Citations existentielles du jour

Guy Delisle, Chroniques de Jérusalem, 2011, p. 105

1.

«Dès ma jeunesse j’avais fixé cette époque de quarante cinquante soixante ans comme le terme de mes efforts pour parvenir et celui de mes prétentions en tout genre. Bien résolu, dès cet âge atteint et dans quelque situation que je fusse, de ne plus me débattre pour en sortir et de passer le reste de mes jours à vivre au jour la journée sans plus m’occuper de l’avenir.»

Jean-Jacques Rousseau, «Troisième promenade», dans les Rêveries du promeneur solitaire, chronologie et préface par Jacques Voisine, Paris, GF-Flammarion, coll. «GF», 23, 1964, 173 p., p. 51.

2.

«Rien n’est si difficile, aujourd’hui que d’exister au-delà de la cinquantaine.»

Paul Nizan, la Conspiration.

 

Illustration : Delisle, Guy, Chroniques de Jérusalem, Paris, Guy Delcourt productions, coll. «Shampoing», 2001, 333 p., p. 105. Couleur : Lucie Firoud & Guy Delisle.

Aide-mémoire du jour

Portrait d’Émile Littré par Armand Vaché, c. 1875 - c. 1900L’Oreille tendue, à ses heures, aime à se considérer comme un service public. Voilà pourquoi, à la demande générale (n=0), elle a regroupé un certain nombre de collocations utiles, sous forme de tableau, évidemment perfectible. Ne la remerciez pas.

P.-S.—Ce n’est pas la première fois, en effet, que l’Oreille s’intéresse à pareilles associations.

Illustration : portrait d’Émile Littré par Armand Vaché, c. 1875 – c. 1900, Rijksmuseum, Amsterdam

accentsavoureux
violenteagression
ambiancefestive
arrêtspectaculaire
véritablearsenal
avioncloué au sol
bombardementen règle
budgetélectoraliste
muet comme unecarpe
chaleuraccablante
chuterlourdement
simplecitoyen
conceptdéjanté
résolumentcontemporain
vivecontroverse
crimemorbide
cynismeambiant
découvertemacabre
défaiteamère
déficitabyssal
dilemmecornélien
dilemmeshakespearien
frêleesquif
faunebigarrée
forcesvives
froidsibérien
profondehumanité
indifférencela plus grande
rareintensité
machinebien huilée
médailleraflée
résolumentmoderne
observateurperspicace
personnelaffable
pluiediluvienne
projetstructurant
rapportaccablant
rapportdévastateur
rapiderecherche sur Google
grandretour
retraitebien méritée
rirerabelaisien
scèneprise d’assaut
sévèremais juste
silenceoppressant
élan desolidarité
vague desolidarité
finstratège
francsuccès
systèmeà la con
derniertabou
témoinprivilégié
températureclémente
thébrûlant
tollégénéral
tomberlourdement
lourdtribut
vacancesbien méritées
véritécriante
victoireconvaincante
voixsuave
vueimprenable
vueà couper le souffle

Accouplements 121

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Pierre Lemaitre, Couleurs de l’incendie, 2018, couverture

Lemaitre, Pierre, Couleurs de l’incendie, Paris, Albin Michel, 2018. Édition numérique : iBooks.

«Il avait deux filles montées en graine, aux jambes maigres, aux genoux cagneux et à l’acné épanouie, qui pouffaient de rire en permanence, ce qui les contraignait à masquer avec la main la denture épouvantable qui faisait le désespoir de leurs parents; on aurait dit qu’à leur naissance, un dieu démoralisé avait balancé à chacune une poignée de dents dans la bouche, les dentistes étaient consternés; sauf à tout éradiquer et à leur poser un râtelier dès la fin de leur croissance, elles étaient promises à vivre derrière un éventail toute leur vie.»

Girard, Jean-Sébastien, émission la Soirée est encore jeune, radio de Radio-Canada, 8 septembre 2018, 11e minute.

«Tous les deux, on a une dentition qu’on pourrait qualifier de créative. Dans le monde de la santé dentaire, on appelle ça une dentition indépendante […] parce que chaque dent se crisse de l’autre.»

L’étable lexicale

Bœuf, gravure de Jos. Scholz, 1829-1880, Rijksmuseum, AmsterdamLes amateurs de hockey connaissent le joueur réputé pour sa taille et son poids : «Un autre bœuf de l’Ouest devient le premier choix de l’organisation» (le Journal de Montréal, 15 septembre 2018). Oui, c’est de la langue de puck.

Ceux de football savent que, dans certaines situations de course, il vaut mieux mettre «du bœuf» sur la ligne offensive. Peu importe sa provenance, semble-t-il : taille et poids suffisent.

Il y a ces bœufs sportifs. Il y a aussi les beus des forces de l’ordre : «On a eu une maudite armée de bœufs sur le dos et tout ce que je sais, c’est qu’on s’est retrouvés menottés, Lewis et moi, et jetés à l’arrière d’une voiture de police» (Hockey de rue, p. 71). Ce beu-là est donc un poulet.

Le beu peut aussi être automobile : «J’ai été impressionné par les montagnes Rocheuses et les interminables cols que la pauvre Coccinelle traversait de peine et de misère sur son petit “beu” […]» (les Yeux tristes de mon camion, p. 40). Explication d’Ephrem Desjardins : «Sur un véhicule à transmission automatique, vitesse la plus basse ou 1re vitesse» (Petit lexique […], p. 46).

Qui a une face de bœuf n’inspire guère la sympathie : «Nos récits, nos photos refouleront les seuils qu’il aura fallu passer, les étapes indistinctes, le piétinement, les battements du cœur, les faces de bœufs des fonctionnaires, le contact visuel avec des inconnus, les accès de découragement» (Montréal-Mirabel, p. 70-71).

Cette face de bœuf peut aussi bien être un air de bœuf : «Albertine arbore son air de beu habituel […]» (la Grande Mêlée, p. 816).

Au cours du débat électoral tenu à Montréal la semaine dernière, une citoyenne a posé une question d’un ton bourru. Elle n’a pas été convaincue par les réponses qu’on lui a données («Pas tellement») et elle n’a pas regretté son expression faciale.

En revanche, de beu, pour caractériser la bravade, peut avoir valeur positive : «Au milieu de l’étonnement et de l’horreur qu’il a lus sur le visage du soldat, Édouard a cru deviner une espèce de respect, d’admiration peut-être, devant son front de beu, sa provocation. Son courage. Tenir tête, c’est le secret de tout ! Et la tenir haute !» (la Traversée du malheur, p. 1279)

Tant de bœufs, si peu de jours.

Illustration : gravure de Jos. Scholz, 1829-1880, Rijksmuseum, Amsterdam

Références

Bouchard, Serge, les Yeux tristes de mon camion, Montréal, Boréal, coll. «Boréal compact», 303, 2017 (2016), 212 p.

Desjardins, Ephrem, Petit lexique de mots québécois à l’usage des Français (et autres francophones d’Europe) en vacances au Québec, Montréal, Éditions Vox Populi internationales, 2002, 155 p.

Huglo, Marie-Pascale, Montréal-Mirabel. Lignes de séparation, Montréal, Leméac, 2017, 152 p.

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Skuy, David, Hockey de rue, Montréal, Hurtubise, 2012 (2011), 232 p. Traduction de Laurent Chabin.

Tremblay, Michel, la Grande Mêlée (2011), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p.

Tremblay, Michel, la Traversée du malheur (2015), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture