Les gardiens, bis

Il y a un an (et quatre jours), l’Oreille tendue consacrait quelques lignes au métier de correcteur. Elle notait alors le fait qu’on trouve peu de textes sur cette figure de l’édition. Ces jours-ci, elle découvre un article de Sophie Brissaud sur cette espèce en voie de disparition, tout à la fois portrait psychologique, hommage, élégie et «grand appel au secours» (p. 38).

Qui est le correcteur ? Un «phénomène de foire» (p. 39), un «mammouth» (p. 39), un «buvard humain doté de caractéristiques psychologiques bizarres (folie de persécution, fatalisme, ironie désabusée, souci maniaque du détail)» (p. 40), un «éboueur» de l’édition» (p. 42). Être «un humble traqueur de coquilles» est «plus qu’un métier : c’est une névrose» (p. 39). En effet, le correcteur «est défini non par son savoir mais par sa psychologie» (p. 39). C’est dit : «Le vrai correcteur ne sait rien et doute de tout» (p. 40).

Sophie Brissaud évoque un «désastre» (p. 39), mais avec humour : «en tant que graphiste, j’aime aussi passionnément la belle typo, mais je veux qu’elle ait les sous-vêtements qu’elle mérite» (p. 42).

La situation de cette «corporation utile» (p. 42) ne s’est pas améliorée depuis 1998.

 

[Complément du 17 janvier 2012]

Si l’on en croit Morgan Bourven, la situation s’est même détériorée. Voir son article «À qui la faute ?».

 

Références

Bourven, Morgan, «À qui la faute ?», Que choisir, 499, janvier 2012, p. 42-44. URL : <http://t.co/SlO1uwDy>.

Brissaud, Sophie, «La lecture angoissée ou la mort du correcteur», Cahiers GUTenberg, 31, 1998, p. 38-42. Suivi d’une «Réponse d’un amateur», Jacques André (p. 43-44). URL : <http://cahiers.gutenberg.eu.org/cg-bin/article/CG_1998___31_38_0.pdf>.

De l’autopromotion au goût du jour

Le cahier Affaires de la Presse a une rubrique «Style», dans laquelle une personne — nécessairement tellement à la mode — présente ses «10 vérités». Le 28 avril, c’était au tour de Véronique Di Lullo, présidente de Mojob. Sa spécialité ? «Mojob compte des agents de talent spécialisés en branding humain.» Traduction libre — en moins à la mode : on peut vous aider à essayer de trouver du travail. C’est vrai que, dit comme ça, ça fait un peu plouc.

Préjugé ordinaire

Le 16 décembre, dans le cadre de l’émission radiophonique Désautels de la Première chaîne de Radio-Canada, Michel Labrecque interviewait Gabriel Bran-Lopez de Fusion jeunesse, un organisme qui lutte contre le décrochage scolaire (ce fléau).

Fusion jeunesse recrute des étudiants pour des stages rémunérés dans des écoles secondaires du Québec. Interrogation de l’animateur : y a-t-il des volontaires ? Après tout, «un étudiant universitaire, des fois, déjà sa coupe est pleine, surtout s’il est en science, ou dans les domaines où il y a beaucoup d’étude à faire».

Information utile : à l’université, même les étudiants en lettres, en sciences humaines et en sciences sociales travaillent, autant que les autres. Ils ne passent pas leur temps, coiffés d’un béret, à réinventer le monde en fumant des Gitanes et en buvant du mauvais vin.