Autopromotion 043

La 4e Journée québécoise des dictionnaires se tiendra le 4 octobre à Montréal. Son thème ? «Du papier au numérique : la mutation des dictionnaires.» L’Oreille tendue en présidera une des séances.

Le journal le Devoir des 29-30 septembre lui consacre un cahier spécial.

Le programme du colloque est disponible ici.

Autopromotion 042

L’Oreille tendue ne s’intéresse pas qu’à la langue. La preuve ?

Dans le cadre des Belles soirées de l’Université de Montréal, elle prononcera bientôt une conférence, le 20 septembre (à Longueuil), puis de nouveau le 29 octobre (à Laval), intitulée «Diderot : de l’Encyclopédie à Wikipédia».

Renseignements ici.

Autopromotion 041

L’Oreille tendue s’est beaucoup excité le poil des jambes cette semaine à parler de la langue de la campagne électorale québécoise.

Tout à l’heure, au micro de Franco Nuovo (Dessine-moi un dimanche), à la radio de Radio-Canada, entre 9 h et 10 h, elle essaiera de se le moins exciter, même si elle abordera le même sujet.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

Autopromotion 040

La 4e Journée québécoise des dictionnaires se tiendra le 4 octobre 2012, à Montréal, sur le thème «Du papier au numérique : la mutation des dictionnaires».

L’Oreille tendue fait partie du Comité scientifique et organisateur, et elle vous invite à participer à cette journée.

On apprend tout ici.

Autoportrait de l’Oreille tendue en jeune auteur de fiction

Cela étonnera, mais c’est vrai : l’Oreille tendue a déjà été jeune et elle a été tentée par l’écriture de fiction.

Ses œuvres complètes tiennent en deux textes, parus dans la rubrique «Anthologie internationale [!]. Contes brefs» de la revue Requiem.

Le premier a paru dans le numéro 15 (vol. 3, no 3) d’avril-mai 1977, sous le titre «Évolution» :

Si l’homme descend du singe, nous sommes tous des mutants (p. 10).

Le second, dans le numéro 19 (vol. 4, no 1) de janvier 1978, sous le titre «Bye bye» :

Je pensais avoir tout vu, mais je m’étais trompé. Je n’aurais jamais imaginé ce qui se passe actuellement : il a décidé de ne pas revenir.

Croyez-le ou non, il veut rester là-bas. Des années de formation et d’entraînement, des milliers d’heures de travail, des millions de dollars. On a mis le paquet sur lui. Et il décide de ne pas revenir.

Sélections. Analyses. Critères. «Voilà l’homme qu’il vous faut», qu’ils avaient dit. En effet, il avait un pedigree intéressant : pilote d’essai, père de famille, patriote. On se décide : c’est lui qui fera le grand saut. On l’envoie en exploration. Il est le premier.

Ce foutu con aime bien l’atmosphère, il décide de rester sur place. Non mais, pensez-y ! Armstrong est sur la Lune et il ne veut plus redescendre ! (p. 14)

Neil Armstrong est mort une deuxième fois hier.