Ma mère, le pape et Ronald King

Dans la Presse du 9 juin, ceci, sous la plume de Ronald King : «le petit carton qu’on m’accrochera au cou est rare comme de la marde de pape» (cahier Sports, p. 11).

L’Oreille tendue n’avait entendu cette expression que dans la bouche de sa mère. Elle se réjouit de la trouver à l’écrit et elle lui souhaite longue vie.

 

[Complément du 3 octobre 2016]

Sur Twitter, des sources sûres indiquent à l’Oreille tendue l’existence, en Wallonie, de l’expression «râre come do stron [étron] d’pape». Francophones du monde entier, unissez-vous !

 

[Complément du 19 décembre 2017]

Exemple littéraire, tiré d’un Roman canadien-français, de Jean-Philippe Chabot (2017), le Livre de bois : «D’un coup, avec l’odeur, le curé se réveille. C’est pas sans me donner l’envie, qu’il pense. Un si bon tas. Mais il se dit ben, lui aussi, qu’il est pas pour aller se geler le goupillon. Et pis si les autres le voyaient ! Y a des expressions, il pense, qu’on a pas pour rien dire. De la marde de pape, il pense, c’est rare pour une raison. Et pis là, il continue de penser : je suis le pape, le pape c’est le bon yeu, ça doit être ça la Saint’-Trinité. Faut pas je seye vu en train d’aller, il conclut» (p. 100).

 

[Complément du 14 juin 2018]

Importante variante dans un roman récent de Claude La Charité, le Meilleur Dernier Roman : «Mais peut-être était-ce tout simplement la manière dont la séduction se manifestait chez lui, manifestation qui, il faut bien le dire, était aussi rare que la merde de pape» (2018, p. 115).

 

Références

Chabot, Jean-Philippe, le Livre de bois. Roman canadien-français, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 114, 2017, 135 p.

La Charité, Claude, le Meilleur Dernier Roman, Longueuil, L’instant même, 2018, 177 p. Ill.

Jean-Philippe Chabot, le Livre de bois, 2017, couverture

Les chars de l’Olympe

Le chroniqueur Pierre Foglia, de la Presse, parlemente avec un surveillant pour entrer au Pavillon du Canada aux Jeux olympiques de Vancouver.

Vous parlez français, vous ? C’est le truc que j’ai trouvé. Quand ils ne parlent pas français, ils se sentent assez coupables, tu leur demanderais les clefs de leur char, ils te les donneraient. Anyway il m’a laissé entrer (23 février 2010, cahier Sports, p. 2).

Ce char est une voiture.

Jean Dion, du Devoir, s’interroge, lui, sur les négociations entre le président de la Ligue nationale de hockey et le Comité olympique international au sujet de la participation des joueurs professionnels, notamment russes, aux jeux de Sotchi dans quatre ans.

Il serait quand même joli de voir Ovechkin, Malkin, Markov, Kovalchuk et Semin dire au boss de manger un char (22 février 2010, p. A8).

Ce char n’est pas une voiture. Pour des raisons sur lesquelles l’Oreille tendue préfère ne pas se pencher, celui-là est plein de matières digérées expulsées (un char de marde).

On en conviendra : il y a char et char.

 

[Complément du 18 octobre 2015]

Exemples romanesques :

«Il tente d’ouvrir la boîte aux lettres avec un journal enroulé, donnant un char de marde à sa mère pour s’être stationnée trop loin de son objectif» (Dixie, p. 27).

«J’ai pas été capable de jouer au fin finot, de dire Mon mononcle est fâché, désolé, désolé. Ben oui, ben oui, ça m’fait plaisir de vous connaître, M’sieur Chose. Pas capable non plus d’i faire manger un char de marde» (la Même blessure, p. 203).

 

[Complément du 17 décembre 2020]

Tout le monde ne lit pas Jean Dion, William S. Messier et Emmanuel Bouchard : «Si jamais y en a de l’autre gang qui jouent aux petits boss avec vous autres, vous les envoyez chier en français pis vous leur dites d’aller me voir en anglais. Fuck you, ils connaissent ça. Dites-leur de manger un char, ça ils comprennent pas» (Esprit de corps, p. 83).

 

Références

Bouchard, Emmanuel, la Même Blessure, Québec, Septentrion, coll. «Hamac», 2015, 216 p.

Messier, William S., Dixie. Roman, Montréal, Marchand de feuilles, 2013, 157 p. Ill.

Vaillancourt, Jean-François, Esprit de corps. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 149, 2020, 302 p.