? Un «leader négatif», est-ce un «faux leader» ? Tant de questions, si peu d’heures.