La soupe (im)populaire

Ce doit être à cause de l’hiver et de ses froids : l’Oreille tendue, pour la deuxième fois en deux semaines, parle soupe.

Non pas la soupe à l’oignon de l’autre jour, mais la soupe aux pois de la maison Habitant.

En français, que du descriptif : «Soupe aux pois.» En anglais, du descriptif et de l’ethnoculturel : «French-Canadian Pea Soup.» C’est un peu plus délicat dans le second cas que dans le premier. Pourquoi ?

Parce que «Pea soup» a souvent servi d’insulte contre les Canadiens français.

C’est ce que l’on entend dans la chanson «La dévire» du groupe Mes Aïeux (2008) :

Je suis stâllé, emberlificoté
Tricoté un brin trop serré
La tête baissée, les doigts croisés
Je rêve encore de Coupe Stanley
Je suis frileux, pea soup, peureux
Je fuis devant les grands enjeux
J’vois pus clair dans mon propre jeu
J’me prends-tu vraiment au sérieux ?

C’est ce que l’entendait déjà dans le poème «Séquences» de Gaston Miron :

Damned Canuck de damned Canuck de pea soup (p. 77).

Pour une soupe, il n’y rien de dévalorisant à se faire appeler «French-Canadian Pea Soup»; pour un Québécois francophone, au contraire, ce l’est.

 

[Complément du 26 juin 2017]

Un poète a chanté «La soupe aux pois» :

[…]

Chassez ce soupçon de mépris
De votre prunelle profonde
Pour la soupe que je chéris.

[…]

C’est la soupe de vos ancêtres
Dont le courage était puissant :
Tous, soldats, bûcherons et prêtres,
La sentaient bouillir dans le sang.

Dans les vastes chaudrons de fonte,
En acclamant la liberté,
Ils savaient la manger sans honte,
Sans faiblesse et sans lâcheté.

Je la vois à travers vos veines,
L’incomparable soupe aux pois :
C’est la soupe des Canadiennes
Aux cœurs énergiques et droits.

J.-A. Lapointe, le Terroir, 6, juin 1909, reproduit dans Gnou, cinquième ruade, janvier 1998.

 

[Commentaire du 26 avril 2018]

On peut inverser la valeur de pareille insulte. C’est ce qu’ont fait les designers Denise Goyer et Alain Bonneau avec leur soupière «French Pea Soup». C’est la Presse+ du jour qui présente leur œuvre.

Denise Goyer et Alain Bonneau, soupière «French Pea Soup»

 

Références

Mes Aïeux, «La dévire», la Ligne orange, 2008, 4 minutes 3 secondes, disque audionumérique, étiquette Disques Victoire VIC23661.

Miron, Gaston, l’Homme rapaillé. Poèmes, Montréal, Typo, 2005 (1998), 258 p. Préface de Pierre Nepveu.

Ambiance de traviole ?

On a déjà eu l’occasion de constater, à l’Oreille tendue, que la critique vinigastronomique a son propre idiome.

Tel bar à vin accueille «des professionnels et autres adultes urbains».

Un établissement québecquois serait «un restaurant résolument urbain»; un autre, une «cabane urbaine».

Avenue Laurier Ouest, à Montréal, vous pouvez fréquenter une (une ?) «barmacie».

«La déco rétro-saxonne» de tel troquet serait à signaler.

Du nouveau dans la Presse du 29 janvier. Qu’y reproche-t-on au Ridi de la rue Sherbrooke Ouest ? Son «Ambiance bancale, degré “0”» (cahier Gourmand, p. 6).

Cela se remet-il d’aplomb ? On l’espère.

Dit-il

Le Petit Robert (édition numérique de 2010) de l’Oreille tendue est fort clair. Incise : «Proposition généralement courte, tantôt insérée dans le corps de la phrase, tantôt rejetée à la fin, pour indiquer qu’on rapporte les paroles de qqn ou pour exprimer une sorte de parenthèse. […] Ex. “Bonsoir, dit-elle”.»

Christian Gailly applique cette définition à la lettre : «Et c’est valable pour vous aussi, incisa-t-il en regardant Daniel Stich immobile à sa gauche» (p. 72).

Il fallait s’y attendre : son premier roman ne s’appelait-il pas Dit-il (1987) ?

Référence

Gailly, Christian, la Passion de Martin Fissel-Brandt, Paris, Éditions de Minuit, 1998, 142 p.

Héritage hockeyistique

L’autre jour, l’Oreille tendue rappelait la place tenue par les fantômes du Forum dans la mythologie — et le vocabulaire — entourant, au hockey, les Canadiens de Montréal. Or qui dit fantôme dit flambeau. Allons-y voir.

***

Les murs du vestiaire des Canadiens, du temps de l’ancien Forum, comportaient nombre de citations. Certaines étaient en anglais («There’s always a reason» / «Il y a toujours une raison»), d’autres en latin («Celeritas—Auctoritas—Æternaque» / «Rapidité—Autorité—Éternité»). À côté d’une phrase d’Abraham Lincoln, les joueurs pouvaient lire une exhortation du militaire John McCrae dans «In Flanders Field» apparue sur les murs du vestiaire au mitan du XXe siècle : «Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut» («To you from failing hands we throw / The torch; be yours to hold it high»). Cette citation, en français d’un côté, en anglais de l’autre, orne encore aujourd’hui les murs du vestiaire de l’équipe locale au Centre Bell, l’ex-Centre Molson; on peut la voir ici ici [nouveau lien]. [Ajout du 9 mai : on trouve la même citation dans le vestiaire du centre d’entraînement des Canadiens à Brossard.]

Voilà le flambeau que les joueurs de l’équipe devraient se passer de génération en génération. C’est un des symboles les plus ressassés de la geste hockeyistique montréalaise, voire l’«image suprême» selon Daniel Lemay, qui raconte l’histoire du poème dont sont tirés ces vers en 2009.

Contentons-nous de quelques exemples, ou séries d’exemples, venus de domaines variés, histoire de montrer que le flambeau fait désormais partie du vocabulaire sportif à Montréal. L’expression passer le flambeau y a un sens connoté plus fortement qu’ailleurs.

***

Le 30 mai 2000, de 8 heures à 22 heures, le corps du joueur le plus célèbre de l’histoire des Canadiens de Montréal, Maurice Richard, est exposé en chapelle ardente au Centre Molson de Montréal. (Il est mort le 27.) Le cercueil reposait sur la surface de jeu. La mise en scène insistait sur la solennité de l’événement. La famille de Richard se tenait près du cercueil. Deux affiches géantes représentaient celui que l’on surnomme «le Rocket» : l’une, en noir et blanc, était une photo ancienne qui mettait en valeur le regard du joueur; l’autre, en couleurs, montrait Richard revêtu du chandail rouge des Canadiens, son chandail numéro 9 bien sûr, un flambeau à la main. Plus de 115 000 fidèles auraient défilé devant le cercueil ouvert de leur idole. Ils pouvaient laisser un témoignage en signant un registre installé dans un chapiteau situé près du Cours Windsor, à côté du Centre Molson. Paul Daoust, en 2006, puis Michel Foisy et Maurice Richard fils, en 2008, ont donné à lire quelques-uns des textes inscrits sur ces registres. Il y est doublement question de flambeau : Maurice Richard était lui-même un flambeau; il faut désormais transmettre le flambeau qu’il vient de laisser aux siens.

Les chansons en français qui, «bras meurtris» à l’appui, portent le flambeau sont nombreuses, et récentes : «J’irai au sommet pour toi» (Marie-Chantal Toupin, 2005), «Le fantôme du Forum» (Mes Aïeux, 2008), «La 25ième» (Annakin Slayd, 2009), «Les Habitants (GO Habs GO !)» (Vilain Pingouin, 2009), «Le but» (Loco Locass, 2009), «Toronto» (Jean-François Lessard, 2010). Il y en a aussi en anglais, par exemple «Maurice Richard» de Mike Ford, sur l’album Canada Needs You. Volume Two (2008) :

Maurice Richard
They’ll never drag you down
We’ll carry your torch high
All through this town

La série de films intitulée les Boys regorge d’allusions aux traditions, grandes et petites, du hockey. Dans le quatrième titre de la série (2005), pendant le mariage (gai) de Jean-Charles (Yvan Ponton) et Christopher (Jean Petitclerc), Bob (Marc Messier) adoube par le feu Martin, le personnage joué par Réal Béland. Il est explicitement question du flambeau de l’équipe tricolore.

Enfin : le fondateur du site tricolore.ca, Daniel Bigras, en avril 2009, fournissait au journal la Presse une photo de son bras droit. Il s’y est fait tatouer la version française du poème de McCrae, surmontée de deux mains, l’une passant un flambeau à l’autre. (Sur le bras gauche, il s’est fait tatouer le chandail de Maurice Richard et le drapeau du Québec.) Difficile d’être plus clair dans ses allégeances.

Cette accumulation de références au flambeau — dont on ne trouve ici que quelques traces parmi une foule d’autres — explique peut-être la réaction d’Yves Boisvert dans la Presse du 4 décembre 2009 : «Vite, vite, qu’on en finisse avec ce centenaire qui a duré 100 ans. Leurs bras meurtris ne tendent plus le flambeau, ils nous assomment avec.»

 

[Complément du 26 septembre 2011]

Vous cherchez une lecture théologique des vers de John McCrae ? Elle existe, bien sûr, dans Une théologie du Canadien de Montréal (2011) d’Olivier Bauer (p. 146-151).

 

[Complément du 29 octobre 2013]

Le flambeauthe torch»), depuis plusieurs années, fait partie de la stratégie de mise en marché des Canadiens. Exemple récent : la page d’accueil du site de l’équipe en date d’aujourd’hui.

Site des Canadiens de Montréal

On notera aussi la forte présence du langage religieux. En français : «fidèles», «pèlerinages», «sacrifices», «miracles», «sacrés», «temple», «sainte-flanelle», «levez-vous». En anglais : «sainte-flanelle», «passion», «faith», «pilgrimages», «sacrifices», «miracles», «sacred», «grace», «temple», «rise».

Merci à @bauer_olivier d’avoir attiré l’attention de l’Oreille sur ce texte.

 

[Complément du 21 avril 2014]

Le troisième match des séries éliminatoires entre les Canadiens et le Lightning de Tampa Bay, mais le premier disputé à Montréal, a été présenté hier soir.

Durant la cérémonie d’avant-match, le flambeau a joué un rôle important, notamment quand un jeune garçon, flambeau à la main, a «allumé» la glace du Centre Bell. À voir ci-dessous. (Merci à @NieDesrochers pour le lien.)

 

 

 

[Complément du 27 octobre 2014]

Le flambeau passe aussi de main de gardien (Ken Dryden, à droite) à main de gardien (Carey Price). Cérémonie d’avant-match, match d’ouverture, Centre Bell, Montréal, 16 octobre 2014.

Ken Dryden passe le flambeau à Carey Price, Centre Bell, 16 octobre 2014

 

[Complément du 21 juin 2017]

On annonce le lancement d’un nouveau chandail des Canadiens. L’intérieur de son col réjouira les amateurs de devises.

Col intérieur du nouveau chandail des Canadiens

 

[Complément du 11 novembre 2018]

À défaut de bras meurtris, Twitter connaît les mains meurtries.

Compte Twitter Nos mains meurtries

 

Références

Bauer, Olivier, Une théologie du Canadien de Montréal, Montréal, Bayard, coll. «Religions et société», 2011, 214 p. Ill.

Boisvert, Yves, «La maudite nostalgie du CH», la Presse, 4 décembre 2009, p. A5.

Bujold, Miguel, «Le CH dans la peau», la Presse, 16 avril 2009, cahier Sports, p. 7.

Daoust, Paul, Maurice Richard. Le mythe québécois aux 626 rondelles, Paroisse Notre-Dame-des-Neiges, Éditions Trois-Pistoles, 2006, 301 p. Ill.

Foisy, Michel et Maurice Richard fils, Maurice Richard. Paroles d’un peuple, Montréal, Octave éditions, 2008, 159 p. Ill.

Lemay, Daniel, «Le flambeau ? Les bras meurtris ?», la Presse, 15 avril 2009, cahier Sports, p. 4.

Ne baissons pas la garde

Lisant le Devoir du 18 janvier, l’Oreille tendue est tombée sur un article de Michel Bélair intitulé «Montée de lait hivernale» (p. B7). Elle s’est alors avisée qu’il y a longtemps qu’elle n’en avait pas fait une, de montée de lait, s’agissant de sa bête noire : l’usage absolu du verbe quitter. Pourtant, l’actualité continue à lui fournir des exemples.

Le 15 janvier, la Presse titrait «Ben Ali quitte sous la pression» (p. A7).

Le 18, le pourtant excellent Michel Désautels, à l’émission Maisonneuve de la radio de Radio-Canada, s’y mettait lui aussi. (Si même Michel Désautels, une des dernières raisons d’écouter la Première chaîne de Radio-Canada, cède à ce travers, ça augure mal.)

Toujours le 18, sur le site du Réseau des sports : «Max Pacioretty quitte en ambulance.»

Le 28 janvier, rebelote dans la Presse : «Federer quitte avec son petit bonheur» (cahier Sports, p. 5).

Par Twitter, @iericksen signale à l’Oreille que ses voisins de palier à l’Université de Montréal font comme tout le monde :

Néanmoins, et malgré tout : con-con-continuons le com-bat !