Accouplements 19

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

L’Oreille tendue a lu plusieurs romans de l’Islandais Arnaldur Indridason. Elle a souvent été frappée du souci de correction linguistique du personnage principal de ces romans, le policier Erlendur. Celui-ci corrige à l’occasion la langue de ses interlocuteurs (voir, ici même, les entrées du 25 juin et du 8 octobre 2009).

Il en va de même dans les Nuits de Reykjavik, qui vient de paraître en français :

— Ah, et vous en faites quoi ?
— Rien, répondit le gamin, prêt à repartir. On les balance dans les mares. C’est pas des trucs dont j’ai envie de garder.
Que j’ai envie de garder serait plus correct.
— Ok (p. 25).

Le personnage (fictif) d’Erlendur aurait été probablement fort marri d’une faute de langue du traducteur (réel) du roman de son concepteur :

Erlendur s’apprêtait à débuter une nouvelle nuit de travail quand, tard dans la soirée, il aperçut Thuri à Hlemmur (p. 184).

Commencer une nouvelle nuit serait plus correct, aurait-il pu lui dire, en lui rappelant que débuter est un verbe intransitif et qu’il ne peut donc pas avoir de complément d’objet direct.

Malheureusement, les personnages et les traducteurs se rencontrent peu fréquemment.

Référence

Indridason, Arnaldur, les Nuits de Reykjavik, Paris, Métailié, coll. «Métailié noir. Bibliothèque nordique», 2015 (2012), 259 p. Traduction d’Éric Boury.

Accouplements 18

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Mars 2015 au Québec ? La rentrée littéraire des conteneurs.

Nicolas Dickner, Six degrés de liberté, 2015, couverture

Marie-Pascale Huglo, la Fille d’Ulysse, 2015, couverture

 

Références

Dickner, Nicolas, Six degrés de liberté, Québec, Alto, 2015, 292 p.

Huglo, Marie-Pascale, la Fille d’Ulysse, Montréal, Leméac, 2015.

Accouplements 17

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Le 15 octobre 1759, Diderot écrit à Sophie Volland :

On parla ensuite d’un monsieur de St. Germain qui a cent cinquante à cent soixante ans, et qui se rajeunit quand il se trouve vieux. On disait que si cet homme avait le secret de rajeunir d’une heure, en doublant la dose, il pourrait rajeunir d’un an, de dix, et retourner ainsi dans le ventre de sa mère (éd. Chouillet 1986, p. 170).

En 2014, Éric Chevillard, dans le Désordre azerty :

Le quinquagénaire d’aujourd’hui avait trente ans au XIXe siècle. Le trentenaire de l’époque avait lui-même dix-huit ans et le garçonnet de dix ans n’était pas né encore (p. 79).

La littérature : machine à remonter le temps.

 

[Complément du 30 novembre 2016]

On peut retourner dans le ventre de sa mère ou ne pas naître. On peut aussi sortir du temps, comme dans «Jouvence», court texte que publie Nicolas Guay en 2015.

Cette crème rajeunissante promettait «dix ans de moins en dix minutes». La petite Jessica, cinq ans, trouva le pot dans la pharmacie et reconnut la pommade que sa maman utilisait tous les matins. Vous savez comment sont les enfants, ils aiment bien imiter leurs parents. Ainsi, Jessica se badigeonna généreusement le visage du produit. Moins de dix minutes plus tard, la petite disparaissait. On eut beau la chercher partout, on ne trouva que ses vêtements et le pot vide de crème rajeunissante.

Encore une fois, c’est mathématique.

 

Références

Chevillard, Éric, le Désordre azerty, Paris, Éditions de Minuit, 2014, 201 p.

Chouillet, Jacques, Denis Diderot-Sophie Volland. Un dialogue à une voix, Paris, Librairie Honoré Champion, coll. «Unichamp», 14, 1986, 173 p.

Guay, Nicolas, Comme un léger malentendu, Chez l’auteur, 2015. Édition numérique : iBooks.

Accouplements 16

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Le samedi, tu vas au Musée d’art contemporain de Montréal pour l’exposition de Sophie Calle, «Pour la dernière et pour la première fois». Tu en profites pour visiter itou celle de Simon Starling, «Métamorphologie». Dans celle-ci tu vois, au mur, l’œuvre intitulée «Flaga 1972–2000» (2002) : il s’agit d’une voiture Fiat 126 rouge et blanche, mêlant pièces italiennes et pièces polonaises.

Simon Starling, «Flaga 1972–2000», 2002

Le dimanche matin, tu ouvres la Presse+ et tu tombes sur la photo suivante, de Karam Al-Masri, de l’Agence France-Presse, dont la légende est «Un jeune garçon passe devant une barricade de fortune faite d’épaves d’autobus à Alep, en Syrie» :

Alep, Syrie, 2015

Et tu te dis que les images du monde, de l’horizontalité à la verticalité, dialoguent parfois entre elles de façon inopinée.

Accouplements 15

Liberté, 207, printemps 2015, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Le plus récent numéro de la revue Liberté comporte un dossier intitulé «La moitié du monde. Comment le féminisme pense la société» (numéro 307, printemps 2015). On peut y lire des textes de Maïté Snauwaert, Annelyne Roussel, Catherine Mavrikakis, Mélanie Loisel, Martine Delvaux, Marie-Andrée Bergeron et Anne-Marie Régimbald. Le dossier est précédé d’un entretien avec Francine Pelletier, «De la Vie en rose à aujourd’hui». (L’Oreille tendue apprécie fort le titre d’Annelyne Roussel, «Attention à nos femmes… C’est peut-être la vôtre.» Explication ici.) Extrait de la présentation du dossier par La rédaction : «Le féminisme s’emploie à lire le monde autrement» (p. 19).

À la fin du numéro, Robert Lévesque tient une chronique de potins littéraires rétros, «Le lecteur impuni». On peut y lire un subtil portrait de Nathalie Sarraute — «seule femme du groupe assez hommasse d’allure mais un peu vieille pour faire garçonne» (p. 70) — et une fine allusion à la compagne d’Alain Robbe-Grillet — «une échangiste» (p. 71).

On peut imaginer que Lévesque — sa prose de mononc’ l’atteste — n’a pas lu le dossier. Il aurait pourtant eu intérêt à réfléchir au texte de Marie-Andrée Bergeron, «Une étrange façon de reconduite l’absence» : «J’ai toujours cru qu’il n’y avait pas de place pour les femmes à Liberté» (p. 38).