Autopromotion 383

Collection «Socius», invitation, 26 octobre 2018Deux livres viennent donc de paraître dans la collection «Socius», que l’Oreille tendue dirige aux Presses de l’Université de Montréal :

Bouliane, Claudia, l’Adolescent dans la foule. Aragon, Nizan, Sartre, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2016, 444 p. ISBN : 2-978-7606-3974-4. Description.

Glinoer, Anthony, la Bohème. Une figure de l’imaginaire social, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2018, 241 p. Ill. ISBN : 2-978-7606-3967-6. Description.

Ils seront lancés le 26 octobre, à la Librairie Olivieri, à 17 h 30. L’invitation est lancée. Au plaisir de vous y voir.

Feuille de route

Exercice pour écrivain québécois, débutant ou avancé.

1. Vous écrirez une œuvre qui contiendra moins de cinq noms de créateurs célèbres (écrivain, musicien, peintre, etc.).

2. On n’y trouvera aucun chat.

3. Le narrateur ne sera pas un enfant.

4. Presque toutes les phrases auront un verbe conjugué.

5. On n’y parlera ni d’inceste ni de suicide.

À vos plumes. Et bonne chance.

Célébrons les noces…

Marie-Hélène Voyer, Expo habitat, 2018, couverture…de l’anaphore et du zeugme, dans l’excellent recueil de poésie Expo habitat de Marie-Hélène Voyer (2018) :

Viens on va se garrocher
dans le foin
dans la paille
dans l’ensilage
dans la ripe
dans la moulée
dans l’engrais
dans la gravelle
dans la chaux
dans le vide
juste pour voir (p. 22).

P.-S.—Pour un autre zeugme, on clique ici.

Référence

Voyer, Marie-Hélène, Expo habitat, Chicoutimi, La Peuplade, 2018, 157 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de Christophe Bernard

Christophe Bernard, la Bête creuse, 2017, couverture«En réalité, tout a débuté quand Monti a perdu sa première vie au tournoi de hockey juvénile du diocèse de Gaspé, où s’opposaient les paroisses les plus friandes de sport et de rancunes indélébiles» (p. 14).

«Le concierge dans l’ascenseur avait ses écouteurs sur les oreilles. Il dévisageait François qui, pour lui montrer qu’il s’en allait visiter quelqu’un, lui a agité le bouquet sous le nez jusqu’à ce qu’il soit dépouillé de ses pétales et de la joie qu’il apportait» (p. 31).

«François était revenu trois jours plus tard, avec une pneumonie et le genre de facture de Bell dont tu te sors plus» (p. 50).

«Avec sa mallette au manuscrit d’une tonne et quart, et le sentiment difficile d’avoir joué à Tetris quarante-huit heures en ligne» (p. 54).

«La une du Vivier, avec un mois de retard et comme une pointe d’hystérie, montrait la plus grosse courgette jamais enregistrée dans le canton» (p. 65).

«Après une absence de plusieurs mois, il était revenu du bois un bon jour, avec son fusil et sa gibecière, des idées de recettes et un bout de papier fripé […]» (p. 68).

«Tard dans la nuit, le facteur clopinait, sur une route estompée par la fatigue et le crachin, vers l’enseigne de l’estaminet où il avait laissé sur l’heure du dîner son verre et sa jasette» (p. 72).

Christophe Bernard, la Bête creuse, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 14, 2017, 716 p.

P.-S.—L’Oreille tendue a cessé sa récolte de zeugmes à la centième page du roman.

L’oreille tendue de… Grace O’Connell

Grace O’Connell, Foudroyée, 2018, couverture«Je tendais trop l’oreille, m’efforçant d’entendre et de filtrer des sons auxquels je n’avais jamais prêté attention jusque-là.»

«Les conversations autour de nous se sont arrêtées, les gens tendaient l’oreille pour écouter les propos d’Ajay, mais soit il n’a rien remarqué, soit il a préféré ne pas y prêter attention, car il a continué à me regarder, le visage calme, presque impassible.»

Grace O’Connell, Foudroyée, Montréal, Boréal, 2018, 392 p. Traduction de Fanny Britt. Édition numérique.