Autopromotion 382

«Quatre hommes dans une salle d’étude», gravure de Giovanni Cattini (1735-1800)La 358e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 41 457 titres.

Illustration : «Quatre hommes dans une salle d’étude», gravure de Giovanni Cattini (1735-1800), Rijksmuseum, Amsterdam

Ne vous compliquez pas la vie

Autrement dit : ne vous bâdrez pas de ceci ou de cela, ne vous laissez pas encombrer, importuner, embêter, déranger, embarrasser, fatiguer, ennuyer, gêner.

Exemples :

«Certes, ces mêmes étudiants sont fiers d’être ce qu’ils sont, fiers de leur culture québécoise, aussi, mais ça s’arrête là. Leurs communautés sont éparses et riches. Pourquoi se bâdrer d’un pays infirme ?» (la Route du Pays-Brûlé, p. 65)

«Je pense que c’est à notre tour maintenant de trouver une façon d’aller chercher de l’inspiration pour se renouveler hors des sentiers battus — en évitant de se badrer de considérations partisanes» (blogue).

Ephrem Desjardins propose une définition du verbe et une origine : «Bâdrer : déranger, embêter. “As-tu fini de m’bâdrer avec tes histoires ?”. Or. : de l’anglais to bother, déranger» (Petit lexique […], p. 32-33).

La Base de données lexicographiques panfrancophone, qui les trouve «familiers» ou «vieillis», et Léandre Bergeron connaissent une série de mots associés :

bâdrage («Action de bâdrer; ce qui en résulte»),

bâdrant, ante («(En parlant d’un être animé). Qui dérange, importune par sa présence, son comportement, ses propos»; «(En parlant de qqch.). Qui cause du désagrément, de la contrariété, du souci, de la gêne»; «Ennuyeux, importun»),

bâdré, ée («Ennuyé, gêné, contrarié»),

bâdrement («Chose qui dérange, ennuie, tracasse»),

bâdrerie («Chose qui dérange, ennuie, tracasse»; «Ennui, tracas, souci, contrariété, embarras, dérangement»),

bâdreux, euse («(Personne) qui dérange, importune par sa présence, son comportement, ses propos»; «Ennuyeux, importun, fatigant, bâdrant (en parlant d’une personne)» — mais aussi «Homme habile, capable, extraordinaire»; «Capable de choses peu ordinaires»).

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Desjardins, Ephrem, Petit lexique de mots québécois à l’usage des Français (et autres francophones d’Europe) en vacances au Québec, Montréal, Éditions Vox Populi internationales, 2002, 155 p.

Livernois, Jonathan, la Route du Pays-Brûlé. Archéologie et reconstruction du patriotisme québécois, Montréal, Atelier 10, coll. «Documents», 09, 2016, 76 p. Photographies de Justine Latour.

Autopromotion (indirecte) 381

Couvertures de quatre nouveautés, Presses de l’Université de Montréal, automne 2018

À ses heures, l’Oreille tendue est éditrice : aux Presses de l’Université de Montréal, elle dirige les collections «Profession» et «Socius». Sur ces deux fronts, il y a du nouveau.

Viennent de paraître :

Bouliane, Claudia, l’Adolescent dans la foule. Aragon, Nizan, Sartre, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2016, 444 p. ISBN : 2-978-7606-3974-4. Description.

Glinoer, Anthony, la Bohème. Une figure de l’imaginaire social, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2018, 241 p. Ill. ISBN : 2-978-7606-3967-6. Description.

Raynaud, Michel Max, Profession designer urbain, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Profession», 2018, 62 p. Description.

Pour son livre paru en 2016, Alex Gagnon a déjà reçu six prix. Il est aujourd’hui finaliste au Grand Prix du livre de la ville de Sherbrooke 2018, catégorie essai.

Gagnon, Alex, la Communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe-XXe siècle), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2016, 492 p. ISBN : 2-978-7606-3687-3. Description.

Citation (en quelque sorte) religieuse du jour

Marcel Rioux, les Québécois, 1974, couverture

«Les Québécois doivent détenir une espèce de prix international dans le domaine du jurement. Certains anthropologues y verraient probablement une illustration de l’ambivalence du sacré. Depuis toujours, ce spécimen d’humanité a appris à nommer les choses sacrées et à les considérer comme les plus importantes de sa vie terrestre et éternelle. Elles représentent une espèce de summum indépassable. Quand il est à l’Église ou qu’il récite ses prières, ces mots sacrés qu’il entend ou prononce sont revêtus d’une aura religieuse. Quand, dans sa vie profane, il voudra exprimer une émotion forte, les mots sacrés se présenteront presque naturellement à lui. Son vocabulaire étant souvent limité, le mot sacré exprimera un superlatif. “C’est beau en Christ”, «Baptême que cette fille-là est bien faite”. Parlant de quelqu’un qui est en colère, il dira qu’“il est en hostie”. Ce n’est que lorsqu’il se fâchera lui-même, que tout ira mal, que le Québécois injuriera le ciel et qu’il “sortira tout ce qu’il y a dans l’église et dans les cieux”. Sa faculté d’invention ne connaît alors plus de bornes. Commençant par les “hosties carreautées” et passant par les “tabernacles de tôle” il ira jusqu’à “chier sur les quatre poteaux du ciel”. Tous les saints du ciel — il en invente au besoin — et la Sainte Vierge en particulier, en prendront pour leur grade.»

Marcel Rioux, les Québécois, Paris, Seuil, coll. «Microcosme. Le temps qui court», 1974, 188 p., p. 46.