Accouplements 173

Abbé Barruel, Journal ecclésiastique, 1792, extrait

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Abbé Barruel, Journal ecclésiastique, 1792.

«Traité historique et critique de l’élection des évêques, par le P*** de l’Oratoire; 2 vol. Chez Pichard, Dufresne, Lorme et Lallemant.

Je n’ai pas lu celui-ci, mais j’en ai entendu faire bien des éloges.»

Marcotte, Gilles, «Salles obscures. Action ! City of Bad Men, au Capitol», le Devoir, 19 décembre 1953, p. 7. Compte rendu de City of Bad Men de Harmon Jones, de Dream Wife de Sidney Sheldon, de Terror on a Train de Ted Tetzlaff et de Prisoners of the Casbah.

«Rivev aquero (Loews) : — Pas vu.»

P.-S.—Le titre du film que n’a pas vu Gilles Marcotte est vraisemblablement Ride, Vaquero !, de John Farrow.

P.-P.-S.—L’Oreille tendue a étudié la critique cinématographique de Gilles Marcotte ici.

Accouplements 172

Alain Farah, Mille secrets mille dangers, 2021, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Flaubert, Gustave, Madame Bovary, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «GF», 86, 1966, 441 p. Chronologie et préface par Jacques Suffel.

«Je veux qu’on l’enterre dans sa robe de noces, avec des souliers blancs, une couronne. On lui étalera ses cheveux sur les épaules; trois cercueils, un de chêne, un d’acajou, un de plomb. Qu’on ne me dise rien, j’aurai de la force. On lui mettra par-dessus toute une grande pièce de velours vert. Je le veux. Faites-le» (p. 346).

Farah, Alain, Mille secrets mille dangers. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 161, 2021, 497 p.

«Trois cent mille personnes défileront du lundi au mardi matin, jusqu’à ce que l’on soit dans l’obligation d’interrompre l’hommage, pour la mise en bière. La dépouille [du frère André] est placée dans un triple cercueil de bois, de cuivre et de ciment» (p. 359).

P.-S.—Ce n’est pas la première fois qu’Alain Farah emprunte un chemin flaubertien; voir ici.

Accouplements 171

Colonne couverte d’insultes, La Ronde, Montréal, août 2011

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Marivaux, le Jeu de l’amour et du hasard, 1730, dans Théâtre complet. Tome premier, Paris, Classiques Garnier, 1989, p. 775-845 et p. 1098-1108. Texte établi, avec introduction, chronologie, commentaire, index et glossaire par Frédéric Deloffre. Nouvelle édition, revue et mise à jour avec la collaboration de Françoise Rubellin.

«Pour […] fortifier de part et d’autre [de beaux sentiments], jurons-nous de nous aimer toujours, en dépit de toutes les fautes d’orthographe que vous aurez faites sur mon compte» (acte II, scène V, p. 819).

Simenon, Georges, Maigret chez le ministre, Paris, Presses Pocket, coll. «Presses Pocket», 946, 1972 (1954), 190 p.

«—Tu as bien travaillé, mon petit.
— Pas de fautes d’orthographe ?
— Je ne crois pas» (p. 72).

Ni dans un cas ni dans l’autre, il n’est question de langue, bien qu’il soit question de «fautes d’orthographe».

Accouplements 170

Suzanne Lamy, la Convention, 1985, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Lamy, Suzanne, la Convention. Récit, Montréal et Pantin, VLB éditeur et Le Castor astral, 1985, 82 p.

«Me revient ce soir l’attention que tu as toujours accordée aux petites choses, habituellement l’apanage des femmes — une tache de couleur, un tic dans la parole, les bizarreries de la chatte. Le poivron vert que tu as posé au matin de mon départ sur le rebord de la fenêtre. Tu me dis qu’il mesurera l’écoulement du mois que je vais passer près de ma mère. Tu le vois virer du vert lustré à l’incarnat flamboyant, au mordoré pâli, tourner au mauve noir. Tu suis les premières craquelures jusqu’à ce que la peau malade d’un lupus irréversible plisse, ratatine, fende autour de graines desséchées et jaunasses qui tombent une à une dans un mucus malodorant. Au téléphone, tu me donnes de ses nouvelles, régulièrement» (p. 44).

Grégoire, Julien, Jeux d’eau. Roman, Montréal, Del Busso éditeur, 2021, 212 p.

«Même que sur son balcon, quand le printemps arrivait, elle mettait une pomme sous une cloche de verre, tu sais, comme pour le fromage. Et elle laissait la pomme pourrir là. Elle aimait ça voir toutes les étapes de la décomposition. C’était comme un symbole pour elle. Tout le monde qui passait chez elle devait se taper sa théorie sur la pourriture, qu’elle expliquait avec un regard méchant. Elle aimait ça mettre le monde mal à l’aise avec ça. Je veux dire, au début du printemps, déjà, c’est un peu écœurant, mais quand l’été commence, c’est devenu vraiment dégueulasse. Mais elle, elle disait qu’il n’y avait pas de raison de trouver ça dégueulasse. Je te l’expliquerai, sa théorie, une fois» (p. 71-72).

Accouplements 169

Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires, 2021, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Une fois de plus, l’Oreille tendue se met à une série télévisée longtemps après tout le monde, en l’occurrence Designated Survivor.

Hier, elle regardait «La mission», le cinquième épisode de la première saison. On y voit le président désigné des États-Unis, Tom Kirkman (Kiefer Sutherland), discuter avec un responsable de l’unité d’élite des Navy SEALs, au moment de planifier l’enlèvement d’un terroriste caché en Algérie. Kirkman lui demande comment leur mission doit se dérouler : «Amateurs talk tactics, sir. Professionals talk logistics.» Le succès militaire serait donc affaire de logistique. Ce responsable y est sensible, car il ne veut pas mettre la vie de ses hommes en danger.

Plus tôt dans la journée, l’Oreille avait reçu par la poste l’ouvrage collectif Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires (2021). Tout à l’heure, en feuilletant la table des matières, elle tombe sur l’article de Pascal Robert, «Les Aventures de Tintin. Une affaire de logistique» (p. 67-85). Que peut-on y lire ? Souvent, chez Tintin, «il s’agit de rattraper quelque méchant, de rejoindre un ami en danger, etc. Le temps presse, et cela peut être une question de vie ou de mort» (p. 67).

Hergé / Sutherland : même combat.

P.-S.—Oui, l’Oreille est tintinologue à ses heures.