Accouplements 33

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Ces jours-ci, l’Oreille tendue progresse (un brin laborieusement, il est vrai) dans la «synthèse admirative» (p. 10) que consacre Marc-François Bernier au chroniqueur journalistique québécois Pierre Foglia.

Elle y lit que «Pierre Foglia est le Français archétypal sorti des écoles de la République, digne héritier des Lumières» (p. 167). Plus loin, Foglia est ramené à l’expression «le voltairien» (p. 185).

Au moment où paraît l’ouvrage de Bernier, l’Oreille publie un court article dans les Cahiers Voltaire : «Pot-pourri. Un chroniqueur voltairien ?» Ce chroniqueur est… Pierre Foglia.

Références

Bernier, Marc-François, Foglia l’Insolent, Montréal, Édito, 2015, 383 p.

Melançon, Benoît, «Pot-pourri. Un chroniqueur voltairien ?», Cahiers Voltaire, 14, 2015, p. 284-285.

Accouplements 32

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Sur Twitter, le magazine The New Yorker fait circuler une caricature de David Sipress. Dans un cadre domestique, un homme explique à un enfant ce qu’est l’argent et ce que cela représentera pour le reste de sa vie :

Caricature de David Sipress, The New Yorker, 2 septembre 2015

Pour un lecteur du Neveu de Rameau de Diderot, cela ne peut manquer d’évoquer la scène où ledit Neveu explique comment il révèle à son fils la valeur d’une pièce de monnaie et, par là, de l’argent :

De l’or, de l’or. L’or est tout; et le reste, sans or, n’est rien. Aussi, au lieu de lui farcir la tête de belles maximes qu’il faudrait qu’il oubliât, sous peine de n’être qu’un gueux; lorsque je possède un louis, ce qui ne m’arrive pas souvent, je me plante devant lui. Je tire le louis de ma poche. Je le lui montre avec admiration. J’élève les yeux au ciel. Je baise le louis devant lui. Et pour lui faire entendre mieux encore l’importance de la pièce sacrée, je lui bégaye de la voix; je lui désigne du doigt tout ce qu’on en peut acquérir, un beau fourreau, un beau toquet, un bon biscuit. Ensuite je mets le louis dans ma poche. Je me promène avec fierté; je relève la basque de ma veste; je frappe de la main sur mon gousset; et c’est ainsi que je lui fais concevoir que c’est du louis qui est là, que naît l’assurance qu’il me voit (éd. de 1984, p. 94-95).

Il est vrai que le Neveu est un brin plus cynique que le dessinateur du New Yorker.

P.-S. — Qui lirait une parodie de l’Eucharistie dans la scène diderotienne ne se tromperait pas.

Référence

Diderot, Denis, le Neveu de Rameau. Satires, contes et entretiens, Paris, Librairie générale française, coll. «Le livre de poche», 5925, 1984, 414 p. Édition établie et commentée par Jacques Chouillet et Anne-Marie Chouillet.

Accouplements 31 (dits «Accouplements de la rentrée»)

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

En 2010, dans son «e-carnet», l’Éternité en accéléré, Catherine Mavrikakis écrit ceci :

C’est pourquoi, dans mes cours, j’ai des sentiments ambigus, qui vont du courroux à la bienveillance amusée, lorsque les étudiants se lèvent, sortent, arrivent en retard, partent plus tôt. Je ne me permettrais jamais de faire cela, parce que l’on m’a appris la politesse, mais je ne soupçonne pas ceux et celles qui ne tiennent pas en place ou qui regardent leurs courriels en faisant semblant de prendre des notes de ne pas m’écouter. Je préfère penser que, pour certains, la compréhension demande une «écoute flottante», une écoute qui n’est pas fidèle, qui se disperse pour mieux revenir à son objet toujours fuyant, impossible (p. 42-43).

Dans un «Entretien autobiographique avec Wilfrid Lemoine», diffusé en 1978 et publié en 1987, André Belleau allait dans le même sens :

Et vous savez, l’apprentissage, les cours de lettres, ce n’est pas comme les cours de mathématiques. On ne peut pas parler d’un apprentissage progressif, d’une substance, comme en linguistique. Vous avez devant vous des jeunes gens qui peuvent paraître, à un moment donné, ne pas vous écouter et demeurer blasés. Et pourtant, ils entendent votre discours, et après deux mois, trois mois, vous avez un travail absolument extraordinaire, parce que ça ne procède pas de façon continue, ce n’est pas un progrès continu en lettres, c’est plutôt une expérience qu’on fait de la littérature. Je ne parlerais pas de déblocage, mais de mutation soudaine. On n’est jamais sûr, il ne faut jamais dire que tel étudiant qui semble dormir ne vous écoute pas ou que votre discours est inutile. On ne peut jamais dire ça (p. 27).

P.-S. — L’Oreille tendue a déjà cité ce texte de Catherine Mavrikakis, dans un contexte légèrement différent; c’était le 25 octobre 2010.

P.-P.-S. — C’est jour de rentrée, aujourd’hui, à l’université de l’Oreille. Bonne rentrée optimiste à tous les professeurs.

Références

Belleau, André, «Entretien autobiographique avec Wilfrid Lemoine», Liberté, 169 (29, 1), février 1987, p. 4-27. Transcription par François Ricard d’un entretien radiophonique du 4 mai 1978 dans la série «À la croisée des chemins» (réalisation d’Yves Lapierre). URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1033609/31100ac.pdf>.

Mavrikakis, Catherine, l’Éternité en accéléré. E-carnet, Montréal, Héliotrope, «Série K», 2010, 278 p.

Accouplements 30

«Parlez ici devant l’hygiaphone»

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Le Belge Jean-Marie Klinkenberg s’intéresse depuis (au moins) le début des années 1990 à l’hygiaphone :

j’ai toujours admiré la petite mention, ératépiste elle aussi [de la RATP], m’enjoignant de «parler dans l’hygiaphone». Comme si je pouvais communiquer avec le préposé autrement que par ces petits trous, dont j’apprends le nom, du coup ! Et comme si, à moins d’avoir une imagination vraiment perverse, je pouvais faire autre chose avec cet instrument que d’aller au-delà de lui par la parole ! Je soupçonne fort une telle inscription, sans fin pratique réelle, de n’avoir d’autre rôle que de rappeler sans cesse le règne bigbrotheresque de l’écrit parmi nous (éd. de 2015, p. 168).

Une décennie plus tôt, le Québécois Jean Larose ouvrait précisément son dialogue entre «L’écrit» et «L’oral» sur le même appareil. Le premier est un brin guindé :

Pas un mot n’atteindra le guichetier du métropolitain, dans sa guérite climatisée, qu’il n’ait subi la chicane d’un étrange filtre. Comment le décrire ? L’ouverture désignée au commerce des voix, afin de garantir l’employé d’une infection, fut ménagée en zigzag, de manière que le seul son touche l’oreille laborieuse, l’air de millions de souffles peut-être pas sains se heurtant au bouclier de plexiglas, marqué, au-dessus d’une flèche impérieuse : «Parlez ici, devant l’hygiaphone» (éd. de 1984, p. 95-96).

Le second devisant est plus direct :

c’est français typique comme invention. Maniaque au coton, dans le genre bouche en cul de poule. La flèche ben autoritaire, puis l’ordre : «Parlez law, pis jusse law» (éd. de 1984, p. 96).

Savoir où parler n’irait pas de soi ? Avons-nous toujours besoin de filtres ? De prescriptions ?

Références

Klinkenberg, Jean-Marie, «Le français : une langue en crise ?», dans le Français en débat, Bruxelles, Communauté française, Service de la langue française, coll. «Français et société», 4, 1992, p. 24-45. Repris dans Études françaises, 29, 1, printemps 1993, p. 171-190, dans Jean-Marie Klinkenberg, la Langue et le citoyen. Pour une autre politique de la langue française, Paris, Presses universitaires de France, coll. «La politique éclatée», 2001, p. 98-122 et dans la Langue dans la Cité. Vivre et penser l’équité culturelle, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2015, p. 153-179.

Larose, Jean, «Frais de représentation», Liberté, 138 (26, 3), novembre-décembre 1981, p. 65-87. Repris sous le titre «Frais de représentation. Du Québec et de la France» dans la Petite Noirceur, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1984, p. 95-117. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1457787/60327ac.pdf>.

Accouplements 29

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

En 2014, Renan Larue a tiré de l’œuvre de Voltaire des Pensées végétariennes. Dans sa postface, il décrit la santé, si l’on peut dire, de l’auteur :

Le grand homme souffrait de la perte prématurée de ses dents, de migraine, de cécité temporaire, d’une sensibilité extrême au froid, de désordres nerveux, de langueur, de maigreur excessive, de maux de ventre épouvantables et d’un cancer de la prostate dont il mourut à l’âge de quatre-vingt-quatre ans (p. 55).

Hollywood Ending (2002) est un film de Woody Allen. Celui-ci y joue le rôle de Val Waxman, un réalisateur qui devient brièvement aveugle durant le tournage d’un de ses films.

La «cécité temporaire» est-elle plus grave en littérature ou au cinéma ?

Référence

Voltaire, Pensées végétariennes, Paris, Mille et une nuits, no 632, 2014, 69 p. Édition établie, notes et postface par Renan Larue.